CEP&S - Changements Environnementaux Planétaires et Sociétés

Effet de l'augmentation de l'aridité et de la fréquence des sécheresses sur les systèmes socio-écologiques de savane dépendant de la biodiversité : scénarios exploratoires pour une aire protégée contrainte par l'eau de surface – SAVARID

Résumé de soumission

L’aridification prédite en Afrique australe entrainera une augmentation de l’incertitude sur la disponibilité des ressources (eau de surface et fourrage), dans l’espace et dans le temps, ainsi qu’une diminution de la production primaire. La matrice d’occupation des sols devrait évoluer vers plus de pastoralisme, et le rôle des aires protégées pourrait s’avérer crucial comme l’une des options d’utilisation des sols. Il est dès lors primordial de comprendre les réponses des éléments clefs des systèmes de savane à l’augmentation de la variabilité pluviométrique dans le temps et dans l’espace. Ceci permettra d’anticiper ces changements drastiques d’environnement et la perte potentielle de l’identité des systèmes socio-écologiques de savane basés sur la biodiversité. Dans ce contexte de changement climatique, nous étudierons (i) les enjeux de gestion des aires protégées, autours de leur capacité à satisfaire durablement leur objectif initial de conservation de la biodiversité mais aussi (ii) le rôle des aires protégées en tant que fournisseurs de services écosystémiques.
Ces objectifs demandent nécessairement d’étudier les effets des changements climatiques sur les interactions biotiques. Notre objectif principal est ici de prédire les trajectoires potentielles d’un système socio-écologique reposant sur l’utilisation de la biodiversité (l’aire protégée et sa périphérie). Pour cela, nous nous intéresserons aux relations fonctionnelles entre les déterminants biotiques des savanes africaines semi-arides (plantes, grands herbivores et sociétés humaines) en réponse à l’incertitude et la variabilité pluviométrique ainsi qu’à la disponibilité en eau de surface. Bien que la diminution des ressources et l’augmentation de l’incertitude puissent conduire à une augmentation locale des conflits à l’interface, nous faisons l’hypothèse que les nouvelles contraintes imposées sur les différents systèmes de production pourraient créer des conditions de promotion d’un système d’occupation des sols basés sur l’utilisation durable et la valorisation de la biodiversité.
L’étude sera menée dans le cadre de la Zone Atelier Hwange. Elle bénéficiera d’une structure logistique et de dispositifs expérimentaux déjà en place, d’une base de données de plusieurs décennies, ainsi que d’une forte collaboration locale entre chercheurs, gestionnaires et communautés rurales. Le consortium pluridisciplinaire (incluant des équipes internationalement reconnues) repose sur une longue expérience commune sur les savanes africaines. Ce projet combinant faisabilité et reconnaissance garantit un rayonnement international.

Coordinateur du projet

CENTRE NATIONAL DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE - DELEGATION REGIONALE RHONE-AUVERGNE (Divers public)

L'auteur de ce résumé est le coordinateur du projet, qui est responsable du contenu de ce résumé. L'ANR décline par conséquent toute responsabilité quant à son contenu.

Partenaire

CNRS DR PARIS B
CENTRE NATIONAL DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE - DELEGATION REGIONALE LANGUEDOC-ROUSSILLON
CENTRE NATIONAL DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE - DELEGATION REGIONALE ILE-DE-FRANCE SECTEUR PARIS A
CENTRE NATIONAL DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE - DELEGATION REGIONALE ILE-DE-FRANCE SECTEUR PARIS B
UNIVERSITE DE PARIS XI [PARIS- SUD]
CENTRE NATIONAL DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE - DELEGATION REGIONALE RHONE-AUVERGNE

Aide de l'ANR 1 303 984 euros
Début et durée du projet scientifique : octobre 2011 - 48 Mois

Liens utiles