CE38 - La Révolution numérique : rapports au savoir et à la culture

PORts et Technologies de l'Information et la Communication. Questionner et visualiser les dynamiques de la navigation et du commerce du XVIIIe siècle à l’ère de la révolution numérique – PORTIC

Résumé de soumission

PORTIC entend étudier les dynamiques spatiales et économiques à l’œuvre dans le processus de construction de marchés de plus en plus intégrés qui prépare et accompagne la Révolution industrielle. A cette fin, il croisera les données sur la navigation des ports français et celles issues de la balance du commerce afin de mieux saisir l’articulation entre espaces régionaux, nationaux et internationaux du commerce français du XVIIIe siècle, en s’appuyant sur deux corpus existants -Navigocorpus et Totlit18– produits au cours de deux programmes ANR achevés. Le croisement des deux corpus permettra, entre autres, d’estimer plus précisément la part respective du commerce national et étranger, d’affiner les connaissances sur les ports qui articulent les marchés et leurs interactions, d’analyser les phénomènes régionaux de spécialisation entre plusieurs ports, de mesurer l’impact des conflits sur l’économie d’un port, de prendre la mesure de la contrebande à travers la Manche, de peser la part prise par les Français dans les services de transport international qui échappe aux statistiques commerciales de l’époque, ou encore de calculer la ratio entre la valeur du commerce et le tonnage ou les effectifs de main-d’œuvre affectés au transport maritime en fonction des flux. Si les historiens et économistes utiliseront ces données pour faire avancer les connaissances sur l’apport du commerce international et de la navigation à la croissance française du XVIIIe siècle, PORTIC ambitionne de permettre à tous et chacun l’exploration des données, à partir d’un site qui proposera une approche progressive et guidée aux données, tenant compte de leur caractère imparfait.
En effet, PORTIC, un projet co-construit par des historiens, des économistes, des géomaticiens, des informaticiens, et des spécialistes de la communication de l'information par le Web, développera des outils permettant une visualisation claire, scientifiquement irréprochable et calibrée pour des publics différents, d’informations historiques, en prenant pleinement en compte leur caractère imparfait. L’imperfection des données historiques dérive de lacunes documentaires, d’informations contradictoires délivrées par des sources différentes, ou de leur contenu imprécis. Ce caractère incertain d’une partie des informations, fondamental du point de vue de la compréhension du passé, est actuellement insuffisamment intégré par les outils de visualisation des données, notamment des flux. Il s’agit ainsi de contribuer à transmette aux citoyens un accès correct à ces savoirs et de le sensibiliser au degré de certitude de l’information.
Les humanités numériques accompagnent toutes les étapes du projet, en permettant tout d’abord la mise en évidence des caractères aberrants et contradictoires des données par des outils de fouille et la mise en place de procédures interactives semi-automatisées par lesquelles les chercheurs qualifient la valeur des informations. Il s’agit ensuite de créer une interface de visualisation des données qui prenne convenablement en compte la nature lacunaire ou incertaine ou imprécise de celles-ci, faute de quoi, la consultation des données risque d’aboutir à des conclusions erronées. Enfin, des parcours pédagogiques et des filtres à la carte permettront à des publics différents d’accéder à la consultation des données en fonction de leurs besoins.
En concevant des outils de visualisation des données imparfaites, des modèles de curation interactive et une ergonomie d’interrogation et de visualisation susceptible de satisfaire les besoins d’utilisateurs ayant des exigences différentes, PORTIC permettra de prendre concrètement la mesure du tournant qui se dessine de nos jours dans les sciences humaines grâce à la Révolution numérique, aussi bien pour la recherche elle-même, que pour la tâche fondamentale de rendre notre passé accessible à des publics divers, et de répondre à des besoins sociétaux différents. Tout ce qui sera développé par PORTIC sera sous licence libre.

Coordinateur du projet

Madame Silvia Marzagalli (Université Nice Sophia Antipolis - CENTRE DE LA MEDITERRANEE MODERNE ET CONTEMPORAINE)

L'auteur de ce résumé est le coordinateur du projet, qui est responsable du contenu de ce résumé. L'ANR décline par conséquent toute responsabilité quant à son contenu.

Partenaire

LIENSs Littoral, Environnement et Sociétés
FNSP FOND NAT DES SCIENCES POLITIQUES
UNS - CMMC Université Nice Sophia Antipolis - CENTRE DE LA MEDITERRANEE MODERNE ET CONTEMPORAINE

Aide de l'ANR 408 240 euros
Début et durée du projet scientifique : mars 2019 - 42 Mois

Liens utiles