CE36 - Santé Publique

Dire, Entendre, Restituer les Violences Incestueuses – DERVI

Résumé de soumission

Pourtant publiquement réprouvées, les violences incestueuses perdurent : 5 à 6 % des enfants sont victimes d’agressions sexuelles d’un proche. A la croisée des études socio-historiques, juridiques, anthropologiques, le projet de recherche pluridisciplinaire DERVI renouvellera la connaissance de l’inceste en se focalisant de manière novatrice sur sa divulgation, sur sa pratique et sur ses liens avec le groupe social. DERVI étudiera ce moment primordial du dévoilement de l’inceste à des échelles (familles, réseaux institutionnels, médias), en des contextes (familial, judiciaire, administratif, médiatique, littéraire), suivant des modalités (révélation, dénonciation, témoignage, signalement, détection, récits, « affaires ») et avec des répercussions (indignation, indifférence, déni, scandale) variables. Qui dit ou montre quoi ? A partir de quand ? Qui entend quoi ? Qui en rend compte ? Quelles sont les modalités du dévoilement de l’inceste ? Comment est-il accueilli ? Les réponses à ces questions aideront à comprendre ce qui permet ou empêche de dire, entendre et restituer l’inceste aujourd’hui.
Dans ce but, DERVI propose de désenclaver l’inceste. Il s’agira 1. De placer l’inceste sous un éclairage interdisciplinaire ; 2. de permettre aux anthropologues de replacer les violences incestueuses actuelles dans la diachronie ; 3. de se défaire de la représentation courante de l’inceste comme acte extraordinaire pour mettre au jour son caractère ordinaire ; 4. de ne pas isoler l’inceste, mais le situer dans le cadre des autres violences à l’égard des enfants ; 5. de penser l’inceste au sein d’une configuration plus large en dépassant le couple attendu fille victime/père agresseur, et de prendre en compte la diversité des agresseurs ainsi que le voisinage.
DERVI associera les terrains ethnographiques longs et les approches historiques, fondées sur l’analyse qualitative et quantitative. Il réalisera ses objectifs au travers de 4 tâches : 1. comprendre la révélation de l’inceste et sa prise en charge dans le contexte contemporain de la protection de l’enfance dans une cellule de recueil des signalements, à l’Aide sociale à l’enfance et au tribunal pour enfants (terrains ethnographiques contemporains) ; 2. comprendre les violences incestueuses en contexte judiciaire en interrogeant les spécificités juridique, pénale et socio-culturelle dans une perspective comparatiste et dans la longue durée (doctrine pénale, législation et archives judiciaires, 18e-21e siècles) ; 3. comprendre les interprétations médicales de l’inceste et leur diffusion dans l’espace public à travers l’étude du discours médical produit sur les violences incestueuses depuis l’émergence de la médecine aliéniste jusqu’à nos jours (rapports d’expertise et théorie médicale, discours médical dans les médias et la littérature de témoignage, 18e-21e siècles) ; 4. comprendre les violences incestueuses dans leur dimension sociale et culturelle à partir de l’analyse de leur réception dans l’espace public (témoignages et discours médiatiques sur l’inceste ; 19e-21e siècles).
DERVI garantira la valorisation et la dissémination des résultats tant auprès de la communauté académique et scientifique, qu’institutionnelle, civile (Education Nationale, brigades des mineurs, protection de l’enfance, associations de victimes, etc.), médiatique et politique. Il permettra de réinsérer l’objet inceste dans le domaine des sciences sociales et apportera de nouvelles manières de l’investir. Ses résultats aideront les acteurs de la prévention à renouveler leurs pratiques et messages d’informations, et à penser de nouveaux moyens de détection et de prévention. Ils éclaireront l’action publique, ainsi que les élus et représentants politiques amenés à prendre des décisions et à refondre les lois pour endiguer les violences incestueuses. Le projet DERVI contribuera par ce biais à la lutte contre les violences faites aux femmes et aux enfants, objet de mobilisation à l’échelle mondiale.

Coordinateur du projet

Institut Marcel Mauss IMM (Laboratoire public)

L'auteur de ce résumé est le coordinateur du projet, qui est responsable du contenu de ce résumé. L'ANR décline par conséquent toute responsabilité quant à son contenu.

Partenaire

PLEIADE
Institut Marcel Mauss IMM

Aide de l'ANR 412 596 euros
Début et durée du projet scientifique : décembre 2018 - 48 Mois

Liens utiles