Blanc SHS 1 - Sciences humaines et sociales : Sociétés, espace, organisations et marchés

Gouvernance des Entreprises, Organisations et Développement Durable – GEODD

Résumé de soumission

La conception du programme GEODD (Gouvernance, Entreprises, Organisations et Développement Durable) part d’un double constat. Celui, largement partagé, de la nécessité de concevoir et mettre en oeuvre des modes de gestion des ressources plus respectueux des équilibres sociaux et écologiques, suite aux échecs récents de Copenhague et face aux crises de multiples natures – sociale, économique, financière, écologique – qui signalent les risques et défaillances des systèmes de gestion contemporains. Et celui, plus original et constituant l’armature du programme, de l’existence de paradoxes et de difficultés d’articulation des dimensions sociales, économiques et environnementales dans la mise en œuvre des politiques de développement durable.

GEODD relève dès lors d’une volonté d’utiliser les cadres d’analyse et outils des sciences de gestion pour identifier, caractériser et modéliser les formes de résolution des paradoxes du développement durable que les acteurs organisationnels sont susceptibles de construire dans l’exercice de leurs pratiques de gestion, au sein de d’organisations caractérisées par une diversité de modes de gouvernance.

Nous situons nos investigations dans des contextes organisationnels variés, incluant des petites entreprises (axe 1), des grandes firmes mondialisées (axe 2) ainsi que des organisations de l’économie sociale et solidaire et des ONG (axe 3). Ce faisant, nous émettons l’hypothèse que les finalités et systèmes de décision inscrits dans les modes de gouvernance de ces trois types d’organisations, sont susceptibles d’influencer les formes de résolution des paradoxes du développement durable qu’y construisent les acteurs, ainsi qu’une perspective comparative doit nous permettre de mieux le comprendre et le théoriser.

L’organisation du programme est matricielle : dix tâches, réparties de manière équilibrée entre les trois axes, s’articulent à neuf thématiques transversales. Au plan théorique, en adoptant une approche par les paradoxes – du grec para (contre) et doxa (opinion) – le programme se situe en rupture avec une vision consensuelle du développement durable véhiculée par la nouvelle doxa managériale, qui tend à réduire le développement durable aux seuls enjeux écologiques et ce faisant, occulte les difficultés d'harmonisation pérenne des trois piliers de l'économie, du social et de l'environnement. Cette posture est déclinée dans une approche néo-institutionnaliste et pragmatique des modes de gestion, et contextualisée en référence au cadre des Chaînes Globales de Valeur.

Le programme GEODD est organisé de façon transversale au sein du laboratoire coordinateur ERFI (Université Montpellier I), où il mobilise 31 chercheurs de statuts variés, en partenariat avec le LGI (Ecole Centrale de Paris) et le laboratoire ICI (Université de Bretagne Occidentale) impliquant respectivement 11 et 6 chercheurs. Le partenariat ainsi constitué dispose d’un capital d’expérience reconnu dans l’étude des stratégies de petites entreprises, de grands groupes et d’organisations alternatives, en lien avec les problématiques du développement durable et l'expertise des chercheurs de l'AgroParisTech de Montpellier associés à l'ERFI.

Le programme s’appuie sur les réseaux scientifiques internationaux des trois laboratoires. L’axe 1 est adossé à un partenariat avec l’Ecole de Gestion de l’Université d’Ottawa et susceptible de donner lieu à une analyse comparative réalisée avec des universités de six pays européens. L’axe 2 bénéficie de relations privilégiées avec le CPER de l’Université de Lancaster et l’Otto Suhr Institute - Center for Labor Relations de l’université libre de Berlin. Les études menées sur les ONG (axe 3) bénéficieront de partenariats européens et internationaux avec notamment, par le biais des chercheurs AgroParisTech associés ERFI, l’institut de recherche brésilien INPA, et les organisations internationales CIFOR, WWF et IUCN.

Coordinateur du projet

Madame Florence PALPACUER (UNIVERSITE DE MONTPELLIER I) – palpacuer@wanadoo.fr

L'auteur de ce résumé est le coordinateur du projet, qui est responsable du contenu de ce résumé. L'ANR décline par conséquent toute responsabilité quant à son contenu.

Partenaire

ERFI UNIVERSITE DE MONTPELLIER I
LGI ECOLE CENTRALE DES ARTS ET MANUFACTURES DE PARIS
ICI UNIVERSITE DE BRETAGNE OCCIDENTALE

Aide de l'ANR 223 360 euros
Début et durée du projet scientifique : - 48 Mois

Liens utiles

Inscrivez-vous à notre newsletter
pour recevoir nos actualités
S'inscrire à notre newsletter