CULT - Emergences et évolutions des cultures et des phénomènes culturels

Prolongements continentaux de la néolithisation méditerranéenne – PROCOME

Résumé de soumission

Du point de vue historique, la transition néolithique constitue une période fondamentale durant laquelle l’Homme modifie ses relations avec l’environnement pour établir, selon des modalités diversifiées, une économie fondée sur l’élevage et l’agriculture. En archéologie, les voies d’approche de ce processus nommé « néolithisation » sont extrêmement variées puisque c’est bien l’ensemble des composantes de l’anthroposystème qui se trouve modifié. Pour l’Europe, l’étude de la néolithisation s’inscrit dans une analyse des vecteurs de diffusion (diffusion culturelle via les sociétés de chasseurs-cueilleurs autochtones vs diffusion démique par migration de population depuis le Proche-Orient d’où est originaire une grande partie des espèces animales et végétales domestiques), mais également dans une approche des rythmes d’émergence des nouveautés techno-économiques néolithiques (milieu environnemental ou social plus ou moins favorable).
Le projet PROCOME vise l’étude des conditions d’émergence et d’évolution des sociétés agro-pastorales en Méditerranée nord-occidentale et dans le quart sud-ouest de la France, durant le 6e millénaire avant notre ère, plus particulièrement les arrière-pays. Le quart sud-ouest de la France constitue notre terrain d’analyse des résultats empiriques tandis que la Méditerranée occidentale offre le cadre de référence des interprétations.
Le projet PROCOME se propose d’investir ce champ de recherche grâce à l’association de spécialistes de l’archéologie méso et néolithique, des sciences de l’environnement et de l’épistémologie dans une approche pluridisciplinaire mettant en œuvre des outils performants et innovants (géomatique, géostatistique, modélisation bayésienne). Il se fondera sur l’intégration systémique d’un important corpus de données acquis par ces différentes spécialités indépendamment les unes des autres, mais sans perspectives comparatistes.
Trois objectifs généraux sont définis :
- Caractériser d’un point de vue technique (productions lithiques et céramiques), économique (gestion des ressources animales et végétales) et symbolique (parure) les différentes formes données aux expressions culturelles des premières sociétés agro-pastorales.
- Observer la dynamique spatiale et temporelle de la diffusion des nouveautés techno-économiques néolithiques : c’est-à-dire caractériser sa vitesse (lent, rapide, arythmique…) et son cheminement (espaces préférentiellement investis, espaces délaissés…).
- Puis en croisant ces observations, interpréter ces données empiriques et préciser les processus et les mécanismes sous-jacents. Nous porterons une attention particulière d’une part, à la question de l’environnement et d’autre part, aux dynamiques sociales. Pour le premier point, on s’interrogera sur le rôle activateur ou inhibiteur des systèmes écologiques et des biodiversités locales dans la diffusion de l’économie néolithique, mais également sur les éventuelles relations causales entre ces composantes environnementales et l’élaboration de nouveaux systèmes de valeurs (adaptation des savoir-faire ou choix culturels « compromis recherché » ?). Dans le second point, ce sont les relations entre les dernières sociétés de chasseurs et les premières sociétés agro-pastorales qui seront analysées en déterminant, d’une part l’impact des premières sur la dynamique de propagation de l’économie agricole et, d’autre part en évaluant la place des éventuels transferts culturels dans la recomposition des expressions culturelles.
Le processus de néolithisation constitue donc un champ de recherche particulièrement favorable pour l’étude de l’émergence et de l’évolution des cultures et des phénomènes culturels. Le projet PROCOME s’inscrit dans l’axe thématique 4 de l’ANR CULT. L’association d’une quinzaine de chercheurs dont l’expertise dans le domaine est internationalement reconnue et qui ont déjà été réunis par des collaborations antérieures assure sa pertinence scientifique et technique dans un cadre théorique rénové.

Coordinateur du projet

Travaux et Recherches Archéologiques sur les Cultures, les Espaces et les Sociétés (Laboratoire public)

L'auteur de ce résumé est le coordinateur du projet, qui est responsable du contenu de ce résumé. L'ANR décline par conséquent toute responsabilité quant à son contenu.

Partenaire

Centre de bio-archéologie et d'écologie
CNRS DR PARIS B
Géographie de l'environnement
Travaux et Recherches Archéologiques sur les Cultures, les Espaces et les Sociétés
Archéozoologie, archéobotanique : sociétés, pratiques et environnements

Aide de l'ANR 394 920 euros
Début et durée du projet scientifique : janvier 2014 - 42 Mois

Liens utiles