Blanc SIMI 6 - Sciences de l'information, de la matière et de l'ingénierie : Système Terre, environnement, risques

Obduction : la fin d'une énigme géodynamique ? – O:NLAP

Résumé de soumission


L'OBDUCTION : UNE ENIGME GEODYNAMIQUE MAJEURE.


L’obduction est un phénomène géodynamique singulier, apparemment anomalique, qui permet la mise en place de portions de lithosphère océanique dense (ophiolites) sur une lithosphère continentale.

Bien que l'obduction représente un type de zone de convergence et, au sens large, un type de subduction (et bien que la subduction soit l’un des processus les plus essentiels de la dynamique terrestre; Stern, 2004), on ignore toujours si l'obduction 1) constitue un processus géodynamique à part... ou 2) si elle n’est qu’un simple avatar du fonctionnement des zones de subduction classiques.

Schématiquement, on peut opposer deux visions caricaturales : dans l'une l'obduction constituerait un charriage d'ampleur extraordinaire (>200-500 km) de grandes unités ophiolitiques avec des modalités mécaniques à part, tandis que dans l'autre elle ne serait que le simple fruit du rebond isostatique succédant à une subduction continentale.

Il importe donc avant tout de comprendre quel jeu de paramètres son existence suppose. Comprendre et paramétriser l’obduction représente du reste un enjeu scientifique important pour la compréhension de la rhéologie de la lithosphère et des interactions lithosphère/asthénosphère, et notre projet entend relever ce défi et contribuer à mettre un terme à cette énigme géodynamique.

Ainsi, quels sont les paramètres qui gouvernent l’obduction, comment amorce-t-on une obduction (ou, même, chose toujours incomprise, une subduction), quelle(s) portion(s) et structure thermique de lithosphère obducte-t-on, dans quelles conditions préserve-t-on celle-ci, quelle est, au fond, la signification/interprétation géodynamique que l'on peut réellement attacher à la présence d'une ophiolite obductée ?... Voilà quelques-unes des questions essentielles auxquelles ce projet se propose de répondre.

Notre projet joint une équipe soudée et déterminée de spécialistes de disciplines complémentaires à une approche intégrée originale. En combinant la modélisation (numérique et analogique) aux techniques pétrologiques, tectono-sédimentaires, géochronologiques, géochimiques et géophysiques les plus modernes, notre projet cherche à modéliser, paramétriser et mieux caractériser les contextes d'obduction de deux ophiolites classiques bien préservées : celle d'Oman et celle de Nouvelle Calédonie avec, d'ailleurs, un volet de géophysique terre-mer sans précédent pour la première.

Coordination du projet

Philippe AGARD (UNIVERSITE PIERRE ET MARIE CURIE (Paris 6)) – philippeagard@gmail.com

L'auteur de ce résumé est le coordinateur du projet, qui est responsable du contenu de ce résumé. L'ANR décline par conséquent toute responsabilité quant à son contenu.

Partenaire

DTP UNIVERSITE PAUL SABATIER (TOULOUSE III)
GM CENTRE NATIONAL DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE - Délégation Languedoc-Roussillon
CNRS CENTRE NATIONAL DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE - Délégation Paris B
UPMC-P6 UNIVERSITE PIERRE ET MARIE CURIE (Paris 6)

Aide de l'ANR 360 000 euros
Début et durée du projet scientifique : - 36 Mois

Liens utiles

Explorez notre base de projets financés

 

 

L’ANR met à disposition ses jeux de données sur les projets, cliquez ici pour en savoir plus.

Inscrivez-vous à notre newsletter
pour recevoir nos actualités
S'inscrire à notre newsletter