JCJC - Jeunes chercheuses et jeunes chercheurs

Pères "en solitaire" : paternités contemporaines et nouvelles trajectoires familiales (France, Espagne) – Paternités

Résumé de soumission

En France et plus récemment en Espagne, les évolutions législatives récentes ont encouragé l'exercice de la paternité après divorce ou séparation à travers le principe de coparentalité. L'un des aspects les plus problématiques des transitions familiales contemporaines (hausse des divorces et des ruptures d'union, croissance constante des familles monoparentales et recomposées) est en effet l'affaiblissement des relations paternelles, face cachée de la monoparentalité féminine. Indice d'une difficulté certaine à penser la paternité après divorce ou séparation, signe d'une recomposition complexe et inaboutie des rôles de genre, cette fragilisation ne peut tout à fait se comprendre si l'on n'y reconnaît pas le caractère singulier d'un nouvel exercice de la paternité, qui s'incarne dans l'éclosion d'une figure parentale spécifique : le père « en solitaire », dont les liens aux enfants doivent se dispenser de la médiation quotidienne de la mère, et se jouent dans un espace et un temps redéfinis par la rupture du couple et le réaménagement des relations parentales. Très peu d'études récentes, en France comme en Espagne, ont tenté d'évaluer les changements advenus dans l'exercice de la paternité après divorce ou séparation sous l'effet de la loi et de l'augmentation continue des ruptures d'unions. La collaboration scientifique entre ces deux pays permettra de mettre en lumière l'importance des contextes culturels, sociaux, politiques et législatifs de la redéfinition de la paternité. On pourra ainsi construire un nouvel espace européen d'échange et de recherche autour des transitions familiales contemporaines. Le travail de recherche s'appuiera sur la menée conjointe d'études quantitatives (études démographiques et statistiques de différentes bases de données nationales et internationales) et qualitatives (approches ethnographique et sociologique, enquêtes de terrain et entretiens auprès des pères séparés et divorcés), qui seront mises en relation au cours de la recherche et enrichies par l'étude de la paternité dans le champ judicaire et politique, en France et en Espagne. Il importe en effet, pour saisir les reconfigurations à l'œuvre au sein de la paternité « en solitaire », de l'envisager dans ses usages privés et quotidiens, dans sa dimension socio-économique, à travers l'analyse des rapports entre statut paternel et professionnel et en tenant compte de la pluralité sociale des rapports de genre, et enfin sous l'angle des politiques familiales. Un éclairage des nouvelles formes de paternités émergeant dans les familles homoparentales offrira en outre un contexte comparatif à la « paternité en solitaire », déliée de la médiation maternelle. Afin de mesurer les évolutions initiées par les récentes propositions législatives, une analyse quantitative et qualitative des pratiques judiciaires sera menée au sein des tribunaux. Les principes de coparentalité et d'égalité dans les situations familiales d'après-divorce seront enfin envisagés à travers la paternité comme enjeu de controverses politiques, à partir de l'étude des mouvements de défense des droits des pères. En combinant ces différentes approches, ce projet permettra de progresser dans l'étude interdisciplinaire des rapports de genre au sein des nouvelles formes de vie familiale. Il induira l'amélioration et l'actualisation des connaissances scientifiques sur l'exercice du rôle paternel après divorce ou séparation, en apportant un éclairage nouveau aux questions sociales posées par la monoparentalité féminine. Il permettra d'interroger, d'un point de vue théorique et grâce à la menée de recherches empiriques, les transitions des rapports de genre et les redéfinitions des processus de construction des identités masculines contemporaines.

Coordination du projet

Agnès MARTIAL (Organisme de recherche)

L'auteur de ce résumé est le coordinateur du projet, qui est responsable du contenu de ce résumé. L'ANR décline par conséquent toute responsabilité quant à son contenu.

Partenaire

Aide de l'ANR 170 000 euros
Début et durée du projet scientifique : - 48 Mois

Liens utiles

Explorez notre base de projets financés

 

 

L’ANR met à disposition ses jeux de données sur les projets, cliquez ici pour en savoir plus.

Inscrivez-vous à notre newsletter
pour recevoir nos actualités
S'inscrire à notre newsletter