CE31 - Cultures - Patrimoines

Céramiques imprimées de Méditerranée occidentale: recherches interdisciplinaires sur le Néolithique ancien – CIMO

Résumé de soumission

Ce projet de 42 mois qui s’intègre à l’axe « Création, Cultures et Patrimoine » du défi « Sociétés innovantes, intégrantes et adaptatives » vise à identifier les transferts et liens culturels à l’œuvre dans le cadre de la diffusion du Néolithique ancien en Méditerranée du NW en démêlant les différents processus liés à la production et à l’usage de la poterie et les savoir-faire impliqués. Il combine des approches archéologiques et expérimentales à des approches géologiques, géochimiques, physiques, chimiques et en science des matériaux.
Le premier peuplement néolithique de cette aire est marqué par l’installation discontinue de groupes pionniers originaires du Sud-Est italien. Ce transfert s’est déroulé dans un laps de temps court, si l'on considère les premiers sites des Pouilles vers 6000 et des côtes NW de Méditerranée vers 5800 BCE. L’identification de traditions techniques parmi les divers styles céramiques constitue un des verrous majeurs à lever pour la compréhension des processus de ces transferts. Que révèle cette diversité? Différents degrés d’interactions avec le Mésolithique? La fragmentation successive de petits groupes de colons? Qu'est-ce que cela nous apprend sur les formes sociales des premières communautés agro-pastorales ?
Ce projet a pour ambition de réduire une partie de ces problématiques en considérant, au-delà des seuls aspects stylistiques, le sous-système technique céramique dans son ensemble en utilisant une méthodologie intégrée et multi-scalaire. Cette dernière articule l'ensemble des aspects des chaînes opératoires, de l’acquisition des terres à la mise en forme et à l'utilisation des pots.
Dans cette perspective, la recherche se concentrera sur la mer Ligure puis sur le Languedoc méditerranéen et le SE italien. Le choix premier de l’atelier ligure est dû à 5 raisons principales: (1) il fournit un réseau assez dense de sites des débuts de l’Impresso-Cardial, 5800-5600 BCE; (2) grâce aux fouilles récentes les sites fournissent des données abondantes dans des contextes précis; (3) la variabilité des styles céramiques est très grande et offre un cas d’étude pertinent pour aborder les paramètres culturels, chronologiques ou fonctionnels de la diversité; (4) le contexte géologique permet de tracer la provenance des géomatières avec précision notamment pour les poteries à pâtes grossières; ces dernières souvent fabriquées à partir de terres d’altération de roches cristallines constituant une grande partie des assemblages; (5) pour la plupart de ces productions, les questions posées par le méthodes de fabrication, les connaissances et savoir-faire des potiers sont heuristiques.
Organisée sous le contrôle d'un conseil scientifique (WP1), la recherche sera conduite au sein de 4 groupes dédiés à : une révision des contextes et aux échantillonnages (WP2); une caractérisation des matériaux par des méthodes minéralogiques et géochimiques novatrices appliquées pour la première fois à des contextes archéologiques (WP3); une caractérisation des méthodes de fabrication sollicitant de façon innovante les propriétés physico-chimiques des matériaux et l’expérimentation (WP4) ; une recherche innovante et à risque dans le domaine de l‘archéologie biomoléculaire et isotopique permettant de faire largement évoluer les connaissances sur les usages de la poterie (WP5). La synthèse (WP6) permettra de discuter des premiers réseaux néolithiques de Méditerranée occidentale et des traditions techniques dans une perspective holistique.
Les résultats seront valorisés dans des revues scientifiques, un site Web, 2 séminaires annuels, des travaux de master et doctorat et un symposium conclusif assorti d’une exposition.
Notre consortium regroupe 31 membres permanents des Unités Mixtes de Recherche et 11 spécialistes italiens reconnus des domaines explorés. Les collaborations interdisciplinaires étroites déjà engagées dans le cadre de la recherche et de l'enseignement constituent un atout majeur pour la réussite de ce projet.

Coordinateur du projet

Cultures – Environnements. Préhistoire, Antiquité, Moyen Âge (Laboratoire public)

L'auteur de ce résumé est le coordinateur du projet, qui est responsable du contenu de ce résumé. L'ANR décline par conséquent toute responsabilité quant à son contenu.

Partenaire

Cultures – Environnements. Préhistoire, Antiquité, Moyen Âge
GEOAZUR
Centre de Mise en Forme des matériaux
Institut de Chimie de Nice

Aide de l'ANR 523 218 euros
Début et durée du projet scientifique : septembre 2014 - 42 Mois

Liens utiles