CE28 - Cognition, éducation, formation tout au long de la vie

Mixité sociale à l'école, réussite scolaire, et compétences sociales – DIVERSCHOOL

Résumé de soumission

Le système scolaire français est le plus inégalitaire de l'OCDE. Comme les politiques existantes ont échoué à réduire ces inégalités, il est nécessaire de développer de nouveaux outils. Ce projet de recherche évalue l'impact d'un programme national en faveur de la mixité sociale au collège qui a débuté en France en septembre 2016. Le programme est actuellement étendu sur 22 sites scolaires impliquant 78 collèges (56 collèges publics et 22 collèges privés avoisinant). Il se compose de plusieurs types d'action en faveur de la mixité sociale : re-sectorisation, secteur multi-collèges avec choix régulé, fusion des collèges par cohorte, fermeture et ouverture de collèges, ou encore renforcement de l'offre pédagogique. Ce projet se propose d'étudier l'ensemble des actions engagées et d'en évaluer l'impact sur les compétences académiques mais aussi sociales et comportementales des élèves qui y sont scolarisés. La mesure d'impact est fondée sur une stratégie de différence-en-différence : nous comparons les cohortes touchées et des cohortes non touchées dans les établissements qui participent et des établissements similaires qui ne participent pas. Les établissements similaires qui ne participent pas au programme en faveur de la mixité ont été identifiés en utilisant une méthode par appariement statistiques grâce aux données de la Direction de l'évaluation, de la prospective et de la performance qui ont été mis à disposition de l'équipe de ce projet par une convention de recherche. Notre échantillon inclut ainsi au total 156 collèges répartis sur 27 départements. Ce projet va d'abord mesurer l'effet de ce programme sur la mixité sociale au collège. Des résultats préliminaires montrent un effet moyen des actions engagées en faveur de la mixité sociale plutôt modeste, avec une légère augmentation de la proportion d'élèves issus de familles favorisées dans les établissements fréquentés par les élèves issus de familles défavorisées, et pas d'augmentation de la proportion d'élèves défavorisés dans les établissements fréquentés par les élèves favorisés. Ce constat recouvre cependant une grande diversité de situation, avec par endroit des diminutions massives de la ségrégation sociale et dans d'autres sites une absence totale de changement. Ce projet propose donc d'approfondir cette première analyse en distinguant l'impact des actions sur la ségrégation selon des catégories d'action, notamment selon le degré de contraintes qu'elles font peser sur le choix de l'établissement. Ensuite, nous allons mesurer les effets de la mixité sociale sur la réussite scolaire et la réduction des inégalités sociales. Ce deuxième travail sera mené en se focalisant sur un sous-échantillon de 10 sites scolaires, soit 79 établissements au total, dans lesquels le potentiel de réduction de la ségrégation est au départ le plus fort. En zoomant sur ces sites "à haut potentiel", nous pouvons en effet observer des impacts plus forts des actions en faveur de la mixité sociale donc nous obtenons un groupe d'élèves pour lequel la ségrégation a beaucoup changé (groupe de traitement) et un groupe d'élèves similaires au plan des caractéristiques familiales et scolaires mais pour lesquels la ségrégation n'a pas changé (groupe témoin). Ce projet propose de mesurer à l'aide de méthodes économétriques l'effet de la ségrégation sur les niveaux scolaires ainsi que sur les écarts entre élèves favorisés et élèves défavorisés. Enfin, en utilisant la même méthodologie, nous allons mesurer les effets de la mixité sociale sur des compétences sociales et comportementales des élèves, notamment la confiance en soi, la perception de ses chances (optimisme), le sentiment d'inclusion, la tolérance et les attitudes vis-à-vis des différences sociales, ainsi que sur les réseaux d'amis qui se sont formés au sein des classes. Aussi, ce projet apporte une contribution quantitative unique sur les effets de la mixité sociale sur les déterminants du vivre ensemble et de la cohésion sociale.

Coordination du projet

Elise Huillery (LEDA)

L'auteur de ce résumé est le coordinateur du projet, qui est responsable du contenu de ce résumé. L'ANR décline par conséquent toute responsabilité quant à son contenu.

Partenaire

LEDA LEDA

Aide de l'ANR 215 011 euros
Début et durée du projet scientifique : septembre 2018 - 42 Mois

Liens utiles

Explorez notre base de projets financés

 

 

L’ANR met à disposition ses jeux de données sur les projets, cliquez ici pour en savoir plus.

Inscrivez-vous à notre newsletter
pour recevoir nos actualités
S'inscrire à notre newsletter