Blanc SHS 1 - Blanc - SHS 1 - Sociétés, espaces, organisations et marchés

Appariements et Interactions Dynamiques : Théorie et Expériences – DynaMITE

DynaMITE Appariements et Interactions Dynamiques : Théorie et Expériences

L'objectif du projet est de développer une nouvelle génération de modèles théoriques d'appariement, vote et réseaux sociaux dynamiques, en combinant les modèles de décision statiques avec des modèles dynamiques représentés par des processus de Markov. Le projet est divisé en trois sous projets: Dynamatch sur les modèles d'appariement dynamiques, Dynavote sur les modèles de vote dynamiques et Dynanet sur la formation dynamique des réseaux sociaux.

Appariements, votes et réseaux dynamiques: théorie et expérimentation

Beaucoup de décisions prises par les agents économiques rationnels ne concernent pas les marchés mais la construction de procédures d'appariement ou de vote ou l;utilisation de groupes et de réseaux sociaux. Par delà la d´´finition stricte des marchés et des prix, les économistes théoriciens unissent leurs forces avec les politologues, psychologues et informaticiens pour mieux comprendre le fonctionnement des institutions d'appariement, vote et réseaux. A quelques rares exceptions près, les modèles théorique et empiriques d'appariement, vote et de formation de réseaux sociaux sont statiques. L'objectif du projet est de développer une nouvelle génération de modèles théoriques d'appariement, vote et réseaux sociaux dynamiques, en combinant les modèles de décision statiques avec des modèles dynamiques représentés par des processus de Markov.Parce que les modèles dynamiques impliquent un comportement sophistiqué de la part des agents, nous envisageons de tester les prédictions des modèles théoriques dans les laboratoires. Nous souhaitons construire des expériences sur les choix d'école, le vote et la formation des réseaux. A long terme, l'objectif du projet est d'avancer la frontière de la recherche en économie théorique, de construire des procédures d'appariement dans des applications concrètes et de cimenter une communauté de chercheurs en France autour des notions d'appariement, votes et réseaux sociaux.

Les modèles théoriques construits reposent sur la théorie des jeux. Dans les trois domaines du projet (appariement, vote et réseaux), les modèles théoriques seront basés sur la représentation standard des acteurs rationnels. Le caractère dynamique sera représenté par des processus de Markov, et la résolution des modèles théoriques fera donc intervenir des méthodes d'optimisation dynamique proches des méthodes de recherche opérationnelle. Les expériences seront menées dans le contexte habituel des expériences en économie: sujets rémunérés en fonction de leurs performances, honneteté complète dans la relation entre l'expérimentateur et les sujets.

Les résultats attendus sont de plusieurs ordres:
- travaux scientifiques publiés dans les meilleures revues
- dissémination auprès de responsables publics en charge de processus d'appariement ou de vote.

Le projet est décomposé en trois sous-projets sur l'appariement dynamique (DynaMatch), le vote dynamique (DynaVote) et les reesaux dynamiques (DynaNet). Les trois sous-projets partagent le meme objectif (l'extension des études statiques aux environnements dynamiques) et la meme méthodologie (la construction de modèles théoriques fondés sur des processus de décision Markoviens et la validation des modèles par la construction d'expériences). Le projet est basé sur trois centers de recherches: CREST (Paris Saclay), CES (Paris 1) et Gate (Lyon-Saint Etienne). L'objectif du projet n'est pas de financer des recherches séparées dans les trois centres mais d'encourager l'intégration et la coordination dans les trois sites. Chaque sous-projet fait appel à une équipe qui réunit des chercheurs d'au moins deux centres. Une grande partie du financement est utilisé pour l'intégration des trois centres à travers des visites réciproques, un post-doc itinérant qui passera du temps dans au moins deux des trois centres. A terme, notre objectif est de construire, à travers l'intégration entre les trois centres de recherche, une communauté pérenne de chercheurs en France autour des problèmes d'interaction dynamiques.

Le projet a permis des avancées dans l’étude des modèles de formation dynamiques d’opinion dans les réseaux, et des propriétés dynamiques des solutions de partage dans les réseaux. Le projet a développé deux modèles d’appariement dynamiques, l’un appliqué à l’affectation des Maîtres de Conférence dans les universités, l’autre à l’attribution de logements sociaux à Paris. Le projet a enfin donné naissance à une nouvelle théorie du vote et de la négociation fondée sur l’approbation, appuyée par des résultats expérimentaux en laboratoire et des expériences naturelles lors de votes réels.

On compte environ 80 publications reliées au projet, et qui mentionnent le financement en remerciements. Ces publications concernent la dynamique des réseaux (pour 50 d’entre elles), les appariements dynamiques (pour environ 15) et le vote (pour environ 15). Ces publications sont dans des supports nombreux, mais on compte un nombre important (une vingtaine) de publications dans les revues spécialisées de haut rang, comme American Economic Journal : Microeconomics (2), Games and Economic Behavior (3), Social Choice and Welfare (2), Mathematical Social Sciences (5).

Un grand nombre de décisions prises par les agents économiques n'impliquent pas l'utilisation de marchés, mais la construction de procédures de vote ou d'appariement, ou l'exploitation de réseaux et groupes sociaux. L'attribution d'établissements scolaires aux élèves, le choix des affaires portées devant la Cour Suprême Américaine, la mesure du degré d'influence des agents dans les réseaux sociaux, sont tous des exemples récents de l'extension de l'analyse microéconomique au delà du paradigme des marchés. Par delà le domaine des marchés et des prix, les économistes ont récemment construit, avec l'aide de politologues, sociologues, informaticiens et experts en recherche opérationnelle, de nouveaux domaines d'études autour des procédures d'appariement, de vote et de formation de groupes et réseaux. A quelques exceptions près, tous les modèles théoriques et études expérimentales portant sur ces trois domaines se restreignent à une analyse statique. L'objectif de ce projet est de développer une nouvelle génération de modèles théoriques d'appariement, vote et formation de réseaux dynamiques, en plongeant les modèles classiques dans un environnement dynamique représenté par une chaîne de Markov. Le projet est subdivisé en trois sous-projets. Dynamatch est centré autour des problèmes d'appariement dynamiques. Dans ce projet, nous allons examiner des modèles d'appariement à plusieurs phases avec une phase exploratoire d'acquisition d'information, l'attribution de logements sociaux à des agents présents dans une queue, l'attribution de postes dans les lycées et les universités à des enseignants au cours de leur carrière. Motivé par des applications concrètes de construction de mécanismes d'appariement, le projet sera mené en dialogue avec des praticiens responsables des attributions de logement sociaux et de mutations dans l'éducation nationale. Le projet Dynavote s'intéresse au vote dynamique. Il analysera la construction de modèles de choix à plusieurs étapes, le choix des mécanismes optimaux de répartition de sièges dans des instances fédérales dynamiques, les préoccupations dynamiques des électeurs dans un modèle d'apprentissage évolutionniste. Dynanet est consacré à la formation dynamique des réseaux, avec des applications aux réseaux d'influence et d'innovation. De plus, le projet s'intéressera à des modèles dynamiques de formation de coalitions, ainsi qu'aux choix d'allocations dans les jeux coopératifs dynamiques. Comme les modèles dynamiques supposent des choix sophistiqués de la part des agents, nous souhaitons tester la pertinence des raisonnements théoriques avec des expériences réalisées dans des laboratoires d'économie expérimentale. En particulier, nous souhaitons mener des séries d'expérience sur les attributions d'école, sur le vote et la formation de réseaux. A terme, l'objectif du projet est triple: nous voulons faire avancer la frontière de la recherche en économie théorique, construire des mécanismes d'application pour résoudre des problèmes concrets et cimenter un réseaux de chercheurs en France autour de l'analyse des problèmes d'appariement, de vote et de réseaux.

Coordination du projet

Francis BLOCH (Centre d'économie de la Sorbonne)

L'auteur de ce résumé est le coordinateur du projet, qui est responsable du contenu de ce résumé. L'ANR décline par conséquent toute responsabilité quant à son contenu.

Partenaire

PREG-CECO Pôle de recherche en économie et gestion
CES Centre d'économie de la Sorbonne
UJM/GATE Groupe d'Analyse et de Théorie Economique
CES Délégation Régionale Ouest et Nord
PREG-CECO Pôle de recherche en économie et gestion

Aide de l'ANR 361 000 euros
Début et durée du projet scientifique : janvier 2014 - 48 Mois

Liens utiles

Explorez notre base de projets financés

 

 

L’ANR met à disposition ses jeux de données sur les projets, cliquez ici pour en savoir plus.

Inscrivez-vous à notre newsletter
pour recevoir nos actualités
S'inscrire à notre newsletter