FRAL - Appel Franco-allemand en sciences humaines et sociales

Aux origines de la grammaire: de la complexité structurelle dans les séquences auditives à l'émergence des structures syntaxiques. – Origram

ORIGRAM

Aux origines de la grammaire: de la complexité structurelle dans des séquences auditives aux structures syntaxiques.

L'hypothèse de l'équivalence cognitive.

Une question fondamentale et toujours irrésolue et située à l’interface de la linguistique théorique, de la neurolinguistique et de la psychologie cognitive concerne la détermination de l’origine et de l’évolution de l’habileté humaine à manipuler en temps-réel des séquences d’information organisées selon une structure grammaticale, capacité formant le noyau computationnel de la faculté de langage. Différentes élaborations théoriques récentes mais aussi différents travaux expérimentaux du champ des neurosciences cognitives suggèrent l’existence d’une possible équivalence fonctionnelle entre d’une part les processus cognitifs impliqués dans l’extraction et le traitement de règles structurelles régissant différentes séquences d’événements sensoriels non-linguistiques chez l’Homme et le primate non-humain et d’autre part les processus cognitifs engagés lors de l’utilisation de règles syntaxiques régissant la structure des énoncés du langage chez l’Homme. <br />Dans le cortex des primates humains et non-humains, un système neuronal particulier, celui des boucles récurrentes fronto-striatales, pourrait être à l’origine de l’émergence de ces aptitudes de par ses caractéristiques dynamiques et fonctionnelles intrinsèques. Le système des boucles fronto-striatales possède une capacité à représenter et à identifier finement les attributs temporels de séquences d’événements sensoriels (e.g. Pastor et al., 2006; Kotz et al., 2009). Cette caractéristique pourrait faire des boucles fronto-striatales un système particulièrement adapté à la génération et à la synchronisation d’indices prédictifs temporels et séquentiels dans le cadre du traitement de séquences abstraites mais aussi dans le cadre du traitement de la parole.<br />

Le projet Origram a pour objectif de tester directement l’hypothèse selon laquelle les boucles fronto-striatales constituent une architecture neurocomputationnelle à l’origine de l’émergence de la capacité syntaxique chez l’Homme, capacité reposant sur l’existence de processus computationnels récursifs et sur une capacité de traitement de structures linguistiques hiérarchiques.
Dans le cadre de ce projet de recherche, nous souhaitons réaliser une avancée significative dans ce domaine d’abord en mettant sur pied une équipe de recherche franco-allemande interdisciplinaire regroupant des spécialistes des traitements séquentiels abstraits et linguistiques. Ce groupe combinera des expériences inter-langues et inter-espèces avec des études de modélisation computationnelle et étudiera les corrélats électrophysiologiques (EEG) et fonctionnels (IRMf) du traitement de séquences auditives de complexité structurelle croissante, allant d’une simple régularité temporelle à une structure syntaxique conférée par une grammaire artificielle récursive, ceci chez le primate humain et non-humain (macaca mulatta).
Afin de tester le rôle des boucles fronto-striatales dans les traitements de séquences de complexité croissante, nous combinerons des études réalisées chez des sujets humains sains ainsi que chez des patients atteints de lésions du système fronto-striatal (patients parkinsoniens à différents stades), avec des études réalisées chez le singe macaque rhésus, dans le cadre d’un modèle animal innovant des dégénérescences et lésions fronto-striatales. Le but de ces expériences sera d’identifier les bases neurocognitives des traitements séquentiels non-linguistiques en modalité auditive et de mieux comprendre l’émergence des aptitudes syntaxiques dans le cadre de la fonction de langage chez l’Homme.

Les données sont à ce jour toujours en cours d'acquisition.

Ce projet s'inscrit dans une démarche à long-terme, ambitieuse et novatrice, de comparaisons des signaux électrophysiologiques de surface chez le primate humain et non-humain.

Boulenger V., Hoen M., Jacquier C. & Meunier F. (2011). Interplay between acoustic/phonetic and semantic processes during spoken sentence comprehension: an ERP study, Brain and language, 116: 51-63.

Varnet, L., Meunier, F., & Hoen, M. (2012). Oscillations corticales et intelligibilité de la parole dégradée. In Actes de la conférence conjointe JEP-TALN-RECITAL, 1, 673–680.

HDR Hoen M (1er Octobre 2012).Titre: «Modèles neurocognitifs de la compréhension de la parole: anticipations et codage prédictif«. Habilitation soutenue le 1er Octobre à l’Université de Médecine de Lyon. Jury: Pr. S. Kotz, Pr. C. Lorenzi, Pr. R. Gervais, Dr. P.F. Dominey, Dr. O. Bertrand.

Coordinateur du projet

Monsieur Michel HOEN (INSTITUT NATIONAL DE LA SANTE ET DE LA RECHERCHE MEDICALE - DELEGATION REGIONALE RHONE-ALPES AUVERGNE) – michel.hoen@inserm.fr

L'auteur de ce résumé est le coordinateur du projet, qui est responsable du contenu de ce résumé. L'ANR décline par conséquent toute responsabilité quant à son contenu.

Partenaire

INSERM U821 INSTITUT NATIONAL DE LA SANTE ET DE LA RECHERCHE MEDICALE - DELEGATION REGIONALE RHONE-ALPES AUVERGNE
MPI Max Planck Institute for Human Cognitive and Brain Sciences

Aide de l'ANR 186 999 euros
Début et durée du projet scientifique : - 36 Mois

Liens utiles

Explorez notre base de projets financés

 

 

L’ANR met à disposition ses jeux de données sur les projets, cliquez ici pour en savoir plus.

Inscrivez-vous à notre newsletter
pour recevoir nos actualités
S'inscrire à notre newsletter