CE22 - Mobilité et systèmes urbains durables

Travailler à la marge ? Les espaces de travail collaboratifs comme nœuds d’un nouveau système de mobilités hors métropole – PERI_WORK

Résumé de soumission

Depuis quelques années, on observe l’émergence de nouveaux espaces de travail collaboratif (NETC) éloignés des grands centres urbains. Ces lieux de sociabilité constituent une réponse aux nouvelles aspirations d’une population souhaitant évoluer à la marge, aussi bien géographiquement (en s’éloignant des centres urbains) que socialement (en recherchant un équilibre entre vie professionnelle et familiale). Réunissant une équipe pluridisciplinaire de chercheurs, ce projet international propose d’étudier, en s’appuyant sur des terrains situés en Allemagne, Belgique, Canada et France, le rôle que jouent pour les actifs ces « nouvelles centralités périphériques » dont on précisera les impacts en termes de mobilités sur les territoires concernés. Cette recherche approfondit et réoriente un projet en cours d’achèvement sur les tiers lieux (INTIMIDE financé par le GIS M@rsouin, Région Bretagne).
Les comportements d’une nouvelle génération de travailleurs autonomes exerçant une activité professionnelle marquée par le rôle clé du numérique paraissent de nature à redynamiser des territoires non métropolitains, souvent confrontés à la perte d’activités économiques et sociales et à un solde migratoire négatif. Ces perspectives dépendent à la fois de la façon dont ces individus s’inscrivent dans un réseau professionnel, institutionnel ou encore social et de la manière avec laquelle ils sont susceptibles de contribuer directement ou indirectement au développement de leur territoire. A cet égard, l’émergence de NETC situés hors métropole s’inscrit dans de grandes tendances sociétales aujourd’hui à l’œuvre, en particulier la déconnexion entre la « place to live » et la « place to work ». Les aspirations des jeunes actifs par rapport à la qualité de vie et du travail, aux déplacements et au choix des modes de transport et, plus généralement, aux enjeux environnementaux, renouvellent leur rapport au territoire et aux mobilités.
Même si la tendance reste marginale, la part croissante de ces travailleurs – dont une majorité d’indépendants, de solo-entrepreneurs et de télétravailleurs– parmi les actifs est paradigmatique des évolutions de la société contemporaine. Nous postulons pour ces populations l’existence d’un projet de vie plus global qui englobe non seulement les aspirations et activités professionnelles mais aussi des attentes en termes de cadre et de qualité de vie. Ce faisant, l’approche retenue dans ce projet se distingue des explications prédominantes des comportements de mobilité professionnelle d’une part et résidentielle d’autre part, en intégrant des variables non économiques et extra-professionnelles dans le modèle d’analyse.
La problématique proposée consiste à savoir si les NETC peuvent devenir, à l’échelle de leur territoire, des nœuds en termes de concentration spatiale temporaire, en tant que lieux de rencontre et d’activités et points relais d’accès aux réseaux physiques (groupes de pairs face-à-face) et numériques (haut débit). Nous formulons l’hypothèse de la formation de nœuds « à la marge », hors métropole, c'est-à-dire de l’apparition de lieux de centralité relative, géographiquement éloignés des sites et acteurs centraux classiques, mais pourtant essentiels à la trajectoire des travailleurs autonomes.
Les objectifs de la recherche se déclinent selon trois axes. Il s’agit:
1/ de comprendre le rôle des NETC sur leur territoire en étudiant les caractéristiques et trajectoires géographiques et sociales des individus qui les fre´quentent, les interactions entre utilisateurs et fondateurs au sein d’un même espace ainsi que leurs relations avec l’extérieur sur le territoire ou en dehors;
2/ d’observer les mobilités engendrées sur le territoire par les NETC et de mesurer leur capacité à faire nœud, c’est-à-dire à être des points d’ancrage et d’adhérence territoriale ;
3/ d’analyser les projections des individus vers l’avenir pour proposer une analyse prospective des NETC, utile à la définition des stratégies d’aménagement.

Coordinateur du projet

Monsieur Gerhard Krauss (ESPACES ET SOCIETES)

L'auteur de ce résumé est le coordinateur du projet, qui est responsable du contenu de ce résumé. L'ANR décline par conséquent toute responsabilité quant à son contenu.

Partenaire

ESO ESPACES ET SOCIETES
LIRIS Laboratoire Interdisciplinaire de Recherche en Innovations Sociétales
ARUC TÉLUQ, Université du Québec / ARUC (Alliance de recherche université-communauté)
York University / Glendon Campus
LEGO Laboratoire d'Economie et de Gestion de l'Ouest
Université McGill / McGill School of Urban Planning
TVES TERRITOIRES, VILLES, ENVIRONNEMENT ET SOCIETE
LEMNA LABORATOIRE D'ECONOMIE ET DE MANAGEMENT NANTES ATLANTIQUE

Aide de l'ANR 290 390 euros
Début et durée du projet scientifique : septembre 2018 - 36 Mois

Liens utiles