CE22 - Mobilité et systèmes urbains durables

Retrouver son temps lors de la navigation dans le monde réel – WildTimes

Time in the Wild: maîtriser le temps dans la navigation réelle

WildTimes vise à comprendre la perception du temps et le cerveau humain lors de la navigation dans le monde réel. Avec les transports, les distances spatiales deviennent moins pertinentes et la durée du trajet est une commodité essentielle. En combinant des situations réelles de voyage en train, d'expériences en laboratoire et de réalité virtuelle, WildTimes informera le niveau de confort perçu pendant le voyage et les processus de décision lors du choix d'itinéraires de voyage spécifiques.

Vers une compréhension fondamenale de la perception du temps dans les trains

Objectif scientifique et hypothèses de travail 1: Distorsions de la perception subjective du temps en fonction des moments du transport en temps réel. Notre premier objectif sera consacré à l'étude de l'expérience réelle non ou sous-explorée des distorsions temporelles. <br />Objectif scientifique et hypothèses de travail 2: Interférences et dissociations dans la cartographie cognitive du temps et de l'espace lors de la navigation dans le monde réel. Le fait que l'espace et le temps soient pleinement corrélés pendant la navigation est intuitif lors des mouvements corporels naturels: par exemple, la vitesse à laquelle les informations sensorielles sont rencontrées en marchant dans un paysage est corrélée avec la vitesse de marche et la distance parcourue. Cependant, pendant le transport, cette corrélation est violée et le mouvement et le rythme de l'utilisateur dans le train peuvent être totalement décorrélés avec la trajectoire réelle du train. Cela soulève la question de savoir comment le temps peut être représenté dans le cerveau de l’individu lorsque les signaux corporels et sensoriels ne sont pas aussi instructifs pour la construction de la temporalité perçue. <br /> <br />Objectif scientifique 3 et hypothèses de travail 3: Estimations du temps et de l'espace dans les interactions des outils de planification des transports. Ce temps et cet espace peuvent être cartographiés différemment pendant la navigation affecteront probablement les processus de prise de décision en matière de transport car les utilisateurs peuvent confirmer ou infirmer des estimations subjectives et élaborer des chemins alternatifs. <br /> <br />Objectif scientifique et hypothèses de travail 4: Enregistrements du cerveau pendant le transport par rapport au laboratoire.

La perception du temps chez l'homme est majoritairement comprise sur la base d'études menées en laboratoire. Les avancées des outils et des technologies de collecte de données nous permettent désormais d'étudier des processus comparables, et donc de valider et d'étendre nos connaissances de la cognition temporelle en situation réelle, ici, lors de la navigation. Deuxièmement, les cartes cognitives du temps et de l'espace ont été largement étudiées séparément, mais on en sait encore peu sur la manière dont les deux dimensions se rapportent l'une à l'autre dans la perception et interagissent l'une avec l'autre pendant le transport en temps réel. L'une des contributions de ce projet sera de remettre en question la relation entre la perception du temps et la navigation réelle, et entre

En raison de la crise sanitaire, nous ne pouvons pas tirer de conclusions fermes sur les protocoles en cours, mais nous espérons que 2021 commencera à produire des résultats tangibles.

Wildtimes utilise une combinaison de situations réelles de voyage en train, d'expériences en laboratoire et de réalité virtuelle, avec quatre objectifs majeurs:
(1) Évaluer la perception de la durée pendant le transport en temps réel et développer de nouveaux paradigmes expérimentaux adaptés à cette situation écologique;
(2) évaluer la relation entre la perception du temps et de l'espace dans les transports ferroviaires en temps réel et en réalité virtuelle;
(3) Établir la relation entre la représentation de l'espace et du temps telle qu'elle est subjectivement vécue par les passagers que ce soit lors de voyages ou lors de la prise de décision;
(4) Évaluer comment les cartes de réseau peuvent bénéficier de l’intégration de la cartographie mentale des voyageurs de l’espace et du temps indépendamment des mesures objectives des propriétés spatiales et de durée.

En raison de la crise sanitaire, nous ne pouvons pas tirer de conclusions fermes sur les protocoles en cours, mais nous espérons que 2021 commencera à produire des résultats tangibles.

Mastering Time: understanding passenger time perception in real travel conditions during complex railway journeys, S.Morgagni, G. Lemaitre, C. Guerin, B. Beirnaert, Y. Nedelec, W. Vallet, V. Gyselinck, V Van Wassenhove, 12th World Congress on Railway Research, Tokyo (28/10-01/11/2019)

Passenger path decision on complex transport networks, 3rd Transit Mapping Symposium, Paris (28/02-01/03) – S. Morgagni, SNCF

Table ronde « Les dessous des cartes (du Grand Paris), Biennale d’architecture de Versailles (15/06/2019) – S. Morgagni, SNCF

Le schéma de réseau entre carte et territoire, atelier étudiant « La carte du transport public du Grand Paris, Ecole Nationale Supérieure d’arts Décoratifs (06/02/2019) – S. Morgagni, SNCF

Le temps, l’espace et la durée sont imbriqués dans notre vie quotidienne, et pourtant ils ont rarement été étudiés ensemble dans des situations réelles. Le projet WildTimes initie une ligne de recherche ambitieuse reliant la cognition temporelle et la cognition spatiale chez les humains en situation de déplacement. Ce projet propose d’ouvrir une voie possible sur la façon dont le cerveau humain cartographie le temps lors de trajets complexes. WildTimes a pour ambition de contribuer à la recherche fondamentale en opposant, sur la base de données empiriques, des théories actuelles sur la manière dont le cerveau humain se représente le temps, mais contribuera également à des applications pratiques notamment par le développement ou l’amélioration d‘outils d’aide à la mobilité.

Dans ce projet, nous interrogerons l’impact des technologies actuelles de transport sur notre représentation du temps et en retour, la façon dont le temps ressenti peut influer sur le choix de nos modes de transports et de nos itinéraires. Le premier objectif visera à établir si les actuelles observations de laboratoire sur la perception du temps - et ses illusions – résisteront au test des observations de la vie réelle dans des milieux écologiques et technologiques. Nous mettrons à l'épreuve plusieurs paradigmes expérimentaux caractérisant la perception subjective du temps, en laboratoire et en situation de mobilité.
Notre second objectif doit son origine à la divergence qui, avec les progrès des modes de transport, a confronté notre cerveau à des informations divergentes entre les distances spatiales parcourues et le temps nécessaire pour les parcourir. Par exemple, si un pas en marche moyenne produit typiquement un déplacement spatial de 5 km par heure (~ 3,1 miles), nos moyens de transport actuels ont largement augmenté l'appréciation relativiste des distances par rapport au temps. Du point de vue des neurosciences cognitives, la notion de cartographie fonctionnelle est centrale pour la représentation spatiale et temporelle de l'environnement: les cartes cognitives sont un système de représentations permettant à un individu de déduire sa position dans l'environnement. Nous interrogerons ainsi comment le temps et l'espace interagissent lorsqu'ils ne sont pas totalement congruents avec le moi corporel.
Notre troisième objectif est d’approfondir notre compréhension des interactions entre temps et espace en situation de mobilité afin de caractériser la manière dont les individus choisissent leurs itinéraires dans les transports en commun, comment l’expérience subjective du temps et de l’espace contribuent à ce choix et vont éventuellement à l’encontre des distances et temps objectifs de parcours. Ces informations permettront d’optimiser les actuels processus et systèmes d’information voyageurs. Pour répondre à ces trois objectifs, nous nous appuyerons sur le recueil de données comportementales classiques et nous utiliserons une méthode de neuroimagerie mobile non-invasive lors des trajets afin de quantifier les réponses cérébrales à la perception du temps lors de voyages réels.

Le projet WildTimes contribuera à comprendre comment le cerveau humain se représente le temps dans des situations réelles. En caractérisant l'impact de différents contextes de mobilité sur la perception subjective du temps, nous initierons la compréhension de la part du subjectif dans la prise de décision concernant les itinéraires en transport en commun, et aiderons ainsi à élaborer de nouveaux outils d’aide à la navigation. Notre projet ouvrira de nouvelles voies empiriques pour étudier la perception du temps tout en offrant de nouvelles perspectives et de nouveaux outils permettant d’améliorer la mobilité quotidienne des voyageurs.
du temps tout en offrant de nouvelles idées et de nouveaux outils pour aider les voyageurs dans leurs choix de transport.

Coordinateur du projet

Madame Virginie van Wassenhove (CEA SACLAY)

L'auteur de ce résumé est le coordinateur du projet, qui est responsable du contenu de ce résumé. L'ANR décline par conséquent toute responsabilité quant à son contenu.

Partenaire

NEUROSPIN CEA SACLAY
IFSTTAR / LPC IFSTTAR
SNCF

Aide de l'ANR 610 685 euros
Début et durée du projet scientifique : janvier 2019 - 48 Mois

Liens utiles

Explorez notre base de projets financés

 

 

L’ANR met à disposition ses jeux de données sur les projets, cliquez ici pour en savoir plus.

Inscrivez-vous à notre newsletter
pour recevoir nos actualités
S'inscrire à notre newsletter