VD - Villes durables

Stratégies d'apatation des ménages et des entreprises face à la transistion énergétique: une comparaison entre les métropoles de Lille et de Lyon – TRANS-ENERGY

Résumé de soumission

La raréfaction à long terme des ressources énergétiques fossiles et la nécessité, face au défi du changement climatique, de réduire les émissions de gaz à effet de serre rendent inéluctable la transition énergétique. Ce nouveau paradigme énergétique et environnemental définit désormais le contexte dans lequel doit se construire la ville de demain et amène à réfléchir à une nouvelle organisation spatiale qui permettrait de faire advenir la Ville Durable.
Les choix de localisation des ménages et des entreprises, qui contribuent à façonner l’organisation spatiale de la ville, sont actuellement en totale contradiction avec ces nouvelles exigences énergétiques, environnementales, économiques et sociales. Si ce plébiscite de la périphérie par les ménages et les entreprises apparaît clairement en opposition avec les principes de la durabilité urbaine, il n’est pas sûr pour autant que les nouvelles contraintes environnementales et énergétiques suffiront à elles seules à infléchir ces dynamiques spatiales portées par les acteurs privés.
Sur le plan environnemental, le double mouvement de desserrement des emplois et des résidences vers la banlieue et le périurbain, rendu possible par l’accès généralisé à une mobilité automobile à faible coût, contribue à l’augmentation des émissions de gaz à effet de serre.
Sur le plan social, l’accès à la propriété en maison individuelle dans les espaces périurbains où le foncier est moins cher se révèle porteuse pour certains ménages d’un risque de précarisation, les coûts de transport venant grever des budgets déjà mis à mal par l’endettement lié à l’acquisition du logement.
Enfin, sur le plan économique, le desserrement de l’emploi du centre vers la périphérie, mouvement à la fois choisi et subi par les entreprises, se traduit souvent par une détérioration de l’accessibilité à l’emploi pour les actifs les moins qualifiés.

Dans un contexte marqué par un changement de paradigme énergétique et environnemental, l’objectif du projet TRANS-ENERGY est d’apporter aux chercheurs et aux praticiens des connaissances sur les stratégies d’adaptation des ménages et des entreprises face à la transition énergétique et sur leur apport à l’enjeu de réduction des émissions de gaz à effet de serre, en se basant sur un travail comparatif mené sur les métropoles de Lille et de Lyon. Pour cela, le projet TRANS-ENERGY s’appuie sur une approche systémique, exploratoire et comparative, qui permet d’analyser, à travers une démarche prospective, les arbitrages envisagés par les ménages et les entreprises, face à ces nouvelles contraintes énergétiques, environnementales, économiques et sociales, en matière de choix de localisation et de consommations énergétiques liées au logement et à la mobilité.

Outre la tâche de coordination (T1) le projet s’articule autour de quatre tâches complémentaires : une analyse de l’organisation spatiale des métropoles de Lille et de Lyon menée à partir de différentes bases de données statistiques (recensements généraux, enquêtes ménages déplacements, fichiers SIRENE) (T2) ; une enquête de terrain auprès des entreprises sur leurs choix de localisation et leur prise en compte des contraintes de mobilité de leurs salariés(T3), ; une enquête de terrain sur les choix de localisation, les comportements de mobilité et les usages du logement de certains salariés de ces entreprises et de ménages en accession à la propriété (T4). En parallèle de ces tâches sera effectué un travail méthodologique de mesure des émissions de CO2 générées par les ménages (T5) au niveau macro, en liaison avec la tâche 1, puis au niveau micro, en liaison avec la tâche 3.

Coordination du projet

Nathalie ORTAR (ECOLE NATIONALE DES TRAVAUX PUBLICS DE L'ETAT) – nathalie.ortar@entpe.fr

L'auteur de ce résumé est le coordinateur du projet, qui est responsable du contenu de ce résumé. L'ANR décline par conséquent toute responsabilité quant à son contenu.

Partenaire

CETE/Nord Picardie CENTRE D'ETUDES TECHNIQUES DE L' EQUIPEMENT NORD PICARDIE (CETE NP)
LTE INSTITUT Français DES SCIENCES ET TECHNOLOGIES DES TRANSPORTS, DE L AMENAGEMENT ET DES RESEAUX ( IFSTTAR)
Lille Métropole Lille Métropole Communauté Urbaine
CLERSE CENTRE NATIONAL DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE - DELEGATION REGIONALE NORD-PAS-DE-CALAIS ET PICARDIE
LET ECOLE NATIONALE DES TRAVAUX PUBLICS DE L'ETAT

Aide de l'ANR 298 307 euros
Début et durée du projet scientifique : - 30 Mois

Liens utiles

Explorez notre base de projets financés

 

 

L’ANR met à disposition ses jeux de données sur les projets, cliquez ici pour en savoir plus.

Inscrivez-vous à notre newsletter
pour recevoir nos actualités
S'inscrire à notre newsletter