CEP&S - Changements Environnementaux Planétaires et Sociétés

Adaptation aux variations des régimes hydrologiques (crues-étiages) dans l’Environnement Fluvio-Estuarien de la Garonne-Gironde. Potentialités, mise à l’épreuve et gouvernance d’Options d’Adaptation – ADAPT'EAU

Quelles options d’adaptation aux changements globaux pour les sociétés riveraines des fleuves et estuaires face aux risques d’évènements extrêmes (inondations et sécheresses) ?

Penser et expérimenter des options d’adaptation aux changements globaux offrant aux sociétés des réponses aux risques liées aux évènements extrêmes (inondations, sécheresses) dans les espaces fluvio-estuariens.

Penser l’adaptation aux variations des régimes hydrologiques dans les fleuves et estuaires

Dans le contexte du changement climatique, la transformation des écosystèmes, les risques de recrudescence de crises environnementales et d’évènements extrêmes, les incertitudes concernant l’accès aux ressources naturelles fonctionnent comme des injonctions qui remettent en question les modes d’organisation économique, sociale et politique des sociétés contemporaines. En réponse aux défis du changement climatique, deux stratégies complémentaires sont couramment proposées, notamment dans les derniers travaux du GIEC : l’atténuation qui vise à réduire les impacts anthropiques en vue de ralentir le CC et l’adaptation qui, prenant acte d’effets inéluctables du CC, promeut un ajustement des sociétés à une nouvelle donne environnementale. <br />Adapt’eau a pour objectif, par une approche scientifique interdisciplinaire et une démarche collaborative associant chercheurs et acteurs locaux, de promouvoir l’émergence et la mise à l’épreuve d’options d’adaptation, permettant d’anticiper les risques liés aux évènements extrêmes d’inondations et de sécheresses dans les environnements fluvio-estuariens (EFE). L’EFE Garonne-Gironde constitue le terrain d’étude d’Adapt’eau. Le programme s’appuie sur 3 approches. <br />1- Evaluer la vulnérabilité des milieux et des sociétés riveraines de la Garonne-Gironde aux impacts des variations des régimes hydrologiques, en prenant appui sur une confrontation de diagnostics pluralistes. <br />2- Expérimenter diverses options d’adaptation et en évaluer le potentiel et la robustesse environnementale, économique et sociale. <br />3- Contribuer à la co-construction de scénarios d’adaptation et à leur mise en débat concertée. <br />

Le projet ADAPTEAU articule 3 tâches.
La tâche 1 cherche à caractériser l’impact des variations des régimes hydrologiques sur les sociétés et sur les écosystèmes. La vulnérabilité des sociétés est appréhendée i) à l’aide d’indicateurs de la qualité de vie; ii) au travers d’une analyse anthropologique de l’expérience vécue des habitants riverains face aux changements globaux; iii) par une analyse de l’intégration de la problématique des changements globaux dans les politiques publiques. La mesure de la vulnérabilité des écosystèmes est appréhendée par i) une caractérisation des risques de contamination géochimiques dans les environnements fluvio-estuariens ; ii) une caractérisation de la vulnérabilité des habitats estuariens et fluviaux au travers de la macrofaune benthique et de l’icthyofaune.
La tâche 2 cherche à identifier et expérimenter des options d’adaptation aux variations des régimes hydrologiques par i) un inventaire non exhaustif d’options d’adaptation innovantes ii) un suivi et une évaluation sociologique, économique et environnementale d’expérimentations de renaturation et de remise en eaux de sites situés respectivement sur l’estuaire de la Gironde (dépoldérisation Ils Nouvelle) et sur la Garonne moyenne (sites entre Toulouse/confluence Tarn).
La tâche 3 vise une consilience des savoirs, mise au service i) de la co-construction de scénarios d’adaptation, appuyés sur de la modélisation et des méthodes de concertation, cherchant à intégrer des variables environnementales, socio-démographiques et socio-économiques ii) de la mise en débat, appuyée sur des méthodes de concertation, des conditions de diffusion d’options d’adaptation aux variations des régimes hydrologiques.

Les résultats du programme Adapt’eau sont attendus à plusieurs niveaux. La tâche 1 doit permettre de confronter des éléments de diagnostic diversifiés (SHS, biologie, biogéochimie, modélisation…) de la vulnérabilité du territoire de la Garonne-Gironde aux impacts d’évènements extrêmes. Les tâches 2 et 3 visent à établir un inventaire et à fournir des évaluations sur la robustesse d’options d’adaptation expérimentées sur le terrain. Il s’agit de voir notamment quelles seraient les conséquences de telle ou telle option (dépoldérisation, renaturation, repli stratégique, changement de pratiques culturales…), en termes socio-économiques, en termes de potentialités biologiques, en termes de risque de transfert de contaminants. L’ensemble de ces résultats permettront de définir et de diffuser de nouveaux cadres de référence et de discuter des scénarios d’adaptation des échelles régionales. Il s’agit de fournir des guides pour l’action face aux changements globaux.

Le programme Adapt’eau a pour ambition de contribuer à la structuration de « sciences de l’adaptation » qui est en cours au niveau international. Les coopérations en cours avec le Québec, dans le cadre du programme GaGiLau ; la participation des chercheurs à des conférences internationales (ACFAS - Montréal 2012, IS Rivers - Lyon 2012) visent à présenter et à mettre en débat les approches intégrées mises en oeuvre dans Adapt’eau. L’intérêt et la participation d’acteurs de la Garonne-Gironde à un comité de suivi Adapt’eau composé de gestionnaires, de représentants professionnels et associatifs de la Garonne-Gironde, sont garants de la relation entre science et société.

A ce stade initial du projet, l’essentiel des productions scientifiques concerne des communications à des colloques nationaux et internationaux afin de diffuser la démarche Adapt’eau. Des expériences de publications transdisciplinaires sont en cours et si

Le projet de recherche ADAPT'EAU contribue à l’analyse et à la gestion des impacts et de l’adaptation aux changements globaux dans les Environnements Fluvio-Estuariens (EFE). Considérant les verrous clés posés par la problématique des changements globaux en terme i) de changement d’échelle, ii) d’incertitudes ou de discordances cognitives entre acteurs sociaux, iii) d’ajustement conceptuel interdisciplinaire sur la notion d’adaptation, iv) de questionnement sur les modes d’action et la gouvernance adaptative, v) de compréhension des pratiques professionnelles, sociales et économiques face aux changements globaux ; le projet ADAPTEAU a pour ambition de construire une approche interdisciplinaire intégrant sciences biophysiques, sciences humaines et sociales, acteurs parties-prenantes et société civile des territoires. Son principal objectif est de faire émerger des stratégies adaptatives capables d’anticiper les défis des changements globaux posés aux territoires fluvio-estuariens, basées sur des Options d’Adaptation innovantes.
L’adaptation des éco-sociosystèmes est appréhendée par le biais des variations annoncées des régimes hydrologiques (crues/étiages) à l’échelle de l’EFE Garonne-Gironde -un enjeu saillant pour le Sud-Ouest de la France mais dont les enseignements les plus génériques seront mis en avant. La démarche ADAPT'EAU se propose de :
• Réaliser et confronter des diagnostics socio-économiques et environnementaux des impacts attendus sur le continuum fluvio-estuarien Garonne-Gironde (tâche 1).
• Identifier des Options d’Adaptation innovantes et émergentes portées par différents acteurs sociaux, économiques et politiques du territoire (dépoldérisation, reconquête d’espaces de liberté des fleuves, changements d’activités économiques, de cultures agricoles, de pratiques sociales), puis expérimenter et mettre à l’épreuve la robustesse environnementale, économique et sociale de certaines d’entre elles (tâche 2)
• Co-construire de manière collaborative entre scientifiques, représentants de gestionnaires et de la société civile, des scénarios d’adaptation et les mettre en débat dans des espaces de concertation pluralistes afin de mesurer les conditions sociales et économiques de leur diffusion et appréhender des modes de gouvernance adaptés (tâche 3).
• Valoriser et disséminer les stratégies d’adaptation discutées vers les milieux scientifiques, gestionnaires et l’ensemble de la société (tâche 4).
Les résultats attendus sont la définition et la diffusion de nouveaux cadres de référence pour discuter des scénarios d’adaptions dans les EFE -et plus généralement pour les éco-sociosystèmes- à des échelles régionales, et fournir des guides pour l’action face aux changements globaux.

Coordinateur du projet

INSTITUT NATIONAL DE RECHERCHE EN SCIENCES ET TECHNOLOGIES POUR L'ENVIRONNEMENT ET L'AGRICULTURE CENTRE DE BORDEAUX (Divers public)

L'auteur de ce résumé est le coordinateur du projet, qui est responsable du contenu de ce résumé. L'ANR décline par conséquent toute responsabilité quant à son contenu.

Partenaire

INSTITUT NATIONAL DE RECHERCHE EN SCIENCES ET TECHNOLOGIES POUR L'ENVIRONNEMENT ET L'AGRICULTURE CENTRE DE BORDEAUX
CENTRE NATIONAL DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE - DELEGATION REGIONALE MIDI-PYRENEES
CENTRE NATIONAL DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE - DELEGATION REGIONALE MIDI-PYRENEES
UNIVERSITE BORDEAUX I
INSTITUT NATIONAL DE RECHERCHE EN INFORMATIQUE ET EN AUTOMATIQUE - (INRIA Centre Bordeaux Sud-Ouest)
UNIVERSITE MONTESQUIEU BORDEAUX IV

Aide de l'ANR 730 210 euros
Début et durée du projet scientifique : octobre 2011 - 48 Mois

Liens utiles