DS0401 -

Visualization de l'amylin avec des sondes métalliques pour une imagerie du diabète – DIVA

Résumé de soumission

Les dépôts amyloïdes formés par l’amyline dans les îlots pancréatiques sont une caractéristique pathologique commune trouvée chez 90% des patients atteints de diabètes de type 2 (DT2). La visualisation non invasive et répétitive des agrégats d’amyline in vivo serait un outil révolutionnaire non seulement pour un diagnostic précoce du DT2, mais aussi pour l’évaluation du potentiel des thérapies. Cependant aucun outil de ce type n’existe à l’heure actuelle. Nous proposons donc de concevoir, de synthétiser et de valider in vivo et in vitro des sondes d’imagerie basées sur des complexes métalliques pour la détection d’agrégats d’amyline.
Nous utiliserons une approche modulaire pour créer ces sondes pour lesquelles une unité de ciblage capable de se lier de façon sélective aux agrégats d’amyline est liée au complexe métallique qui est la partie active en imagerie. L’avantage majeur de cette approche réside dans le fait qu’en changeant l’ion métallique, notre sonde peut être active dans différentes modalités d’imagerie. Nombre de ces ions ont des caractéristiques de chimie de coordination similaires, et peuvent donc être substitués l’un à l’autre dans les complexes. Par conséquent, nous pouvons créer une plate-forme d’agents d’imagerie de différentes modalités en utilisant le même chélateur, et en choisissant l’ion métallique approprié à la technique d’imagerie envisagée. Dans ce projet, l’évaluation in vivo se focalisera sur l’IRM avec des complexes de Gd3+, et sur le SPECT (imagerie nucléaire) avec les analogues de 111In3+, en utilisant des modèles de souris adéquats. En effet, des études pathologiques et à long-terme de la morphologie du pancréas sont quasiment impossibles sur les humains, par conséquent nous mimerons les agrégats pancréatiques d’amyline sur des modèles de souris. Cela nous permettra en outre de réaliser des études à long-terme avec un nombre suffisant d’animaux par groupe.
Ce projet interdisciplinaire combine la chimie et la biologie et propose une approche innovante en imagerie avec l’utilisation de nouvelles sondes présentant un possible potentiel pour des applications chez l’homme dans le futur. Dans un premier temps, les résultats vont contribuer à une meilleure compréhension des interactions entre les complexes métalliques (sondes d’imagerie) et les peptides de type amyloïde au niveau moléculaire. Les données in vivo valideront le potentiel de ces sondes en tant qu’agent d’imagerie pour le DT2. A plus long terme, les résultats de ce projet pourront contribuer à répondre à un besoin médical identifié puisqu’à l’heure actuelle aucun agent IRM spécifique n’a été décrit pour la visualisation de l’amyline dans les DT2.

Coordinateur du projet

Madame Eva JAKAB TOTH (Centre de Biophysique Moléculaire)

L'auteur de ce résumé est le coordinateur du projet, qui est responsable du contenu de ce résumé. L'ANR décline par conséquent toute responsabilité quant à son contenu.

Partenaire

CBM Centre de Biophysique Moléculaire
CNRS - LCC Centre National de la Recherche Scientifique - Laboratoire de Chimie de Coordination
INSERM-I2MC-UMR1048 Institut National de la Santé et de la recherche Médicale

Aide de l'ANR 524 317 euros
Début et durée du projet scientifique : septembre 2016 - 48 Mois

Liens utiles

Inscrivez-vous à notre newsletter
pour recevoir nos actualités
S'inscrire à notre newsletter