BLANC - Blanc

– OPALE

Résumé de soumission

L?objectif d?OPALE est d?établir la capacité oxydante de l?atmosphère actuelle au dessus du plateau Antarctique qui se révèle est plus importante que prévue en liaison avec la présence du manteau neigeux, évaluer son influence sur la région côtière Antarctique, et prévoir sa future évolution en réponse au rétablissement de la couche d?ozone stratosphérique. Les flux d?émissions depuis la surface de la neige seront mesurés pour H2O2, HCHO, NO, NO2 et HONO, espèces suspectées d?être à l?origine des niveaux élevés d?oxydants de la très basse atmosphère Antarctique. L?analyse des isotopes de O des NOx et O3 permettront d?évaluer les contributions respectives de la photolyse et la ré-émission entraînant la perte de HNO3 du réservoir manteau neigeux. Nous déterminerons les paramètres physiques clés des ré-émissions par la neige (gradient de température dans la neige, surface spécifique de la neige, micro-météorologie au dessus de la surface, pénétration des radiations solaires dans la neige). Ces paramètres serviront d?entrées à un modèle couplé physique et chimie de la neige, en vue de paramétrer les flux « neige-atmosphère » des espèces réactives. Nous déploierons le nouvel instrument SAMU (chimie ionique-spectromètre de masse) pour mesurer les radicaux OH. D?autres oxydants comme l?ozone seront également mesuré. Ces données seront utilisées et évaluées à l?aide d?un modèle photochimique de boîte CiTTyCAT couplé au modèle trajectoire/dispersion FLEXPART qui inclue un module complet de chimie troposphère. Le paramétrage spatial des flux « neige-atmosphère » fourni par le modèle de physique et chimie de la neige sera implémenté dans le modèle de photochimie pour simuler les champs d?oxydants à Concordia. Une collaboration externe sera établie avec les collègues Américains qui conduisent d?autres expériences au Pôle Sud dans le projet ISCAT IPY 2008/2009. Il est prévu des vols de Twin Otter entre le Pôle Sud et Concordia où seront mesurées certaines espèces clés (NO/NO2, O3, CO), ce qui augmentera la documentation spatiale de ces espèces au dessus du continent Antarctique. Le paramétrage obtenu des flux « neige-atmosphère » des espèces d?intérêt sera implémenté dans le modèle de trajectoire qui intégrera plusieurs trajectoires couvrant le continent Antarctique. Les résultats permettront d?évaluer la représentativité des données locales au regard de l?ensemble du plateau Antarctique. A partir de cela, les simulations seront comparées de manière interactive avec les observations planifiées à la station côtière de Dumont d?Urville, un site exposé tantôt à des masses d?air continentales (courant catabatique) tantôt purement marines pour lesquelles la capacité oxydante est bien connue. Finalement, la modélisation du futur changement de la capacité oxydante de l?atmosphère sera effectuée en vue du futur rétablissement de la couche d?ozone au dessus de l?Antarctique

Coordination du projet

L'auteur de ce résumé est le coordinateur du projet, qui est responsable du contenu de ce résumé. L'ANR décline par conséquent toute responsabilité quant à son contenu.

Partenaire

Aide de l'ANR 0 euros
Début et durée du projet scientifique : - 0 Mois

Liens utiles

Explorez notre base de projets financés

 

 

L’ANR met à disposition ses jeux de données sur les projets, cliquez ici pour en savoir plus.

Inscrivez-vous à notre newsletter
pour recevoir nos actualités
S'inscrire à notre newsletter