DS10 - Défi de tous les savoirs

Biologie, pathologie et comportements des Gravettiens : du squelette aux interprétations palethnologiques – GRAVETT'OS

Gravett'Os

Biologie, pathologie et comportements des Gravettiens : du squelette aux interprétations palethnologiques

Le Gravettien, une culture paneuropéenne ?

Le Paléolithique supérieur européen (40 - 10 000 ans avant le présent) représente une période charnière de l’histoire de l’humanité. Tout démontre pour l’ensemble de cette époque l’existence de sociétés très complexes avec de profondes modifications des rapports sociaux comparativement aux périodes plus anciennes. Le projet GRAVETT'OS s'inscrit dans la dynamique de compréhension des populations du Paléolithique supérieur européen, en s’intéressant plus particulièrement à une période clef : le Gravettien (28 - 21 000 ans avant le présent), caractérisé par une grande homogénéité à l'échelle du continent, à l’origine du qualificatif de «première culture paneuropéenne«.

Jusque dans les années 2000, les populations gravettiennes n’étaient connues en France que par les vestiges osseux de l’abri Pataud et par quelques restes fragmentaires et isolés. Depuis, les révisions de sites, les reprises de fouilles et les nouvelles découvertes ont comblé en partie cette lacune. Le moment est donc propice à une étude des squelettes humains gravettiens du territoire français, au moyen d'une recherche innovante à la frontière entre la paléoanthropologie, l'archéologie virtuelle et les problématiques associées à la préservation et la valorisation du patrimoine.
Les vestiges humains issus de quatre sites majeurs du Sud-Ouest de la France seront analysés au moyen d'un protocole standardisé : Cro-Magnon (Dordogne), l'abri Pataud (Dordogne), Cussac (Dordogne) et Gargas (Hautes-Pyrénées). Le premier objectif de ce projet est d’accroître notre connaissance de la diversité morphologique des populations humaines du Paléolithique supérieur. Cette analyse des vestiges permettra de documenter les comportements et les modes de vie de ces populations notamment grâce à l’étude des marqueurs osseux d’activité et des indicateurs de stress non-spécifiques. Les premiers permettent de discuter des activités pratiquées par les individus au cours de la vie ; les seconds aident à identifier les périodes de stress biologiques au cours de la croissance.

Les principaux résultats actuellement portent sur la découverte de nouveaux cas pathologiques pour le Gravettien, observés à Cussac et Gargas.

Les caractéristiques morphologiques des gravettiens du Sud-Ouest de la France seront comparées à celles des autres sujets du Paléolithique supérieur pour discuter des affinités entre des groupes culturellement, chronologiquement ou géographiquement distincts. Ce projet permettra également de discuter des aspects funéraires, en particulier la sélection des individus inhumés (suivant l’âge-au-décès, le sexe, les pathologies, etc.) et les relations familiales entre les différents sujets d’un même site.

Articles dans revues à comité de lecture

Guyomarc’h P., Samsel M., Courtaud P., Mora P., Dutailly B., Villotte S., 2017. New data on the paleobiology of the Gravettian individual L2A from Cussac cave (Dordogne, France) through a virtual approach. Journal of Archaeological Science: Reports, 16, 365-373.
Villotte S, Samsel M, Sparacello VS. 2017. Paleobiology of the two adult skeletons from Baousso da Torre (Bausu da Ture) (Liguria, Italy): implications for our understanding of Gravettian lifestyle. Comptes Rendus Palevol 16(4) : 462-473.
Samsel M., Knüsel C.J., Villotte S (2016). Réévaluation du sexe et de l'âge au décès du sujet azilien Le Peyrat 5, Saint-Rabier (Dordogne, France). BMSAP. 28, 3-4: 213-220.

Le Paléolithique supérieur européen (40-10 000 BP) représente une période charnière de l’histoire de l’humanité. Tout démontre pour l’ensemble de cette époque l’existence de sociétés très complexes avec de profondes modifications des rapports sociaux comparativement aux périodes plus anciennes.
Le projet GRAVETT'OS s'inscrit dans la dynamique de compréhension des populations du Paléolithique supérieur européen, en s’intéressant plus particulièrement à la culture gravettienne (29-21 000 BP), caractérisée par une grande homogénéité technique et stylistique à l'échelle du continent, à l’origine du qualificatif de "première culture paneuropéenne".
Jusque dans les années 2000, les populations gravettiennes n’étaient connues en France que par les vestiges osseux de l’abri Pataud et par quelques restes fragmentaires et isolés. Depuis, les révisions de sites, les reprises de fouilles et les nouvelles découvertes ont comblé en partie cette lacune. Le moment est donc propice à une étude des squelettes humains gravettiens du territoire français, au moyen d'une recherche innovante à la frontière entre la paléoanthropologie, l'archéologie virtuelle et les problématiques associées à la préservation et la valorisation du patrimoine. Les vestiges humains issus de quatre sites majeurs du Sud-Ouest de la France seront analysés au moyen d'un protocole standardisé : Cro-Magnon (Dordogne), l'abri Pataud (Dordogne), Cussac (Dordogne) et Gargas (Hautes-Pyrénées).
Cette étude inclura notamment des recherches innovantes concernant l'analyse virtuelle de fossiles restés in situ, l'identification d'individus au sein d'assemblages osseux et le dimorphisme sexuel au Paléolithique supérieur.
Le premier objectif de ce projet est d’accroître les connaissances sur la diversité morphologique des populations humaines du Paléolithique supérieur. Cette analyse des vestiges permettra également de documenter les comportements et les conditions de vie de ces populations, notamment grâce à l’étude des marqueurs osseux d’activité et des indicateurs de stress non spécifiques. Les premiers permettent de discuter des activités pratiquées par les individus au cours de la vie ; les seconds aident à identifier les périodes de stress biologiques au cours de la croissance. Ce projet a également pour objectif de discuter des aspects funéraires, en particulier la sélection des individus inhumés (suivant l’âge au décès, le sexe, les pathologies, etc.) et les relations familiales entre les différents sujets d’un même site. Enfin, les caractéristiques morphologiques des gravettiens du Sud-Ouest de la France seront comparées à celles des autres sujets de la fin du Pléistocène et du début de l'Holocène pour discuter des affinités entre des groupes géographiquement et chronologiquement distincts.

Coordinateur du projet

Monsieur Sébastien Villotte (de la Préhistoire à l'Actuel : Culture, Environnements et Anthropologie)

L'auteur de ce résumé est le coordinateur du projet, qui est responsable du contenu de ce résumé. L'ANR décline par conséquent toute responsabilité quant à son contenu.

Partenaire

PACEA de la Préhistoire à l'Actuel : Culture, Environnements et Anthropologie

Aide de l'ANR 210 000 euros
Début et durée du projet scientifique : septembre 2015 - 36 Mois

Liens utiles

Inscrivez-vous à notre newsletter
pour recevoir nos actualités
S'inscrire à notre newsletter