Blanc SIMI 5-6 - Blanc - SIMI 5-6 - Environnement, Terre et Espace

Rôle du soufre dans le devenir des métaux d'intérêt économique dans les fluides géologiques – SOUMET

Soufre et métaux dans les fluides géologiques: comment se forment les gisements métallifères ?

Une grande partie des ressources économiques des métaux de base et stratégies sur Terre (e.g., Cu, Zn, Mo, Au, Pt, Sn) est formée par des fluides aqueux riches en sel, CO2 et soufre et qui circulent sous des hautes températures et pressions dans les profondeurs de notre planète. Bien que le soufre soit un constituant majeur de ces fluides, son impact sur la mobilisation, la distribution et la précipitation des métaux n’est pas encore bien compris et quantifié dans ces milieux.

Comment étudier les fluides géologiques, chauds et sous pression, porteurs de soufre et de métaux dans les entrailles de notre planète et qui ne sont pas accessibles à l’observation directe ?

Le but ultime de ce projet est de quantifier l’impact du soufre sur les transferts des métaux d’intérêt économique par les fluides géologiques. Ceci sera achevé en adressant les quatre objectifs suivants: <br />1) Obtenir de nouvelles données sur les teneurs, le partage et les formes chimiques (spéciation) de certains métaux (Au, Cu, Mo, Pt) et du soufre dans des systèmes modèles eau-sel-CO2-soufre en laboratoire en conditions contrôlées, à l’aide de techniques expérimentales, analytiques et de spectroscopie in situ ; <br />2) Etudier la chimie du soufre lui-même dans ces systèmes en mettant en œuvre, pour la première fois, de méthodes de spectroscopie in situ à haute température et pression ; <br />3) Accéder à la structure moléculaire et aux propriétés physico-chimiques des majeurs solvants naturels (eau-CO2-sel) en couplant mesures spectroscopiques avec modélisations de chimie moléculaire ; <br />4) Développer des outils analytiques originaux pour caractériser la composition et l’évolution des fluides naturels porteurs d’or et de métaux associés, en s’appuyant sur les avancées technologiques récentes dans la conception de lasers, la spectrométrie de masse à torche plasma, les sources synchrotron. <br />

Grâce aux progrès de méthodes expérimentales et analytiques in situ pour l’étude des fluides HT, aux améliorations dans la conception des sources lasers et rayons X sur synchrotron et aux développements des approches moléculaires pour les phases fluides et vapeurs aux températures élevées, il devient désormais possible de déterminer la solubilité et la spéciation chimique des métaux et du soufre dans les systèmes multi phases ‘vapeur-saumure-minéraux-silicates liquides’, omniprésents dans la croûte terrestre, et d’établir des modèles prédictifs du transfert des métaux dans les conditions que les fluides métallifères rencontrent lors de leur migration depuis la chambre magmatique jusqu’au cratère du volcan.
Dans ce projet, nous utilisons une approche multidisciplinaire associant a) mesures de solubilité/partage pour Au, Pt et métaux associés (Cu, Ag, Zn, Fe, Sn, Mo), b) études spectroscopiques in situ de l'environnement atomique de ces métaux et du soufre dans les fluides et vapeurs dans des systèmes modèles H2O-CO2-sel-soufre pertinents des milieux naturels sous des conditions redox, d’acidité et de fugacité du soufre contrôlées, c) modélisation thermodynamique et moléculaire des solvants hydrothermaux, interactions soluté-solvant et solubilités de minéraux, et d) développements analytiques et méthodologiques pour caractériser les fluides naturels soufrés à partir d’inclusions fluides de gisements typiques aurifères.

A ce stage du projet, on ne peut parler que de résultats envisagés:
Les résultats obtenus permettront de quantifier, pour la première fois, les relations métaux-soufre dans les systèmes naturels de haute T-P à l’échelle moléculaire et géologique. Ce projet implique 4 équipes françaises expertes en géochimie expérimentale, méthodes synchrotron, modélisation thermodynamique et moléculaire, microanalyse in situ et métallogénie. Les retombées directes de ce projet sont les suivantes :
1) acquisition de nouvelles données fondamentales expérimentales et théoriques sur le soufre et les métaux dans les fluides géologiques ; 2) développement de nouveaux outils analytiques et expérimentaux pour le soufres et les métaux ; 3) quantification des capacités des fluides à mobiliser et transporter les métaux et des processus responsables des dépôts économiques des métaux.

Ce projet, réunissant pour la première fois des approches et méthodes issues de domaines scientifiques ayant jusqu’à présent très peu d’interactions entre eux, va créer un noyau français d’équipes à l'interface «géochimie - métallogénie - chimie - physique« et ainsi contribuer à la renaissance de la Métallogénie en France pour mieux faire face à la crise mondiale des ressources minérales.
En outre, certaines applications de cette recherche pourront aller bien au-delà de la Métallogénie dans les domaines suivants:
- grands cycles géochimiques des métaux de du soufre
- fractionnement des isotopes stables du soufre et des métaux
- stockage géologique du CO2
- traitement des minerais
- synthèse hydrothermale de nouveaux matériaux

Kouzmanov K. and Pokrovski G.S. (2012) Hydrothermal controls on metal distribution in porphyry systems. Society of Economic Geologists Special Publication (accepted pending moderate revisions).
Cet article de revue dresse l’état des lieux de notre

Le but de ce projet est de mettre en œuvre de nouvelles approches expérimentales, analytiques et théoriques afin de quantifier et modéliser l’impact géologique du soufre sur le comportement des métaux d’intérêt économique et technologique dans les fluides géologiques aux températures et pressions correspondants à la formation de gisements métallifères d’or et de métaux associés (Cu, Ag, Zn, Pt, Mo, Sn), depuis le stade magmatique jusqu’aux dépôts épithermaux. Bien que le soufre soit un constituant important des fluides crustaux, son impact sur leur mobilisation, distribution et précipitation n’est pas encore réellement quantifié dans la majorité des contextes hydrothermaux-magmatiques naturels. Ceci est dû à i) un manque criant de données sur la spéciation du soufre et la stabilité des complexes que forment les métaux avec les différents ligands soufrés en phase fluide, vapeur et liquide silicaté à haute température et pression (T-P), ii) l’imperfection des modèles physico-chimiques actuels pour prédire la solubilité et le partage des métaux et du soufre dans les systèmes multi phases ‘vapeur-fluide-liquide silicaté’, et iii) l’insuffisance de données analytiques sur l’occurrence du soufre sous ses différentes valences dans les paléo fluides métallifères dans une large gamme de T-P. Jusqu’à présent ces lacunes ont empêché la compréhension des processus clés responsables de la formation des gisements de nombre de métaux de haute valeur technologique et l’identification des sources de métaux et fluides impliqués dans la genèse des gisements économiques.
Grâce aux progrès de méthodes expérimentales et analytiques in situ pour l’étude des fluides HT, aux améliorations dans la conception des sources lasers et rayons X sur synchrotron et aux développements des approches moléculaires pour les phases fluides et vapeurs aux températures élevées, il devient désormais possible de déterminer la solubilité et la spéciation chimique des métaux et du soufre dans les systèmes multi phases ‘vapeur-saumure-minéraux-silicates liquides’, omniprésents dans la croûte terrestre, et d’établir des modèles prédictifs du transfert des métaux dans les conditions que les fluides métallifères rencontrent lors de leur migration depuis la chambre magmatique jusqu’aux dépôts épithermaux de métaux précieux. Dans ce projet, nous utiliserons une approche multidisciplinaire associant a) mesures de solubilité/partage pour Au, Pt et métaux associés (Cu, Ag, Zn, Fe, Sn, Mo) et b) études spectroscopiques in situ de l'environnement atomique de ces métaux et du soufre dans les fluides et vapeurs dans des systèmes modèles H2O-CO2-sel-soufre pertinents des milieux naturels sous des conditions redox, d’acidité et de fugacité du soufre contrôlées avec c) modélisation thermodynamique et moléculaire des solvants hydrothermaux, interactions soluté-solvant et solubilités de minéraux et d) développements analytiques et méthodologiques pour caractériser les fluides naturels soufrés à partir d’inclusions fluides de gisements typiques aurifères porphyriques et épithermaux. Les résultats obtenus permettront de quantifier, pour la première fois, les relations métaux-soufre dans les systèmes naturels de haute T-P à l’échelle moléculaire et géologique.
Ce projet implique 4 équipes françaises expertes en géochimie expérimentale, méthodes synchrotron, modélisation thermodynamique et moléculaire, microanalyse in situ et métallogénie. Ce consortium unique permettra de créer, pour la première fois, un noyau français de spécialistes travaillant à l'interface "géochimie - métallogénie - chimie - physique" et ainsi contribuer à la renaissance de la Métallogénie en France pour mieux faire face à la crise mondiale des ressources minérales.

Coordinateur du projet

CENTRE NATIONAL DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE - DELEGATION REGIONALE MIDI-PYRENEES (Divers public)

L'auteur de ce résumé est le coordinateur du projet, qui est responsable du contenu de ce résumé. L'ANR décline par conséquent toute responsabilité quant à son contenu.

Partenaire

CENTRE NATIONAL DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE - DELEGATION REGIONALE RHONE-ALPES SECTEUR ALPES
ECOLE NORMALE SUPERIEURE
CENTRE NATIONAL DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE - DELEGATION REGIONALE CENTRE-EST
CENTRE NATIONAL DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE - DELEGATION REGIONALE MIDI-PYRENEES

Aide de l'ANR 511 838 euros
Début et durée du projet scientifique : octobre 2011 - 48 Mois

Liens utiles