DS01 - Gestion sobre des ressources et adaptation au changement climatique

Approches hydrométallurgique et de phytomanagement pour la gestion des laitiers sidérurgiques. – HYPASS

Résumé de soumission

Le terme générique de laitiers sidérurgiques englobe plusieurs matériaux aux caractéristiques physico-chimiques différentes: il s’agit de matières minérales artificielles (classifiées en tant que déchets) produites en grande quantité (plusieurs millions de tonnes par an en France) par l’industrie du fer et de l’acier: la sidérurgie. Particulièrement riches en métaux d’intérêt stratégique valorisables, ces matériaux sont néanmoins massivement stockés au sein de "crassiers" sidérurgiques et constituent autant de nuisances potentielles pour l’environnement et la santé publique.

L’objectif du projet HYPASS est de développer une démarche technologique innovante permettant simultanément la récupération des métaux d’intérêt stratégique des laitiers ainsi qu’une gestion se voulant plus écologique des "crassiers" métallurgiques. Dans cette optique, HYPASS s’intéressera à la problématique dans son ensemble au travers de la caractérisation des stocks existants de laitiers disponibles, du développement de nouvelles technologies d’extraction des ressources métalliques valorisables et finalement d’exploration de nouvelles méthodes de gestion de décharges contaminées; le but ultime du projet étant de développer, en aval de la production des laitiers, une procédure de gestion "zéro déchets" se voulant autant que possible économiquement viable et acceptable d’un point de vue environnemental.

Le cœur du projet est de développer, d’appliquer et d’évaluer deux voies, très différentes mais complémentaires, de valorisation: 1/ une approche basée sur des principes hydrométallurgiques en conditions alcalines, visant une récupération optimale des métaux d’intérêt stratégique et 2/ une approche de phytostabilisation en présence de symbioses mycorhiziennes de forme à stimuler la restauration écologique des décharges métallurgiques. Par ailleurs, HYPASS envisage de répertorier et de cartographier les anciens crassiers, de réaliser des "Analyses de Cycle de Vie" (ACV) pour les différentes méthodes de valorisation et de construire un outil d’aide à la décision afin de faciliter l’identification des meilleures méthodes de traitement, tant d’un point de vue économique que purement environnemental. La méthodologie HYPASS sera mise en œuvre sur un crassier métallurgique situé à Châteauneuf (Loire), inscrit dans le réseau de sites ateliers français SAFIR.

Le Consortium du projet comprend un partenaire industriel (Industeel France ArcelorMittal) et deux partenaires académiques (ARMINES/SPIN et BRGM) et est organisé en huit "Working Packages" (WPs) distincts mais complémentaires. De forts impacts sont attendus au terme du projet. D’un point de vue technologique, le développement de nouvelles méthodes de récupération de métaux stratégiques est la fois très innovant et prometteur, car cela permettra d’envisager le traitement de grandes quantités de laitiers, qui sont actuellement mal valorisés. Cette orientation est particulièrement importante au regard des directives européennes imposant un plus fort taux de recyclage des co-produits industriels et une diminution des pratiques de mise en décharge. D’un point de vue environnemental, l’utilisation de la phytostabilisation comme méthode de confinement ne permettra pas simplement de protéger les crassiers de l’érosion mécanique et d’améliorer leur aspect visuel, mais cela permettra surtout de stimuler la restauration d’un écosystème local et d’accélérer la construction d’un technosol. Une restauration de la biodiversité et le développement d’un néo-sol donnera une nouvelle valeur aux crassiers abandonnés, en lien avec les services écosystémiques qu’un site peut offrir. Par ailleurs, HYPASS devrait avoir de forts impacts économiques et sociétaux, en contribuant à une réduction de la dépendance Européenne vis à vis de l’importation de métaux stratégiques. Finalement HYPASS pourrait conduire au développement de nouveaux métiers dans le domaine très récent du traitement des déchets à haute valeur ajoutée.

Coordinateur du projet

Monsieur Fernando Pereira (ARMINES)

L'auteur de ce résumé est le coordinateur du projet, qui est responsable du contenu de ce résumé. L'ANR décline par conséquent toute responsabilité quant à son contenu.

Partenaire

BRGM Bureau de Recherche Géologique et Minière
ARMINES - SPIN ARMINES
INDUSTEEL France

Aide de l'ANR 526 442 euros
Début et durée du projet scientifique : novembre 2017 - 42 Mois

Liens utiles

Inscrivez-vous à notre newsletter
pour recevoir nos actualités
S'inscrire à notre newsletter