FRAL - Programme franco-allemand en Sciences humaines et sociales

Art et architecture à Paris et Versailles dans les récits de voyageurs allemands à l'époque baroque – ARCHITRAVE

ARCHITRAVE

Art et architecture à Paris et Versailles dans les récits de voyageurs allemands à l’époque baroque

Les Humanités numériques au service de l’Histoire de l’art : éditer et visualiser des récits de voyages de l’époque baroque en ligne

Le projet « Art et architecture à Paris et Versailles dans les récits de voyageurs allemands à l’époque baroque » consiste à proposer une étude approfondie, conjointement avec une édition critique numérique, de six sources manuscrites et imprimées de langue allemande datant de 1685 à 1723, peu connues ou inédites, provenant d’archives et de bibliothèques allemandes et autrichiennes, sur l’art parisien et versaillais des XVIIe et XVIIIe siècles. <br />Ces récits de voyage et comptes rendus d’architectes et de diplomates allemands sont particulièrement intéressants car ils contiennent des jugements argumentés sur l’art et la culture française. Ces sources précoces font partie des rares exemples de productions littéraires de l’époque louis-quatorzienne et du début du siècle des Lumières qui sont parvenues jusqu’à nous. <br />Le projet vise à montrer que les recherches sur les modes de perception entre la France et l’Allemagne à l’époque baroque peuvent être abordées de façon encore plus pertinente par le biais des nouveaux moyens d’analyse numériques. L’édition numérique accompagnant le projet sera bilingue.

Ces récits de voyage et comptes rendus d’architectes et de diplomates allemands sont probantes, car elles contiennent des jugements argumentés et justifiés sur l’art et la culture française. Il s’agit de sources précoces, de rares exemples littéraires de l’époque louis-quatorzienne et du début du siècle des Lumières étant parvenus jusqu’à nous. En revanche, ces textes, en grande partie illustrés, ne doivent pas être considérés comme de simples documents factuels livrant une description plus fine de nombreux édifices disparus ou modifiés au fil du temps, et donnant de précieuses indications sur leurs usages et leurs anciens décors. Ces documents sont tout autant des productions littéraires, entremêlant le réel et le fictif, certains auteurs allant même jusqu’à proposer des améliorations de l’art français. L’analyse de la syntaxe et du vocabulaire utilisés par les visiteurs sera un des objectifs du projet.
Au demeurant, on est confronté à une attitude ambiguë envers l’art et la culture française, émergeant largement avant l’apogée du siècle des Lumières : tout en étant attirés par la France, les visiteurs ne cachent pas leur répugnance envers certain traits de la culture française. Par contre, ce jugement critique qui fait preuve d’une certaine indépendance envers la culture d’outre-rhin ne doit pas être compris uniquement comme la résultante d’un entêtement allemand envers une culture éprouvée de longue date comme supérieure. Elle est tout autant le signe de l’avènement d’un nouveau paradigme esthétique autour de 1700 donnant plus de place au génie individuel et aux solutions artistiques originales, même si l’appréciation éclectique de phénomènes culturels, d’après laquelle tous progrès dans les arts serait basé sur la capacité de choisir et d’amalgamer les solutions préexistantes et universellement appréciées, prévaut encore.
Deux workshops thématiques et une conférence finale serviront à poursuivre ses pistes de réflexion.

Le projet comporte trois volets : (1) l’édition critique en ligne de six récits de voyage allemands avec leur traduction française ; (2) l’analyse scientifique des phénomènes de transferts culturels véhiculés par ces sources ; (3) la mise à disposition d’une plateforme de vulgarisation de nos découvertes, recherches et analyses sous la forme d’un blog destiné au grand public.
(1) L’édition critique bilingue est au cœur du projet et comporte principalement des étapes de transcription, de traduction et d’enrichissement des sources.
(2) Conformément au programme initial, deux workshops thématiques ont été organisés à Versailles et à Paris en novembre 2017 et novembre 2018. Le premier s’intitulait « Une venue entravée ? L’accessibilité aux monuments et œuvres d’art à Paris et en Île-de-France au tournant du XVIIIe siècle », le second : « Entre réalité et fiction : les récits de voyage comme genre littéraire et artistique à part entière » Voir : www.crlv.org/colloque/entre-réalité-et-fiction
Du 19 au 21 février 2020 se déroulera le colloque final à Versailles et à Paris.
(3) Le projet s’est doté d’un blog à destination du grand public sur la plateforme hypotheses.org d’OpenEdition, intitulé « Destination Versailles : voyager en France au tournant du XVIII? siècle » : architrave.hypotheses.org Les nouvelles du blog sont relatées sur le compte Twitter accompagnant le projet (https://twitter.com/teamarchitrave).

En plus de mutualiser les connaissances des spécialistes français sur Paris et Versailles au temps de Louis XIV et celles de leurs collègues allemands sur les sources retenues, il s’agira aussi de montrer comment les outils numériques de traitement et d’analyse de sources peuvent offrir – à un public académique mais aussi non-académique – une approche innovante et fiable pour les explorer et les étudier.

Hendrik Ziegler, « La Vision de Versailles à la veille de la Révolution », dans : Visiteurs de Versailles : voyageurs, princes, ambassadeurs, 1682-1789, sous la dir. de Daniëlle Kisluk-Grosheide et Bertrand Rondot, cat. expo., Versailles, Château de Versa

Le projet consiste à proposer une étude approfondie de six récits de voyage allemands datant de 1685 à 1723, les seuls connus de l’époque baroque contenant des jugements développés et argumentés sur l’architecture et l’art français. La majeure partie de ces sources manuscrites et imprimées provenant d’archives et de bibliothèques publiques allemandes n’a pas encore été publiée et analysée dans son ensemble. Le projet mettra à disposition ce corpus richement commenté au sein d’un portail numérique proposant des fonctionnalités d’interrogation poussées et une interconnexion complexe d’information textuelles et de ressources iconographiques. Ainsi, les objectifs de l’équipe de recherche franco-allemande sont doubles : d’une part mutualiser les connaissances des spécialistes français sur Paris et Versailles au temps de Louis XIV et celles de leurs collègues allemands sur les sources retenues ; d’autre part montrer comment les outils numériques de traitement et d’analyse de sources peuvent offrir – à un public académique mais aussi non-académique – une approche innovante et fiable pour les explorer et les étudier.

L’objectif premier du projet est de contribuer à une meilleure compréhension des modes d’appréciation d’une culture étrangère à l’époque baroque. Même s’ils sont poussés par la curiosité et l’admiration, les voyageurs allemands ont manifesté, bien avant la période des Lumières, une distance critique envers l’art et la culture française. On n’a pas encore saisi à quel point le contact avec la culture française a contribué au développement d’une telle faculté de jugement indépendant, qui assoie (et même renforce) les schémas de perception spécifiquement allemands. En outre, l’attitude sceptique qui ressort souvent de ces documents semble avoir été, au tournant du siècle, un sol fertile pour le développement d’un nouveau paradigme esthétique. Certes, depuis la Renaissance prévalait une appréciation éclectique de l’art, d’après laquelle tout progrès dans les arts serait basé sur la capacité de l’artiste de choisir et d’associer au mieux des solutions préexistantes et universellement appréciées. Mais autour de 1700, les premiers signes d’un assouplissement de se paradigme apparaissent, donnant plus de place au génie individuel et aux solutions artistiques originales. Le rôle qu’ont joué les voyageurs allemands se rendant en France dans ce processus subversif et émancipatoire sera à investiguer.

De même, au regard de leurs qualités littéraires et spécificités linguistiques, les textes ici analysés appartiennent à une période transitoire. Jusqu’alors on était d’avis que seulement durant l’apogée des Lumières les voyageurs avaient développé cette capacité à émettre des appréciations individuelles d’œuvres d’art, impliquant des points de vue délibérément intimes et subjectifs. Mais même si à la fin du XVIIe siècle la tradition descriptive dominait encore, visant à une description soi-disant objective et intégrale de l’œuvre vue, on observe déjà une faculté grandissante des voyageurs à focaliser leur attention sur des aspects particuliers et à exprimer leurs émotions.

Les récits de voyage constituent aussi des documents factuels précieux, livrant des descriptions plus précises de nombreux édifices et de leurs décorations intérieures, disparus ou modifiés au fil du temps, et donnant des indications sur leurs usages et fonctions. Ces sources donneront des informations sur les conditions d’accès à certaines fortifications, palais, jardins, etc. De plus, l’analyse croisée des sources donnera des indications utiles sur les réseaux que les touristes durent mobiliser pour organiser leurs visites.

Conjointement à cette investigation scientifique, une édition critique bilingue des six sources sera élaborée et proposée au sein d’un portail numérique interopérable et consultable en libre accès. Ce portail de recherche sera accompagné d’un espace web dédié au large public mis à disposition sur le site du Château de Versailles.

Coordinateur du projet

Université de Reims Champagne Ardenne (Laboratoire public)

L'auteur de ce résumé est le coordinateur du projet, qui est responsable du contenu de ce résumé. L'ANR décline par conséquent toute responsabilité quant à son contenu.

Partenaire

Niedersächsische Staats- und Universitätsbibliothek Göttingen
Centre de recherche du château de Versailles
Max Weber Stiftung - DFK Paris
Université de Reims Champagne Ardenne

Aide de l'ANR 230 588 euros
Début et durée du projet scientifique : mars 2017 - 36 Mois

Liens utiles