CE26 - Innovation, Travail

Technologie et (dès)intermédiation financière – Fintech

Technologie et (dès)intermédiation financière

Notre projet explore les modèles économiques et la valeur ajoutée des deux principaux types de plateformes de financement participatif. Le financement participatif par les prêts met en relation les prêteurs et les emprunteurs et peut être considéré comme une alternative aux services bancaires traditionnels. Le financement participatif par l’investissement en capital met en relation les investisseurs et les start-ups et est considéré comme une alternative au capital-risque.

Exploration du rôle de la technologie dans l'intermédiation financière

L'objectif du projet est d’étudier les plateformes de financement participatif pour comparer ce nouveau type de l’intermédiation financière avec les banque traditionnelles en terme de leur impact sur l’efficacité et la stabilité de l’intermédiation financière, ainsi que leur capacité de résoudre les problèmes d'asymétrie d'information. Plus précisément, nous abordons les problèmes suivants: <br /> <br />1. Les plates-formes de financement participatif par le prêt pénètrent le marché dominé par les grandes banques et notre objectif est de modéliser la concurrence entre ces deux modèles commerciaux. <br /> <br />2. Les plateformes de financement participatif par le prêt sont confrontées à de problèmes de sélection adverse parce qu’elles ciblent les emprunteurs et les projets qui ont été souvent rejetés par les banques traditionnelles. Notre objectif est d'explorer la capacité des plateformes de financement participatif à surmonter ces asymétries informationnelles et à améliorer la performance des entreprises. <br /> <br />3. Etant un phénomène nouveau, les plateformes expérimentent beaucoup. Les plateformes de financement participatif par le prêt expérimentent différents mécanismes de fixation des taux d'intérêt sur les prêts. Les plates-formes de financement participatif par l’investissement en capital expérimentent avec des mécanismes de levée des fonds propres (« testing-the-waters », « keep-it-all » vs. « all-or-nothing », valeurs de référence, effets de réseau, marchés secondaires, droits des investisseurs). Notre objectif est d'évaluer le succès de ces différents mécanismes de levée de fonds. <br /> <br />4. L'objectif final du projet est d'évaluer la régulation du financement participatif en place et de fournir des recommandations en terme de la politique économique.

La partie théorique du projet analyse l'équilibre sur le marché du crédit lorsqu'une banque et une plateforme sont en concurrence pour offrir du crédit aux emprunteurs. La plateforme ne gère pas les comptes de dépôt, mais agit comme intermédiaire entre un emprunteur et un prêteur, offrant un contrat risqué au prêteur qui n'est remboursé que si l'emprunteur réussit. Le cadre théorique permet de décrire un contrat optimal proposé par la plateforme et d'étudier l'impact de la concurrence banque-plateforme sur le risque moyen des prêts bancaires et le niveau relatif des taux d'intérêt.

La partie empirique du projet nécessite la collecte de données sur les projets individuels des plateformes de financement participatif (prêt et action). Pour répondre à nos questions de recherche, nous prenons en compte le biais de sélection car les entrepreneurs qui se financent auprès des plateformes de financement participatif sont différents de ceux qui ne le font pas. Il existe également un biais de sélection, lorsque les entreprises ont la possibilité de choisir entre différentes mécanismes de financement. Pour atténuer ces problèmes d'endogénéité, nous nous appuyons sur les techniques d'appariement (Propensity Score Matching, Mahalanobis Distance Matching) ainsi que sur des méthode des variables instrumentales.

Nos principaux résultats sont les suivants:

1. Le modèle théorique de Biancini et Verdier (2020) décrit la concurrence entre une banque et une plateforme. L'impact dépend fortement du cadre réglementaire: si les plateformes doivent s'appuyer sur les banques pour leurs activités, les banques sont plus incitées à ouvrir le marché du crédit de détail à la concurrence seulement si les rentes qu'elles extraient des déposants compensent la baisse des revenus sur les prêts.

2. Schwienbacher et al. (2020) montrent empiriquement que les banques sont plus susceptibles de former des alliances avec des fintechs lorsqu'elles poursuivent une stratégie numérique bien définie et / ou emploient un directeur de la stratégie digitale. Ils trouvent que les banques investissent plus fréquemment dans les petites fintechs, mais construisent souvent des collaborations liées aux produits avec de plus grandes fintechs.

3. Les résultats des travaux empiriques de Havrylchyk et Mahdavi (2020) suggèrent que les plateformes de financement participatif par le prêt attirent les emprunteurs avec moins de liquidités et de garanties, ayant des coûts de financement plus élevés, mais aussi avec des perspectives de croissance plus élevées. Emprunter via des plates-formes augmente l'endettement des entreprises et la charge des taux d'intérêt, mais n'a aucun impact sur leurs performances, leurs décisions en matière d'emploi et d'investissement.

4. Les mécanismes de financement participatif ont un impact significatif sur le succès et le risque de la campagne de levée de fonds. Par exemple, Schwienbacher et Cumming (2020) comparent «Keep-it-all», où l'entrepreneur conserve la totalité du montant levé indépendamment de l'atteinte de l'objectif, et «all or nothing», où l'entrepreneur ne garde rien à moins que l'objectif ne soit atteint. Ils constatent que le mechanism «all or nothing» aboutit à un équilibre avec des projets de meilleure qualité et plus innovants avec des taux de réussite plus élevés.

Nos recherches futures prendront deux directions principales.

• Premièrement, nous explorons actuellement de nouvelles sources de données. Les plateformes de financement participatif par le prêt ciblent les petites entreprises qui ne sont pas tenues de publier leurs comptes financiers et, par conséquent, les sources de données commerciales manquent de données sur la plupart des emprunteurs. Cela représente un défi important non seulement pour les chercheurs, mais également pour les plateformes de financement participatif et les investisseurs qui doivent évaluer la solvabilité des emprunteurs.

• Deuxièmement, nous prévoyons de publier un « policy paper » qui explore l'état du financement participatif en France et formule des recommandations politiques.

1. Bonneau, T., 2020. Regulation bancaire et financière européenne et internationale, 5° éd. Bruylant
2. Bonneau T., and T. Verbiest, 2020. Fintech et Droit, 2° éd. Banque éditeur
3. Havrylchyk, O., 2018. Regulatory framework for the loan-based crowdfunding platforms, 2018. OECD Working Paper No. 1513.
4. Schwienbacher, A. “Equity Crowdfunding: Anything to Celebrate?” (2019), Venture Capital: An International Journal of Entrepreneurial Finance 21 (1), 65-74.
5. Schwienbacher, A., D. Cumming, F. Hervé and E. Manthé “Testing-the-Waters Policy with Hypothetical Investment: Evidence from Equity Crowdfunding,” Entrepreneurship Theory & Practice, forthcoming.
6. Schwienbacher, A., L. Hornuf, M. F. Klus, and T. S. Lohwasser, “How Do Banks Interact with Fintech Startups?” Small Business Economics, forthcoming.
7. Schwienbacher, A., H. Bollaert and G. Leboeuf, “The Narcissism of Crowdfunding Entrepreneurs,” Small Business Economics, forthcoming.
8. Schwienbacher, A., D. Cumming and G., 2020. “Crowdfunding Models: Keep-it-All vs. All-or-Nothing,” with Leboeuf, Financial Management 49, pp. 331-360.
9. Schwienbacher, A., F. Hervé, E. Manthé and A. Sannajust 2019. “Determinants of Individual Investment Decisions in Investment-Based Crowdfunding” , Journal of Business Finance and Accounting 46 (5-6), pp. 762-783.
10. Vidéo pédagogique : Lending-based crowdfunding through the prism of the theory of financial intermediation Link: mediatheque.univ-paris1.fr/video/1369-fintech-01/

Notre projet de recherche vise à explorer le rôle du crowdfunding dans l’intermédiation financière, à savoir, le rôle des plateformes de crowdfunding par les prêts et par les actions. Depuis la crise financière, ces plateformes sont parfois perçues comme une opportunité pour introduire plus de concurrence dans l’industrie bancaire, qui est considérée comme concentrée, inefficace et opaque. En même temps, ces nouveaux entrants pourraient présenter des problèmes similaires à ceux des banques traditionnelles avec la présence de la sélection adverse et des problèmes d’agence. L’objectif de ce projet consiste à explorer les différences entre les intermédiaires financiers traditionnels et alternatifs afin de comprendre à quelles conditions ces nouveaux acteurs pourraient améliorer l’efficacité et la stabilité de l’intermédiation financière.

Le marché français mérite notre attention pour deux raisons. Premièrement, la France accueille le plus grand marché de crowdfunding en Europe continentale. Deuxièmement, la Banque de France a récemment ouvert “Open data room” qui permet aux chercheurs d’avoir accès aux données détaillées sur les entreprises et leurs relations bancaires. Ces données confidentielles et fermées aux chercheurs ne sont pas accessibles aux Etats-Unis et Angleterre.

Dans la partie théorique du projet, nous modéliserons la concurrence entre une grande banque et une petite plateforme de prêt. Nous supposons qu’une plateforme possède une meilleure technologie pour résoudre des problèmes d’asymétrie d’information et est, donc, capable de prêter aux entreprises plus risquées. L’objectif de notre analyse est de comprendre si la concurrence entre les banques et les plateformes améliore les conditions de crédit pour les emprunteurs et les rendements financiers des investisseurs. En outre, nous analyserons l’impact du cadre réglementaire (i.e. les exigences en capital, la réglementation des taux des dépôts) sur les conditions de crédit.

Dans la partie empirique du projet, nous continuerons à explorer la concurrence entre les banques et les plateformes et entre les plateformes elles-mêmes. Premièrement, nous étudierons les problèmes de sélection adverse liés au fait que les plateformes accueillent les emprunteurs rejetées par les banques. Nous modéliserons la décision de l’emprunteur de postuler pour un prêt via une plateforme, ce qui nous permettra de comprendre si les banques et les plateformes sont en concurrence pour les mêmes emprunteurs ou si les plateformes prêtent aux emprunteurs exclus du financement bancaire. Deuxièmement, nous évaluerons la technologie de l’intermédiation des plateformes en testant si elles réussissent à alléger les contraintes de crédit des PME et à améliorer leur performance. Nous explorerons également les différentes mécanismes de la formation des taux d’intérêt sur les plateformes et comparerons les conditions de financement entre les banques et les plateformes de crowdfunding. Finalement, nous étudierons la valeur ajouté de plateformes de crowdfunding par les actions pour tester l’existence de la sagesse des foules.

L’objectif ultime de notre projet est de proposer un guide de réflexion qui puisse servir aux régulateurs. La première étape consistera à répertorier, en collaboration avec l’OCDE, l’ensemble des pratiques réglementaires des pays de l’OCDE. La régulation devrait protéger les consommateurs, traiter des problèmes d’agence inhérents à l’intermédiation financière, prendre en compte des considérations de concurrence et de stabilité financière.

Coordinateur du projet

Madame Olena Havrylchyk (CES - Centre d'économie de la Sorbonne)

L'auteur de ce résumé est le coordinateur du projet, qui est responsable du contenu de ce résumé. L'ANR décline par conséquent toute responsabilité quant à son contenu.

Partenaire

EA3046 INSTITUT DE DROIT COMPARE
CES-UMR8174 (CNRS/UP1) CES - Centre d'économie de la Sorbonne
SKEMA BUSINESS SCHOOL
LEO Laboratoire d'économie d'Orleans
CREM CENTRE DE RECHERCHE EN ECONOMIE ET MANAGEMENT
CRED CENTRE DE RECHERCHES EN ECONOMIE ET DROIT

Aide de l'ANR 294 300 euros
Début et durée du projet scientifique : - 36 Mois

Liens utiles

Inscrivez-vous à notre newsletter
pour recevoir nos actualités
S'inscrire à notre newsletter