Blanc SIMI 2 - Sciences de l'information, de la matière et de l'ingénierie : Sciences de l’information, simulation

Locativité et Interaction en Logique, Linguistique et Informatique – LOCI

LOCI

Locativité et Interaction en Logique, Linguistique et Informatique

approfondir et expérimenter le cadre formel suggéré par la ludique

Approfondir et expérimenter le cadre formel suggéré par la ludique (élaboré initialement par Jean-Yves Girard aux fins de reconstruire la logique sur une base interactionnelle) en le mettant à l’épreuve de plusieurs terrains d’observations, notamment l’analyse du langage (basée sur la prééminence de l’aspect pragmatique et notamment sur le rôle du dialogue), l’apprentissage d’une langue des signes et la structure des données sur le web.

Nous développons une approche «théorie de la preuve« en logique et en informatique, qui fait apparaître la notion d'interaction (entre preuve et contre-preuve). La notion de normalisation d'un réseau de parapreuves est un modèle pour la formalisation du dialogue.

Modélisation de l’argumentation en ludique.
Analyse des modalités épistémiques.
Lexique et contexte : les mots du lexique interagissent en contexte. Cette interaction permet de désambiguïser les significations ambiguës
Modélisation du dialogue.

recherches philosophiques (analyse des dialogues de Platon)

Christophe Fouqueré et Myriam Quatrini,«Un cadre formel issu de la théorie de la démonstration pour la théorie de l'argumentation«, Mathématiques et Sciences humaines, vol. 198, pp. 49-84, 2012,
Christophe Fouqueré et Myriam Quatrini,``Argumentation

Le présent projet s’inscrit dans une perspective résolument pluridisciplinaire. Il concerne à égalité la linguistique, les sciences et technologies de l’information, les sciences humaines et sociales et la philosophie. Il est présenté en STIC parce que cette discipline s’avère un lieu de pluridisciplinarité central dans ces domaines. Il prend par ailleurs la suite d'un précédent projet financé par l'ANR Blanc (de 2006 à 2009), PRELUDE : vers une pragmatique théorique basée sur la ludique et la théorie des continuations. Le programme PRELUDE a permis :
- de faire de nouvelles propositions pour le calcul des représentations symboliques du discours, par utilisation des théories des continuations, et particulièrement, des calculs "symétriques" inventés pour rendre compte de ces concepts informatiques: lambda-mu-calcul, lambda-mu-mu-tilde-calcul de respectivement M. Parigot et P-Y. Curien et H. Herbelin,
- d'explorer les possibilités de la ludique (J-Y. Girard) afin d'aller plus loin grâce à des outils permettant de représenter non seulement le discours mais le dialogue, non seulement une vue statique sur ce dernier, mais une vue dynamique.
Dans ce nouveau projet, nous envisageons à la fois d’entamer des travaux sur les prolongements actuels des concepts de la ludique, et de mener des recherches transversales sur les concepts formels qui semblent les mieux adaptés à la représentation des processus et de leur interaction dans les sciences humaines (langage, vie sociale, apprentissage de pratiques), notamment sur les espaces de cohérence, les liens avec les catégories et la place du premier ordre.
La ludique est en développement constant, et de nouveaux outils comme les desseins computationnels de Terui (qui étendent les possibilités offertes à la fois par les desseins de Girard et par les lambda-termes) ou bien la dernière version de la Géométrie de l'Interaction de J-Y. Girard, nous permettent aujourd'hui d'espérer dépasser les limitations rencontrées jusqu’ici. Conjointement, les notions sémantiques apparues dans le champ logico-informatique (sémantique cohérente, « tressage » des modèles catégoriques avec le premier ordre, théorie des types avec « record ») ouvrent des possibilités à exploiter. En particulier, des questions laissées en suspens comme la sémantique lexicale ou une possibilité de reformuler la syntaxe dynamique de R. Kempson peuvent désormais être abordées.
Nous regarderons enfin ce qu'il en est de cadres spécifiques : l'acquisition d'une langue des signes introduit un biais que l'on cherchera à analyser au travers d'expériences in vivo, la communication web est un cadre fermé (les données sont totalement disponibles) où nous pourrons plus concrètement rendre compte de la pertinence de la démarche.
Nous nous proposons donc, en résumé, de développer, dans la ligne du projet PRELUDE, de nouveaux outils et de nouvelles approches logiques de l'étude du langage et de domaines qui lui sont connexes à partir de la transposition de concepts très novateurs qui ont récemment émergé en logique mathématique.
Ce projet interdisciplinaire est essentiellement théorique. Mais il ouvre aussi des perspectives vers des réalisations d'ordre plus pratique, comme la mise au point de programmes informatiques pour détecter et analyser des stratégies d'interaction (en oeuvre par exemple dans les problèmes d'apprentissage, comme celui concernant la Langue des Signes), l'élaboration d'ontologies pour le Web (cf. Abrusci et al. 09), voire la mise au point de langages de programmation pour le Web (Fouqueré 08). Il établit enfin un pont important entre les sciences humaines et certaines des recherches les plus pointues en logique et en mathématiques (Géométrie de l'Interaction, algèbres de von Neumann, géométrie algébrique).

Coordinateur du projet

Monsieur LECOMTE Alain (CNRS - DELEGATION REGIONALE ILE-DE-FRANCE MEUDON) – Alain.Lecomte@univ-paris8.fr

L'auteur de ce résumé est le coordinateur du projet, qui est responsable du contenu de ce résumé. L'ANR décline par conséquent toute responsabilité quant à son contenu.

Partenaire

Résurgences RESURGENCES
Queen mary Dept of Computer Science, Queen Mary, University of London
UMR SFL CNRS - DELEGATION REGIONALE ILE-DE-FRANCE MEUDON
UMR IML CNRS - DELEGATION REGIONALE PROVENCE ET CORSE
LIPN UNIVERSITE DE PARIS XIII
INRIA SIGNES INRIA - Centre Bordeaux Sud-Ouest
UMR SFL CNRS - DELEGATION REGIONALE ILE-DE-FRANCE SECTEUR PARIS A

Aide de l'ANR 493 178 euros
Début et durée du projet scientifique : - 48 Mois

Liens utiles