DS0302 -

Conception des chaînes logistiques avec une demande sensible à la performance environnementale – CONCLuDE

Résumé de soumission

Ce projet a pour ambition de revisiter les modèles de conception d’une Chaîne Logistique (CL) en considérant la sensibilité des clients à la performance environnementale. Ainsi, la demande ne sera plus modélisée comme une donnée exogène mais comme une variable endogène qui dépend des décisions des modèles. Nous nous intéressons donc à modéliser la variation de la demande en fonction de la performance environnementale, d’une part, et la relation entre cette performance environnementale et les décisions de conception d’une CL, d’autre part. Ceci constitue une rupture avec les modèles existants où la demande est quasi-exclusivement modélisée comme un paramètre exogène indépendant des décisions du modèle. Ce sujet nous paraît important car la performance environnementale est devenue un facteur de compétitivité pour les entreprises et un critère important d’achat pour les clients que ce soit dans le contexte de B-to-B ou de B-to-C. Or, cette performance environnementale dépend des décisions prises lors de la conception de la CL telles que la localisation/allocation des sites de production, le choix des fournisseurs, la sélection des technologies de fabrication et des moyens de transport, etc.

Ce projet de type PRC se positionne dans la recherche amont avec comme principal objectif la création de connaissances, nécessitant de lever tout d'abord des verrous scientifiques en modélisation et résolution de modèles. Nous souhaitons néanmoins inscrire ces travaux dans des problématiques industrielles importantes en nous rapprochant des secteurs de production mécanique et de l’agroalimentaire.

Dans une première étape, il s’agit de déterminer les attributs qui caractérisent la performance environnementale. En effet, le bilan carbone est souvent retenu, mais il s’agit d’un raccourci qui est de plus en plus contesté par les tenants d’une approche globale de type Analyse du Cycle de Vie. Ensuite, la deuxième étape consiste à construire les équations mathématiques établissant les liens de cause à effet entre les attributs environnementaux d’un produit d’une part, et son niveau de demande d’autre part. Dans la troisième étape, il s’agit d’intégrer les fonctions de demande établies dans les phases précédentes dans des modèles de conception de CL et de résoudre ces modèles. Nous envisageons principalement deux types de modèles :

- les modèles analytiques explicites qui offrent la possibilité d’intégrer des fonctions non linéaires de la demande et d’exploiter analytiquement la solution optimale, mais souvent sous des conditions de simplicité de structure et de décisions,

- les programmes linéaires en nombres entiers qui peuvent intégrer plusieurs décisions simultanément et permettent de considérer des structures assez complexes de CL mais pour lesquels il est souvent très difficile de caractériser analytiquement la solution optimale.

Enfin, nous consacrerons la dernière étape à la validation et l’exploitation des modèles proposés, tout d’abord de façon générique puis en considérant des exemples issus des secteurs de production mécanique et de l’agroalimentaire en nous basant sur le soutien des pôles LUTB et Viaméca, d’une part, et sur l’aide de l’entreprise Diana Food qui va nous fournir des exemples encore plus dédiés puisqu’issus de leur activité, d’autre part. Précisons que par validation et exploitation nous entendons démontrer que nos modèles adressent des problématiques importantes pour les entreprises et que l’innovation scientifique, inclure une demande endogène, peut modifier sensiblement les décisions de conception de CL. Nous mobiliserons aussi nos modèles pour adresser des questions managériales telles que l'arbitrage entre une CL locale et internationale quand les clients sont sensibles à la performance environnementale, l'impact d'une variation de la sensibilité des clients sur les décisions logistiques, le gain espéré d'une entreprise qui tient compte des préférences environnementales des clients, etc.

Coordinateur du projet

Monsieur Ramzi Hammami (GROUPE ECOLE SUP COMMERCE RENNES)

L'auteur de ce résumé est le coordinateur du projet, qui est responsable du contenu de ce résumé. L'ANR décline par conséquent toute responsabilité quant à son contenu.

Partenaire

ARMINES-FAYOL ARMINES Institut Henri Fayol de l'Ecole des Mines de Saint-Etienne
Grenoble INP Institut polytechnique de Grenoble
ESC Rennes GROUPE ECOLE SUP COMMERCE RENNES

Aide de l'ANR 352 909 euros
Début et durée du projet scientifique : octobre 2016 - 48 Mois

Liens utiles

Explorez notre base de projets financés

 

 

L’ANR met à disposition ses jeux de données sur les projets, cliquez ici pour en savoir plus.

Inscrivez-vous à notre newsletter
pour recevoir nos actualités
S'inscrire à notre newsletter