CE03 - Interactions homme-environnement

Gouvernance Locale des Forêts : Développement, Environnement et Économie Politique au Népal – GoLFor-DEEPN

Résumé de soumission

Le projet GoLFor-DEEPN ambitionne d’évaluer, à l’échelle du Népal, les effets de la décentralisation de la gestion forestière du département des forêts vers le niveau local (1) sur le couvert forestier, (2) sur l’action collective au sein des villages et (3) sur le fonctionnement du système politique local. Après des décennies de déforestation, le couvert forestier s’est légèrement amélioré au cours des 20 dernières années. Aucune étude de grande ampleur n’en analyse précisément les causes. La croissance économique, l’exode rural, la guerre civile, le développement d’énergies alternatives, la plantation d’arbres sur des terres privées sont autant d’autres explications potentielles de cette embellie.
GoLFor-DEEPN veut quantifier la contribution des groupements à la stabilisation du couvert forestier népalais, mettre en avant les mécanismes sous-jacents et discuter les effets distributionnels attendus, tant en ce qui concerne les niveaux de vie dans les villages que les pouvoirs locaux. Il est structuré autour de cinq hypothèses testables:
a) Rendre la gestion des forêts à leurs utilisateurs augmente-t-il le couvert forestier ?
b) La création de groupements a-t-elle des effets négatifs sur les zones adjacentes ? Augmente-t-elle la probabilité de l’émergence d’une action collective dans les forêts et villages voisins ?
c) Les restrictions d’usage imposées par les groupements d’usagers augmentent-elles l’adoption d’énergies de substitution et de nouvelles technologies parmi les villageois vivant à proximité des zones nouvellement gérées au niveau local ?
d) Le type de biens publics fournis est-il fonction des inégalités au sein des groupements et des villages ?
e) La gestion locale d’une ressource, dans un système où le comité exécutif est élu, peut-elle être vue comme une forme de proto-démocratie qui aide à sélectionner les dirigeants lors d’élections au niveau supérieur ?
En termes méthodologiques, le projet se base sur des analyses statistiques répondant aux plus hauts standards en économie, sur de l’analyse d’images satellitaires et sur du travail qualitatif dans une dizaine de villages. L’analyse économétrique combinera des données collectées par le projet, des données d’enquêtes, des données administratives et bien évidement des données géo-localisées issues de l’analyse de télédétection. L’approche qualitative sera effectuée en parallèle dans le but d’informer et d’être questionnée par l’analyse économétrique. Elle permettra également d’évaluer avec précision les divergences potentielles entre données administratives, données d’enquête et réalité de terrain.
En lien avec le champ ouvert le champ ouvert par Olson (1965) sur la logique de l’action collective, par Hardin (1968) quant à l’échec de la gestion des ressources naturelles, gestion réhabilitée par les travaux d’Ostrom sur la gouvernance des communs (1990) et remise en doute par Diamond (2005), GoLFor-DEEPN se construit sur les résultats de Kosfeld and Rustagi (2015), Mansuri and Rao (2013), Baland et al. (2010a) et Somanathan et al. (2009). Le projet innove toutefois dans de multiples dimensions. Premièrement, sa méthodologie combine trois approches très différentes, complémentaires et rarement réunies dans un projet cohérent. Deuxièmement, l’analyse qualitative au niveau de villages est mêlée à une analyse statistique de premier plan, représentative au niveau du pays. Le dialogue entre ces deux échelles doit permettre de mieux comprendre ce qui est généralisable à d’autres ressources, au Népal et au-delà. Enfin, le projet arrive avec un timing parfait pour analyser l’effet du fonctionnement des groupements sur les premières élections locales depuis 20 ans, organisées en 2017. Il pourra donc analyser comment la gouvernance locale d’une ressource peut servir de proto-démocratie et influencer le choix de dirigeants locaux, ces derniers devant alors gérer des compétences et une population beaucoup plus large que celle couverte par les groupements où ils sont actifs.

Coordinateur du projet

Monsieur François Libois (ECOLE D´ ECONOMIE DE PARIS)

L'auteur de ce résumé est le coordinateur du projet, qui est responsable du contenu de ce résumé. L'ANR décline par conséquent toute responsabilité quant à son contenu.

Partenaire

EEP ECOLE D´ ECONOMIE DE PARIS

Aide de l'ANR 189 000 euros
Début et durée du projet scientifique : septembre 2018 - 42 Mois

Liens utiles