CE26 - Innovation, Travail

Mondialisation, Qualité des Produits et Marche du Travail – MOQAT

Résumé de soumission

La libéralisation du commerce était au cœur des réformes structurelles des dernières décennies. Les effets microéconomiques de l'ouverture commerciale sur la compétitivité des entreprises et les marchés du travail ont fait l'objet d'une grande attention récemment. Les travaux récents (Verhoogen, 2008, Khandelwal, 2010) mettent en évidence des stratégies alternatives de compétitivité des prix pour améliorer l'efficacité des entreprises dans un monde globalisé: les entreprises peuvent augmenter leurs parts de marché à l'étranger en améliorant la qualité de leurs produits. Nos travaux récents montrent que la libéralisation des échanges incite les entreprises à améliorer la qualité des biens intermediaires étrangers pour améliorer la qualité des produits finis exportés (Bas et Strauss-Kahn, 2015). Sur le marché du travail, la littérature a montré que les chocs commerciaux induisent d'importants ajustements du marché du travail qui ont des conséquences sur la distribution des revenues et sur l’emploi (Autor et al., 2013).

Ce programme de recherche propose plusieurs projets pour comprendre les mécanismes en jeu. Réalisant des analyses microéconométriques théoriquement fondées sur des données détaillées au niveau produit-entreprise pour plusieurs pays, ce programme de recherche explore les effets hétérogènes du commerce international sur la performance des entreprises, la qualité de la valorisation et la demande d'emploi. Les deux premiers projets portent sur le rôle de la qualité des produits sur les prix et la demande finaux, d'une part, et sur l'impact de la valorisation des biens intermediaires importés sur l'innovation des produits et l'emploi des différentes qualifications, d'autre part. Les deux autres projets examinent la relation entre l'exposition des entreprises aux marchés internationaux et les différents résultats sur le marché du travail national, tels que la volatilité des travailleurs de différentes qualifications et les différences entre le genre dans le statut professionnel. Le dernier projet étudie l'impact de l’allocation des ressources sur la compétitivité externe et étudie si les entreprises qui optimisent leur utilisation de la main-d'œuvre sont plus compétitives sur les marchés internationaux.

La principale contribution de ce programme de recherche à la littérature est d'examiner les différentes façons dont les entreprises peuvent améliorer leur compétitivité hors prix dans un monde globalisé et ses effets sur la demande de main-d'œuvre. Les projets de recherche proposés sont innovants de plusieurs façons. Tout d'abord, tous les projets partagent une ambition commune: ils visent à identifier la relation causale entre le commerce international, la performance des entreprises et les résultats du marché du travail reposant sur des microdonnées très détaillées et des stratégies économétriques originales: variations des chocs commerciaux exogènes. Deuxièmement, l'analyse empirique est toujours guidée théoriquement. Tous les projets ont proposé un cadre théorique qui rationalise les mécanismes en jeu et les implications théoriques qui seront testées. Troisièmement, les thèmes de recherche de chaque projet sont nouveaux et originaux et visent à contribuer à la littérature de plusieurs façons: (i) il n'existe aucune preuve de l'impact hétérogène des réductions tarifaires sur les prix à l'exportation en fonction de la qualité du produit au niveau micro ii) aucun travail n'a exploré la relation entre l'amélioration de la qualité des intrants étrangers et le changement technique biaisé des entreprises; iii) il y a un manque des études sur l'impact des exportations des entreprises sur la volatilité de l'emploi iv) on sait peu de choses sur l'impact de la libéralisation du commerce sur l'emploi informel en fonction du genre et des professions et (v) il existe peu de preuves au niveau microéconomique sur la relation entre hétérogénéité des entreprises, compétitivité externe et mauvaise allocation des ressources.

Coordinateur du projet

Madame Maria Bas (Centre d'économie de la Sorbonne)

L'auteur de ce résumé est le coordinateur du projet, qui est responsable du contenu de ce résumé. L'ANR décline par conséquent toute responsabilité quant à son contenu.

Partenaire

CES-UMR8174 (CNRS/UP1) Centre d'économie de la Sorbonne
THEMA-UMR8184 (CNRS/U-Cergy) Théorie économique, modélisation et applications

Aide de l'ANR 193 104 euros
Début et durée du projet scientifique : décembre 2018 - 48 Mois

Liens utiles

Inscrivez-vous à notre newsletter
pour recevoir nos actualités
S'inscrire à notre newsletter