CE01 - Milieux et biodiversité : Terre fluide et solide

Apports d’éléments traces issus de sources hydrothermales peu profondes: impact potentiel sur la productivité marine et la pompe biologique à carbone – TONGA

Résumé de soumission

L’océan Pacifique Sud-ouest (WTSP) a récemment été identifié comme un hot spot de fixation d’azote atmosphérique avec des taux parmi les plus élevés mesurés dans l'océan mondial. Les organismes fixateurs d’azote ont des quotas cellulaires en fer (Fe) élevés par rapport au plancton non diazotrophe et leur succès dans cette région a été attribué à des apports importants de Fe. Cependant, nos connaissances sur les sources/distribution de Fe dans le WTSP restent limitées. Lors de la campagne OUTPACE (2015), l’équipe proposante a mis en évidence une source peu profonde (<500 m) de Fe d’origine hydrothermale dans la région de l'Arc volcanique de Tonga, entrainant des concentrations de fer dissous (DFe) élevées (4-60 nM) jusque dans la couche euphotique (~0-150 m). À ce jour, l'impact potentiel de tels apports sur les budgets régionaux de DFe et sur les cycles biogéochimiques n'a jamais été étudié. Dans ce contexte, les objectifs du projet TONGA sont :

-de quantifier avec précision les apports de Fe (et d'autres composés biogéochimiquement pertinents) provenant de l’hydrothermalisme peu profond (<500 m) le long de l'arc volcanique de Tonga pour la couche euphotique en comparaison avec le dépôt atmosphérique,
-d’étudier le devenir des panaches hydrothermaux peu profonds dans la colonne d'eau à l'échelle locale et régionale,
-d’étudier la biodisponibilité et l'impact potentiel de ces apports hydrothermaux sur les communautés planctoniques et les cycles biogéochimiques dans le WTSP

Nous proposons une approche pluridisciplinaire basée sur une campagne océanographique de 37 jours (2019, N/O L’Atalante, acceptée par la TGIR FOF) dans le WTSP et sur des travaux de modélisation. Le consortium TONGA comprend 85 scientifiques de 19 institutions internationales, composé de géochimistes, océanographes physiciens, chimistes des éléments traces, biogéochimistes, biologistes et modélisateurs.
La campagne se compose de 31 stations courtes (6h) et de deux études de processus de 5 jours au-dessus de 2 volcans sous-marins actifs peu profonds connus. Les traceurs hydrothermaux et l'ensemble des paramètres physiques/hydrologiques/biogéochimiques/biologiques seront mesurés simultanément au suivi atmosphérique. Des mouillages fixes et dérivants, des profileurs de turbulence et des flotteurs ARGO seront déployés pour déterminer comment les apports hydrothermaux affectent la répartition des éléments traces et des isotopes dans la couche de mélange (Tâche 1) et comment les paramètres physiques affectent la dilution et le transport des panaches (Tâche 2). L'effet potentiel de ces apports sur les communautés planctoniques (fertilisation vs toxicité) dépend de leur biodisponibilité qui sera étudiée en détail. L’impact sur le fonctionnement des écosystèmes et les cycles biogéochimiques (Tâche 3) sera étudié grâce à des mesures de stocks, flux, et diversité planctonique le long de gradients hydrothermaux, et complétés par des expériences de mélange avec des fluides hydrothermaux dans des réacteurs trace metal clean. Ces observations alimenteront plusieurs approches de modélisation et vice-versa: (1) une approche multi-échelle permettra de mieux caractériser la dispersion locale et régionale des nutriments d’origine hydrothermale dans le WTSP, (2) une nouvelle approche de modélisation lagrangienne sera utilisée pour quantifier le transport du Fe hydrothermal vers la couche euphotique et (3) une version dynamique couplée du modèle PISCES qui inclue des liaisons dynamiques des ligands du Fe, le Fe colloïdal, et l'apport hydrothermal permettra de caractériser le rôle du Fe hydrothermal sur la production primaire et l'export de carbone.

TONGA a été endorsé en tant que Process study par le programme GEOTRACES et a reçu une lettre de soutien du programme IMBER. Il permettra d'améliorer la compréhension des processus liés à l’impact des sources hydrothermales peu profondes sur le fonctionnement des écosystèmes, question qui a été jusqu’ici très peu abordée.

Coordinateur du projet

Madame Sophie Bonnet (Institut Méditerranéen d'océanographie-IRD)

L'auteur de ce résumé est le coordinateur du projet, qui est responsable du contenu de ce résumé. L'ANR décline par conséquent toute responsabilité quant à son contenu.

Partenaire

LOCEAN Laboratoire d'Océanographie et du Climat: expérimentations et approches numériques
GEOAZUR GEOAZUR
SGNC/DIMENC Service Géologique de Nouvelle-Calédoni
LOPS Laboratoire d'Océanographie Physique et Spatiale
LaMP Laboratoire de Météorologie Physique
Ifremer Ifremer
LEGOS Laboratoire d'études en géophysique et océanographie spatiales
Leibniz Institute for Baltic Sea Research / Marine Chemistry Laboratory
LISA Laboratoire Interuniversitaire des Systèmes Atmosphériques
University of Liverpool / School of Environmental Sciences
University of Tasmania / Institute for Marine and Antarctic Studies
New York University Abu Dhabi / The Center for Prototype Climate Modeling
AD2M Adaptation et diversité en milieu marin
LEMAR Laboratoire des sciences de l'environnement marin
LOV Laboratoire d'océanographie de Villefranche
GET Laboratoire Géosciences Environnement Toulouse
MIO Institut Méditerranéen d'océanographie-IRD

Aide de l'ANR 417 647 euros
Début et durée du projet scientifique : novembre 2018 - 42 Mois

Liens utiles

Explorez notre base de projets financés

 

 

L’ANR met à disposition ses jeux de données sur les projets, cliquez ici pour en savoir plus.

Inscrivez-vous à notre newsletter
pour recevoir nos actualités
S'inscrire à notre newsletter