JCJC - Jeunes chercheuses et jeunes chercheurs

LES DISPOSITIFS DE L'ENFERMEMENT Approche territoriale du contrôle politique et social contemporain – TerreFerme

Résumé de soumission

PROBLEME POSE Ce programme porte sur les prisons, centres de rétention administrative et de demandeurs d'asile, et camps de travailleurs dans différents pays. Il vise à comprendre les procédures, les acteurs et les effets de l'enfermement. Ces lieux de réclusion résultent de rapports de pouvoir dissymétriques, entre ceux qui finissent par être enfermés et l'instance qui décide de l'enfermement : l'Etat incarne cette instance. Nous analysons les comportements, représentations, stratégies, évolutions liées à la production et à la mise en application du pouvoir. Nous interrogeons la dimension spatiale des dispositifs d'enfermement, pensés comme dispositifs de contrôle politique et social. L'espace est-il un simple cadre et support de l'enfermement, ou participe-t-il de la construction des jeux de pouvoir et des catégories sociales ? La recherche repose sur l'hypothèse que ces dispositifs ont des spatialités particulières, constitutives de l'enfermement. CONTEXTE, OBJECTIFS ET ENJEUX SCIENTIFIQUES La littérature scientifique laisse le champ libre pour des investigations. L'état de l'art souligne combien les géographes sont absents de la recherche consacrée à ces lieux. D'autres spécialistes s'y sont investis et ont mis en lumière l'importance de l'espace dans la création et le fonctionnement des dispositifs d'enfermement, depuis leur intérieur et à partir des liens qu'ils peuvent entretenir avec l'extérieur. C'est là que se situe le principal apport de notre démarche. L'état de l'art a également mis en relief la quasi-inexistence de formalisation de la notion d'enfermement. Nous sommes face à une sorte d'impensé de la géographie. Notre démarche repose sur deux positions originales. 1. Rassembler des objets géographiques Les lieux retenus partagent deux traits : la clôture physique - partielle ou totale ; la contrainte - l'enfermement est imposé par le pouvoir. Ces lieux ne sont âs équivalents les uns aux autres. En analysant les convergences et les divergences qui existent entre eux, nous éclairons les spatialités de l'enfermement. 2. Poser des jalons pour une approche géographique de l'enfermement Nous concevons l'enfermement comme un processus et un faisceau d'interactions entre « enfermés » et « enfermants » - l'Etat et ceux à qui il délègue son pouvoir. Nous nous plaçons en aval du processus, sur les retombées sociales et territoriales de l'enfermement. PROGRAMME SCIENTIFIQUE ET METHODOLOGIE La participation de l'espace à l'enfermement se construit dans deux registres complémentaires. Celui des agencements spatiaux, matérialisations des politiques de placement dans des lieux fermés. Celui des espaces appropriés par leurs occupants, qui en font des lieux de vie – même si la vie y est difficile. Ces spatialités des dispositifs d'enfermement se lisent à deux échelles. -Celle des territoires. Les localisations et répartitions des lieux d'enfermement sont instrumentalisées par le pouvoir pour mettre à l'écart et fixer certaines catégories de la population. Les « enfermés » répondent par des flux et des itinéraires : les lieux clos sont mis en réseau. -Celle des lieux d'enfermement. Dans l'exercice du contrôle institutionnel, le pouvoir y désindividualise les « enfermés » au moyen de dispositifs spatiaux particuliers et d'une soumission des corps. En retour les lieux d'enfermement font l'objet de stratégies d'adaptation, de résistance et de contournement des « enfermés ». Notre projet repose sur un volet très important d'enquêtes dans onze pays. Nous y avons des contacts et parfois réalisé des enquêtes exploratoires. La comparaison des terrains apporte une valeur ajoutée sur les composantes structurelles de l'enfermement. Elle enrichit la connaissance sur les types d'espaces concernés et sur les lieux de l'enquête. Nous appréhendons la comparaison comme une méthode et plus largement comme un regard. RESULTATS ATTENDUS Apport de connaissances -Construction d'une grille de lecture théorique de l'enfermement. -Repenser l'articulation d

Coordination du projet

Bénédicte MICHALON (Organisme de recherche)

L'auteur de ce résumé est le coordinateur du projet, qui est responsable du contenu de ce résumé. L'ANR décline par conséquent toute responsabilité quant à son contenu.

Partenaire

Aide de l'ANR 140 000 euros
Début et durée du projet scientifique : - 36 Mois

Liens utiles

Explorez notre base de projets financés

 

 

L’ANR met à disposition ses jeux de données sur les projets, cliquez ici pour en savoir plus.

Inscrivez-vous à notre newsletter
pour recevoir nos actualités
S'inscrire à notre newsletter