DS0401 - Une nouvelle représentation du vivant

Mécanismes auto-immuns dans la narcolepsie avec cataplexie – ImmunitySleep

Résumé de soumission

Le sommeil est un processus physiologique fondamental nécessaire au bon fonctionnement du cerveau. Le sommeil est régulé par de nombreux gènes, l’environnement et l’interaction gène-environnement. Les troubles du sommeil sont fréquents en population générale avec d’importantes conséquences en terme de santé publique et socioéconomique. La narcolepsie avec cataplexie est une maladie rare, la cause la plus sévère de somnolence chez l’homme, en rapport avec une perte des neurones à hypocrétine (ou orexine) dans l’hypothalamus. De nombreux arguments suggèrent une cause autoimmune avec des résultats récents objectivant une forte association entre la vaccination grippale H1N1 et la narcolepsie. Grâce à un consortium efficient réunissant des cliniciens, neurobiologistes et immunologistes, nous proposons dans ce projet de recherche de tester les mécanismes immuns potentiellement impliqués dans la narcolepsie avec cataplexie.
Notre approche est translationnelle intégrant des données humaines et animales. La partie 1 est dédiée à la coordination. La partie 2 se focalisera sur l’étude phénotypique des cas de narcolepsie induit ou non par la vaccination H1N1. Nous recrutons, phénotypons, et implémentons la base de données clinique et biologique des patients narcoleptiques en lien ou non avec la vaccination H1N1 en comparaison à une population témoins. Nous comparerons les caractéristiques neuroinflammatoires (cytokines, chémokines, taux de vitamine D), la présence d’anticorps spécifiques, la prédisposition génétique des patients narcoleptiques post H1N1 ou non en comparaison aux témoins au sein des cohortes Françaises (Narcobank et Narcoflu) implémentée via ce projet. La partie 3 testera l’impact du vaccin H1N1 sur la réponse lymphocytaire T spécifique. Nous isolons actuellement les cellules mononuclées du sang périphérique chez les narcoleptiques et des témoins afin d’analyser la prolifération et la différentiation des lymphocytes T après stimulation par les peptides hypocrétine ou hémagglutinine (HA) provenant du virus influenza, pour tester le mimétisme moléculaire potentiel entre certaines protéines exprimées par les neurones à hypocrétine et H1N1. La partie 4 testera les mécanismes impliqués dans la neuroinflammation induite par l’immunité humorale. Nous étudierons un modèle de rat post perfusion chronique d’IgG purifié de patients narcoleptiques post H1N1 ou non, en précisant les anomalies du sommeil, la perte des neurones à hypocrétine, et la neuroinflammation via des approches neurophysiologiques, d’immunofluorescence et de protéomiques. La partie 5 testera si l’immunité cellulaire est capable d’induire la narcolepsie dans un modèle unique de souris dysimmunitaire exprimant sélectivement le gène HA (souche virale H1N1) dans les neurones à hypocrétine. Après injection de lymphocytes T CD8+ HA activés, nous avons objectivé une perte sélective de 75% de ces neurones. La réponse précoce immunitaire sera analysée via des techniques d’histopathologie et d’analyse fonctionnelle de l’infiltrat inflammatoire, et d’éventuelles anomalies du sommeil et des cataplexies seront objectivées. Après vaccination ou infection de la souris, nous analyserons la prolifération et la différentiation des lymphocytes T CD4 et CD8+ via les techniques de cytométrie de flux, et caractériserons l’infiltrat inflammatoire via l’immunofluorescence.
Ce projet de recherche translationnelle a pour objectif de préciser les mécanismes autoimmuns pouvant détruire les neurones à hypocrétine, et d’analyser l’impact de l’environnement (vaccination) dans la réaction autoimmune neuronale. La reconnaissance des 3 partenaires de ce projet dans les domaines du sommeil, des pathologies du sommeil et de l’immunologie est un atout majeur pour sa réussite. Nos résultats permettront nous l’espérons de découvrir de nouvelles molécules cibles et ainsi de nouvelles approches thérapeutiques pour les pathologies du sommeil.

Coordinateur du projet

Monsieur Yves DAUVILLIERS (Institut national de la santé et de la recherche médicale U1061)

L'auteur de ce résumé est le coordinateur du projet, qui est responsable du contenu de ce résumé. L'ANR décline par conséquent toute responsabilité quant à son contenu.

Partenaire

Inserm Institut national de la santé et de la recherche médicale U1061
CPTP Centre de Physiopathologie Toulouse Purpan
CRNL - CNRS Centre de Recherche en Neurosciences de Lyon/CNRS UMR5292/INSERMU1028/Univeristé Lyon1

Aide de l'ANR 450 000 euros
Début et durée du projet scientifique : septembre 2014 - 42 Mois

Liens utiles