CE26 - Innovation - travail

Les dynamiques de la justice en entreprise: une approche par la cognition motivée – JuDy

Résumé de soumission

Le projet JuDy s’intéresse à comprendre comment les salariés et les managers effectuent des jugements de justice, qui sont d’importants moteurs attitudinaux et comportementaux au travail. La recherche proposée s’appuie sur un cadre théorique nouveau que j’ai développé récemment avec mes co-auteurs (Barclay, Bashshur & Fortin, 2017) et qui intègre la cognition motivée et la justice organisationnelle. Comprendre la notion de justice du point de vue des différentes parties prenantes permettra aux organisations, universités et aux décideurs politiques d’améliorer les dynamiques de justice.
Le projet se fonde sur une nouvelle façon de conceptualiser la justice organisationnelle en comprenant l’individu comme un agent processeur d’information motivé et actif. En effet, lorsque les individus construisent leurs perceptions de justice, ils sont influencés par leurs objectifs et motivations personnels (Kunda, 1990) qui peuvent changer au cours du temps. Cette nouvelle prise de vue permet de comprendre et de rassembler différentes pièces du puzzle qu’est la recherche en justice, à savoir pourquoi la perception de justice d’une même personne lors d’un évènement peut changer avec le temps ? De même, pourquoi différentes personnes peuvent percevoir une même action de justice de façon complètement différente ?
Le premier objectif de ce projet est donc de développer davantage la théorie pour comprendre pourquoi et comment différentes motivations peuvent expliquer que les évaluations de justice d’un même évènement diffèrent chez la même personne dans le temps mais aussi entre les parties prenantes.
Le deuxième objectif est l’investigation empirique des dynamiques de justice intra-personnelles. Ces études sont menées dans le cadre de retours de congés maternité qui est un moment donnant naissance à nombreuses évaluations d’injustice. Des entretiens longitudinaux et une analyse quantitative de carnets journaliers de femmes revenant d’un congé maternité nous permettront d’avoir un regard sur ces dynamiques en prenant en compte différents espaces temporels. Ceci nous permettra aussi d’appréhender comment les moteurs et l’expérience de la justice de ces femmes sont liés à leurs décisions et leurs intentions de carrière. Tout en contribuant à la recherche de connaissance fondamentale, ces études nous permettront de saisir, de façon plus affinée et focalisée sur la personne, l’expérience de la reprise du travail qui est reconnue comme étant un point critique pour l’égalité des genres en termes de progression de carrière..
Le troisième point du projet est l’étude empirique des perspectives divergentes de la justice en fonction des parties prenantes et de leur position hiérarchique. Les prises de décisions difficiles dans les organisations forment le contexte de recherche pour ces travaux. Quand un manager doit faire des choix entre de multiples options indésirables, la notion de justice s’amplifie et devient plus éprouvante. Ainsi, il se peut que, dans ces situations, la motivation derrière le raisonnement managérial peut être différente de celle des employés. Ceci peut amener à différentes représentations de la justice, et donc influencer des réactions de la part des employés. Cette dynamique est explorée à travers de données expérimentales et d’enquête de terrain.
Cette proposition de recherche allie des travaux théoriques et empiriques et est soutenue par une équipe de chercheurs internationaux avec des expériences méthodologiques et disciplinaires très complémentaires. Ceci me permettrait de former ma propre équipe de recherche et de développer un courant de recherche nouveau et cohérent dans le domaine de la justice organisationnelle.
Afin de maximiser les bénéfices de ce projet, les résultats seront diffusés non seulement au travers de publications académiques mais également partagés avec des praticiens et des étudiants au travers d’ateliers de travail, de tables rondes, de publications grand public et de cas d’études sous forme de vidéos.

Coordinateur du projet

Université Toulouse 1 Capitole - Centre de Recherche en Management (Laboratoire public)

L'auteur de ce résumé est le coordinateur du projet, qui est responsable du contenu de ce résumé. L'ANR décline par conséquent toute responsabilité quant à son contenu.

Partenaire

Université Toulouse 1 Capitole - Centre de Recherche en Management

Aide de l'ANR 246 046 euros
Début et durée du projet scientifique : février 2018 - 48 Mois

Liens utiles