CE26 - Innovation, Travail

Mondialisation, Qualité des Produits et Marche du Travail – MOQAT

MOQAT

MONDIALISATION, QUALITÉ ET MARCHE DU TRAVAIL

Objectif du projet MOQAT

Ce programme de recherche propose plusieurs projets pour comprendre les mécanismes en jeu. Menant une analyse microéconométrique fondée théoriquement sur des données détaillées sur les produits des entreprises pour plusieurs pays, ce programme de recherche explore les effets hétérogènes du commerce international sur la performance des entreprises, l'amélioration de la qualité et la demande d'emploi. Les deux premiers projets se concentrent sur le rôle de la qualité des produits sur les prix et la demande finaux, d'une part, et sur l'impact de l'amélioration de la qualité des intrants sur l'innovation des produits et l'emploi de différentes compétences, d'autre part. Les deux autres projets examinent la relation entre l’exposition des entreprises aux marchés internationaux et les différents résultats sur le marché du travail national, tels que la volatilité des travailleurs de compétences différentes et les différences de statut professionnel entre les sexes. Le dernier projet étudie l'impact de la mauvaise allocation des ressources sur la compétitivité extérieure et demande si les entreprises optimisant leur utilisation de la main-d'œuvre concurrencent plus efficacement les marchés internationaux.

Le module de travail 2 intitulé «Amélioration de la qualité des intrants, portée du produit ferme et effets sur l'emploi» est un travail conjoint de Maria Bas (Université Paris 1) et Caroline Paunov (OCDE). Nous étudions l’impact de la libéralisation du commerce des intrants sur l’accès à des intrants intermédiaires importés de haute qualité et les impacts qui en découlent sur la qualité de la production et les implications sur la demande de compétences des entreprises. En utilisant les données du recensement au niveau des produits fermes pour l'Équateur pour 1997-2007, nous exploitons les modifications tarifaires exogènes à l'entrée de l'Équateur à l'Organisation mondiale du commerce pour l'identification des causes. Le module de travail 3 intitulé «Chocs étrangers, volatilité de la main-d'œuvre qualifiée et non qualifiée» est un travail conjoint de Maria Bas (Université Paris 1), Pamela Bombarda (Université de Cergy), Gianluca Orefice (Université Dauphine) et Sébastien Jean (CEPII). En nous appuyant sur des données détaillées au niveau des entreprises de la France pour la période 1996-2007, nous montrons que les entreprises à plus forte intensité d'exportation affichent une volatilité de la demande de main-d'œuvre qualifiée plus faible que celle de la demande de main-d'œuvre non qualifiée. Notre stratégie d'identification est basée sur une approche de variable instrumentale pour fournir des preuves de l'effet causal des performances à l'exportation de l'entreprise sur la volatilité de l'emploi de différentes compétences.

Au cours des 18 premiers mois, nous avons réalisé deux lots de travail (numéros 2 et 3) parmi les cinq de l'ANR MOQAT. Dans le module de travail 2, nous démontrons que la main-d'œuvre qualifiée est indispensable pour que les entreprises utilisent des intrants importés de haute qualité pour produire une qualité de production supérieure. Des intrants intermédiaires étrangers de haute qualité et non des importations de machines entraînent des améliorations de la qualité de la production et des primes de compétences plus élevées. Ce travail est complété par un document de travail de Paris 1 intitulé «« Quels gains et implications distributives résultent de la libéralisation des échanges? « qui est révisé et resoumis au Journal of Development Economics (Rang 1 CNRS).

Les résultats du module de travail 3 suggèrent que l'exportation accroît la stabilité des emplois qualifiés, mais alimente la précarité des emplois non qualifiés. Ce travail est complété par un document de travail intitulé «Exportations, volatilité et compétences des entreprises: données de la France», qui est révisé et soumis à nouveau à la Revue économique européenne (Rang 1 CNRS).

Nous avons également commencé à travailler sur les trois autres packages de travail. Pour le module de travail 1 intitulé «Qualité, prix et demande», nous avons commencé à travailler sur le projet «Qualité, compétences, prix et demande», en collaboration avec Maria Bas (Université Paris 1), Lionel Fontagné (Université Paris 1) et Gianluca Orefice (Université Dauphine). Nous étudions l'ajustement aux coûts commerciaux (tarifs et RER) des exportateurs français à différents niveaux de qualité. Dans ce projet, nous nous appuyons sur différentes mesures de qualité basées sur l'intensité de qualification des entreprises en faisant correspondre les données DADS avec les données douanières françaises. Dans DADS, nous avons des informations sur la profession des travailleurs et nous pouvons identifier les travailleurs associés aux activités de R&D. Au niveau de l'industrie, nous pourrions avoir des informations sur l'intensité des brevets par industrie qui peuvent être utilisées à partir de l'ensemble de données sur les brevets de l'USPTO. Nous embauchons une assistante de recherche, Irene Iodice, qui a recueilli toutes les données. Étant donné que ces données sont confidentielles, nous ne pouvons travailler que via la boîte située dans le bureau du MSE et, par conséquent, nous n'avons pas pu accéder depuis la mi-mars 2020 en raison du verrouillage, de la crise COVID et dans ce contexte, le MSE est fermé.

Le module de travail 4, intitulé «Emploi informel et libéralisation du commerce», est un travail conjoint entre Maria Bas (Université Paris 1) et Pamela Bombarda (Université de Cergy). Nous avons commencé en janvier 2019 à collecter des données sur l'emploi informel au Mexique et à identifier un sujet nouveau et original par rapport à la littérature existante. Ensuite, nous définissons la mise en œuvre économétrique et commençons les estimations de base. .

Au cours des 18 premiers mois, nous avons complété deux lots de travail (numéros 2 et 3) parmi les cinq de l'ANR MOQAT et nous avons deux articles en révision (révisés et resoumis) dans les meilleures revues internationales (rang 1 CNRS) en tant que European Economic Revue et Journal of Development Economics.

La libéralisation du commerce était au cœur des réformes structurelles des dernières décennies. Les effets microéconomiques de l'ouverture commerciale sur la compétitivité des entreprises et les marchés du travail ont fait l'objet d'une grande attention récemment. Les travaux récents (Verhoogen, 2008, Khandelwal, 2010) mettent en évidence des stratégies alternatives de compétitivité des prix pour améliorer l'efficacité des entreprises dans un monde globalisé: les entreprises peuvent augmenter leurs parts de marché à l'étranger en améliorant la qualité de leurs produits. Nos travaux récents montrent que la libéralisation des échanges incite les entreprises à améliorer la qualité des biens intermediaires étrangers pour améliorer la qualité des produits finis exportés (Bas et Strauss-Kahn, 2015). Sur le marché du travail, la littérature a montré que les chocs commerciaux induisent d'importants ajustements du marché du travail qui ont des conséquences sur la distribution des revenues et sur l’emploi (Autor et al., 2013).

Ce programme de recherche propose plusieurs projets pour comprendre les mécanismes en jeu. Réalisant des analyses microéconométriques théoriquement fondées sur des données détaillées au niveau produit-entreprise pour plusieurs pays, ce programme de recherche explore les effets hétérogènes du commerce international sur la performance des entreprises, la qualité de la valorisation et la demande d'emploi. Les deux premiers projets portent sur le rôle de la qualité des produits sur les prix et la demande finaux, d'une part, et sur l'impact de la valorisation des biens intermediaires importés sur l'innovation des produits et l'emploi des différentes qualifications, d'autre part. Les deux autres projets examinent la relation entre l'exposition des entreprises aux marchés internationaux et les différents résultats sur le marché du travail national, tels que la volatilité des travailleurs de différentes qualifications et les différences entre le genre dans le statut professionnel. Le dernier projet étudie l'impact de l’allocation des ressources sur la compétitivité externe et étudie si les entreprises qui optimisent leur utilisation de la main-d'œuvre sont plus compétitives sur les marchés internationaux.

La principale contribution de ce programme de recherche à la littérature est d'examiner les différentes façons dont les entreprises peuvent améliorer leur compétitivité hors prix dans un monde globalisé et ses effets sur la demande de main-d'œuvre. Les projets de recherche proposés sont innovants de plusieurs façons. Tout d'abord, tous les projets partagent une ambition commune: ils visent à identifier la relation causale entre le commerce international, la performance des entreprises et les résultats du marché du travail reposant sur des microdonnées très détaillées et des stratégies économétriques originales: variations des chocs commerciaux exogènes. Deuxièmement, l'analyse empirique est toujours guidée théoriquement. Tous les projets ont proposé un cadre théorique qui rationalise les mécanismes en jeu et les implications théoriques qui seront testées. Troisièmement, les thèmes de recherche de chaque projet sont nouveaux et originaux et visent à contribuer à la littérature de plusieurs façons: (i) il n'existe aucune preuve de l'impact hétérogène des réductions tarifaires sur les prix à l'exportation en fonction de la qualité du produit au niveau micro ii) aucun travail n'a exploré la relation entre l'amélioration de la qualité des intrants étrangers et le changement technique biaisé des entreprises; iii) il y a un manque des études sur l'impact des exportations des entreprises sur la volatilité de l'emploi iv) on sait peu de choses sur l'impact de la libéralisation du commerce sur l'emploi informel en fonction du genre et des professions et (v) il existe peu de preuves au niveau microéconomique sur la relation entre hétérogénéité des entreprises, compétitivité externe et mauvaise allocation des ressources.

Coordinateur du projet

Madame Maria Bas (Centre d'économie de la Sorbonne)

L'auteur de ce résumé est le coordinateur du projet, qui est responsable du contenu de ce résumé. L'ANR décline par conséquent toute responsabilité quant à son contenu.

Partenaire

CES-UMR8174 (CNRS/UP1) Centre d'économie de la Sorbonne
THEMA-UMR8184 (CNRS/U-Cergy) Théorie économique, modélisation et applications

Aide de l'ANR 193 104 euros
Début et durée du projet scientifique : décembre 2018 - 48 Mois

Liens utiles

Inscrivez-vous à notre newsletter
pour recevoir nos actualités
S'inscrire à notre newsletter