CE26 - Innovation, Travail

Frictions informationnelles et échange marchand à l’ère numérique – DigitalFric

Frictions informationnelles et échange marchand à l’ère numérique

Ce projet est motivé par l'objectif de comprendre les transformations sur les marchés (des biens, financiers) provoquées par la digitalisation croissante de l'économie.

Comprendre l'impact de la digitalisation des transactions, des moyens de paiement et des sources de financement

L'objectif général de ce projet est d'étudier l'impact des nouvelles technologies d'information et de communication sur l'échange marchand, l'accès au crédit et in fine le bien-être social. Ce projet est divisé en deux axes principaux: l'objectif de l'axe 1 est de comprendre les effets de l'émission de monnaies digitales des banques centrales; l'objectif de l'axe 2 est d'étudier des transformations sur les marchés des biens (ratings sur internet) et sur les marchés financiers («crowdfunding«).

Ce projet utilise des approches théoriques et méthodologiques en théorie monétaire qui cherchent à fournir une analyse microfondée de la liquidité, les frictions financières et la demande d'actifs monétaires (Lagos, Rocheteau et Wright, 2016, présentent une revue de la littérature dans ce domaine et une description de la méthodologie de cette approche en théorie monétaire).

Axe 1. Les résultats préliminaires de la recherche en collaboration avec Cyril Monnet et Asgerdur Petursdottir montrent que l'introduction d'un compte de banque centrale ou une monnaie digitale de banque centrale améliore l'efficience de l'échange, peut réduire la prise de risque des banques, et ne conduit pas nécessairement à une desintermédiation bancaire. Dans l'ensemble, l'introduction d'une monnaie digitale de banque centrale permet d'atteindre un bien-être social plus élevé.
Axe 2. L'article “What is the value of being a superhost? Pricing and ratings in search equilibrium” a été écrit en collaboration avec Aleksander Berentsen et Christopher Waller. Dans cet article nous construisons un modèle de recherche dirigée sur le marché de biens, dans lequel les vendeurs produisent un bien de type «experience good« qui peut être soumis à un rating de la part des acheteurs. Le modèle formalise les incitations des vendeurs à subventionner l'experimentation et le bénéfice d'acquérir une bonne réputation. Nous montrons que les vendeurs sans rating choisissent un prix bas afin d'attirer des acheteurs, alors que les vendeurs qui ont déjà un bon «rating« choisissent un prix élevé et vendent avec une probabilité plus importante. Nous montrons aussi qu'un système de ratings permet d'améliorer le bien-être des acheteurs. Notre modèle est cohérent avec des observations tirées des données d'Airbnb, dans lesquelles les superhosts choisissent des prix plus élevés, bénéficient d'un taux d'occupation plus élevé et ont un revenue plus important que les propriétaires qui n'ont pas ce label.

L'objectif principal à suivre pour les prochaines étapes du projet est l'étude de l'effet des monnaies digitales de banque centrale sur l'implementation de la politique monétaire et la stabilité financière.

«What is the value of being a superhost? Pricing and ratings in search equilibrium«. Working Paper 2019-019A by Aleksander Berentsen, Mariana Rojas Breu, and Christopher J. Waller: research.stlouisfed.org/wp/more/2019-019

L’objectif général de DIGITALFRIC est d’analyser l’impact des nouvelles technologies de l’information sur l’échange marchand et sur l’accès au crédit et, par ce biais, sur le bien-être social. DIGITALFRIC est divisé en deux axes qui comportent des thèmes spécifiques. Chaque thème sera étudié à partir d’un point de vue théorique appuyé par l’utilisation des données disponibles.
L’’Axe 1 a l’objectif de fournir une analyse microfondée des effets potentiels de l’émission des monnaies digitales par les banques centrales. Le thème classique de la concurrence entre la monnaie émise par la banque centrale et la monnaie émise par le secteur privé demande un réexamen dès lors que les monnaies digitales émises par les banques centrales (MDBC) deviennent technologiquement envisageables. D’importantes conséquences économiques peuvent résulter de l’émission de MDBC, car elle peut transformer l’échange marchand, au travers le système de paiement, l’accès au crédit, le rôle de l’intermédiation financière, et la stabilité du système financier. Cependant, la recherche sur ce sujet est actuellement limitée. DIGITALFRIC permettra d’avoir une évaluation sur la concurrence entre la monnaie privée et la monnaie digitale fournie par les banques centrales et ses conséquences en termes de bien-être social. Pour adresser cet objectif principal, cet axe est divisé en trois thèmes qui portent sur des sujets économiques fondamentaux. Le premier thème consiste dans l’analyse de l’émission de monnaie non-anonyme par la banque centrale, une spéculation pertinente lorsque les banques centrales envisagent d’émettre des monnaies digitales. Une analyse en termes de coûts et bénéfices d’éliminer l’anonymat attaché à la monnaie émise par la banque centrale sera développée. Le second thème a trait aux effets de l’émission des monnaies digitales par les banques centrales sur la stabilité financière et les cadres opérationnels de la politique monétaire, et leurs conséquences sur le bien-être social. Le troisième thème consiste dans l’analyse du rôle des actifs monétaires en tant qu’unités de compte, en particulier pour les contrats de dette, et ses implications pour la conception de la politique monétaire. Une question de recherche fondamentale concerne la manière dont l’introduction de MBDC est censée transformer la fonction d’unité de compte assurée par la monnaie externe.
L’objectif de l’Axe 2 est d’étudier les transformations contemporaines subies par les marchés financiers et les marchés de biens qui sont rendues possibles par l’utilisation d’internet et qui sont susceptibles d’altérer considérablement les échanges marchands. Cet axe est divisé en deux thèmes. Le premier consiste dans l’étude du rôle des classements en ligne dans les marchés des biens (ou des services) dans lesquels la qualité des biens est hétérogène. DIGITALFRIC développera une analyse théorique des effets des classements sur le comportement des vendeurs en termes de fixation des prix, et la concurrence entre vendeurs selon leurs qualités. Les prédictions théoriques seront testées à partir d’une base de données sur le marché de logements en ligne. Le second thème de l’Axe 1 est l’étude du potentiel du financement participatif (ou « crowdfunding ») pour le secteur productif. L’analyse se centrera sur le potentiel du crowdfunding comme une source de financement pour les petites et moyennes entreprises en Amérique Latine. DIGITALFRIC fera une double contribution à la littérature existante, qui privilégie les pays développés. D’abord, ce projet fournira un travail de recherche théorique sur les limites et les avantages du crowdfunding comme source de financement des projets risqués dans des contextes macroéconomiques volatiles. En deuxième lieu, des donnés sur l’utilisation du crowdfunding dans des pays latinoaméricains seront collectées et analysées afin d’effectuer une contribution empirique qui permette d’identifier le rôle spécifique du crowdfunding dans les pays sous-développés.

Coordinateur du projet

Madame Mariana ROJAS BREU (LABORATOIRE D'ECONOMIE DE DAUPHINE)

L'auteur de ce résumé est le coordinateur du projet, qui est responsable du contenu de ce résumé. L'ANR décline par conséquent toute responsabilité quant à son contenu.

Partenaire

LEDA LABORATOIRE D'ECONOMIE DE DAUPHINE

Aide de l'ANR 206 928 euros
Début et durée du projet scientifique : décembre 2018 - 48 Mois

Liens utiles

Explorez notre base de projets financés

 

 

L’ANR met à disposition ses jeux de données sur les projets, cliquez ici pour en savoir plus.

Inscrivez-vous à notre newsletter
pour recevoir nos actualités
S'inscrire à notre newsletter