CE26 - Innovation, Travail

Redécouvrir la citoyenneté industrielle : passés et présents des relations entre travail et agir politique – CITINDUS

Résumé de soumission

Redécouvrir la citoyenneté industrielle : passés et présents des relations entre travail et agir politique

La citoyenneté industrielle est-elle une notion dépassée ? Ce projet propose de répondre par la négative à cette question en explorant les manières dont la citoyenneté industrielle n’a jamais cessé de se transformer au regard des nouvelles conditions économiques, sociales et politiques, en croisant le regard de politistes, d’économistes et de sociologues. L’objectif principal du projet est de rouvrir un chantier de recherche sur la citoyenneté industrielle, détachée des références à la « démocratie » ou au « pluralisme ». En effet, si des recherches s’intéressent aux capacités d’influence des entreprises auprès des autorités publiques, à la façon dont elles « fabriquent » la politique, il n’existe que peu de travaux qui portent sur la façon dont elles fabriquent des citoyens. Le brouillage des frontières entre les sphères d'activité politique et économique oblige pourtant à retravailler la définition des droits autant que les frontières de la communauté dans le cadre de laquelle l’identité de « citoyen » prend sens, sans se cantonner à une définition purement juridique de la citoyenneté.
Notre hypothèse centrale est que la citoyenneté industrielle est un enjeu de luttes, qui oppose donc des discours variés et évolutifs.Il s’agira ainsi d’étudier les représentations et pratiques diverses et changeantes de la citoyenneté industrielle. Notre seconde hypothèse est que la notion de citoyenneté industrielle permet d’éclairer les ancrages industriels des pratiques politiques.L’expérience du travail et le milieu de travail façonnent profondément et durablement les identités, les représentations et les pratiques des acteurs sociaux, jusque dans leur rapport à la citoyenneté hors du cadre des relations de travail. Cette hypothèse éclaire le deuxième objectif du projet : décloisonner l’étude de la citoyenneté industrielle. Sila citoyenneté industrielle peut être saisie à l’échelle d’une entreprise ou d’un établissement, comme nombre d'historiens et de sociologues spécialistes des relations professionnelles l'ont déjà fait, elle peutaussi l’être à l’échelle d’un territoire.Il s’agira ainsi d’étudier la façon dont la citoyenneté industrielle est façonnée à la fois « par en haut », c'est-à-dire par les politiques des directions d’entreprise et des pouvoirs publics, et « par en bas », c'est-à-dire par les travailleurs eux-mêmes et leurs représentants, mais aussi par les acteurs (politiques, associatifs, etc.) des territoires au sein desquels s’inscrivent ces formes mouvantes de citoyenneté.
Un premier éclairage sera de l’ordre de l’histoire politique et intellectuelle. Trois études seront réalisées qui porteront respectivement sur les discours patronaux, étatiques et ouvriers autour de la citoyenneté industrielle en France.Au-delà des représentations, il s’agira ensuite de documenter la diversité des pratiques de citoyenneté industrielle.L’exploitation des données de la statistique publique permettra d’établir un panorama des pratiques de citoyenneté industrielle dans la France contemporaine. La réalisation de trois monographies qualitatives permettra de prolonger la réflexion en passant des pratiques (objectivées) aux expériences (subjectives) de la citoyenneté industrielle. Dans son étape finale, le projet abordera la citoyenneté industrielle à partir d’une enquête de terrain collective et multi-située au sein d’une grande entreprise française implantée à l’étranger. Il s'agira d’étudier cette firme à partir d’entrées multiples, suivant les disciplines (sociologie, économie, science politique), les spécialités (études des directions d’entreprise, de l’action publique, des participations ouvrières et du syndicalisme) et les localisations (France et Tunisie) que réunit notre consortium.

Coordinateur du projet

Monsieur Karel Yon (Centre d'Etudes et de Recherches Administratives, Politiques et Sociales)

L'auteur de ce résumé est le coordinateur du projet, qui est responsable du contenu de ce résumé. L'ANR décline par conséquent toute responsabilité quant à son contenu.

Partenaire

CERAPS Centre d'Etudes et de Recherches Administratives, Politiques et Sociales
TRIANGLE TRIANGLE
CLERSE Centre lillois d'études et de recherches sociologiques et économiques
IRMC Institut de recherche sur le maghreb contemporain

Aide de l'ANR 221 865 euros
Début et durée du projet scientifique : février 2019 - 48 Mois

Liens utiles

Explorez notre base de projets financés

 

 

L’ANR met à disposition ses jeux de données sur les projets, cliquez ici pour en savoir plus.

Inscrivez-vous à notre newsletter
pour recevoir nos actualités
S'inscrire à notre newsletter