PHYSIO - Physiopathologie des maladies humaines (Physio)

Immunothérapie de l'arthrite expérimentale médié par les cellules souches mésenchymateuses. – IMMUNOSTEM

Résumé de soumission

RESUME PROJET – Contexte scientifique et objectifs:"La PR est une maladie autoimmune caractérisée par l'inflammation chronique synoviale, dont le traitement repose sur les biothérapies ciblant des cytokines et les lymphocytes B. Néanmoins, ces approches sont limitées par leurs caractères suspensifs et les complications infectieuses. Récemment, les cellules progénitrices mesenchymateuses (CSM) ont été isolées de la synoviale. Les CSM possèdent les propriétés immunosuppressives dont l'inhibition des cellules T/B autoréactives et la maturation des cellules dendritiques. Ainsi, l'injection systémique de CSM murines inhibe l'encéphalite expérimentale et prévient la GVH. Nous avons confirmé leurs rôles immunomodulateurs in vivo dans la prévention du rejet de greffe. Enfin, nous avons démontré que le TNF-α peut reverser ces propriétés immunosuppressives. Dans ce projet nous proposons d'évaluer le rôle physiopathologique des CSM dans arthrite et de valider le concept d'une immunothérapie médiée par les CSM. RESUME PROJET – Description:"Les étapes de ce projet de 3 ans sont :
1. Évaluer les mécanismes moléculaires des propriétés immunomodulatrices des CSM et leurs interactions avec des cellules de T, B et les DC de souris DBA1 arthritiques. Le rôle des cytokines de la famille de l¿IL6, de certains facteurs de croissance, de l¿activité IDO sera évalué dans le système de co-culture transwell. En plus de l¿inhibition de la prolifération des cellules T/B autoréactives, nous examinerons leur différentiation fonctionnelle (profil de sécrétion IL4, IFN).
2. Isoler les MSC des organes cibles (cartilage, synoviale) employant des billes recouvertes d¿anticorps spécifiques pour NGFR et Thy1 (CD271 et CD90) et comparer leurs fonctions aux CSM de la moelle osseuse et leurs profils d'expression de cytokines à l'aide de Biopuces de Biosciences. Cette étude devrait nous permettre d¿identifier puis de valider par surexpression le(s) facteur(s) responsable(s) de la différence de fonctions immunes observé des CSM dans l'arthrite.
3. Développer un nouveau concept de l'immunothérapie de MSC dans le modèle de l¿arthrite au collagène. Nous proposons de développer deux options :
- La première est de transplanter les mMSC primaires syngéniques de la moelle osseuse de souris DBA1 saines puis évaluer l'incidence et la sévérité de l'arthrite. L¿analyse en Immunohistologie et cytometrie déterminera : a) le recrutement des MSC dans la synoviale inflammatoire (avec des MSC exprimant la EGFP fluorescente), b) modulation dans la composition cellulaire synoviale et l¿expression des cytokines, c) l¿induction de Treg, d) l¿induction éventuelle du cartilage in situ.
- La seconde est de développer une immunothérapie médiée par les cellules T. Nous projetons de moduler ex vivo la réponse de cellulaires T provenant d¿animaux arthritiques par coculture sur une monocouche irradiée de CSM syngéniques avant leurs injections systémiques en préventif ou en curatif. L'incidence et la sévérité de l'arthrite seront évaluées.RESUME PROJET – Resultats attendus:"Dans notre projet, nous proposons d'identifier les interactions moléculaires des CSM avec des lymphocytes de T, des cellules de B et les DC dans l¿arthrite expérimentale. Nous souhaitons comprendre le rôle physiopathologique des CSM dérivées de la synoviale ou du cartilage arthritiques par rapport aux CSM de la moelle osseuse. Nous pensons que ce travail permettra de valider le concept d¿une immunothérapie médiée par les CSM dans l'arthrite expérimentale. Ce concept original repose sur l¿obtention d¿une réponse immunosuppressive in vivo des CSM primaire injecté IV/IP, soit en modulant la réponse T en utilisant l'environnement des CSM ex vivo. Ces données seront le point de départ pour le développement pré clinique d¿une procédure d¿immunothérapie dans la PR basée sur les CSM autologues provenant de la moelle osseuse des patients.

Coordinateur du projet

INSERM - ADR LANGUEDOC-ROUSSILLON - ADR 8 (Divers public)

L'auteur de ce résumé est le coordinateur du projet, qui est responsable du contenu de ce résumé. L'ANR décline par conséquent toute responsabilité quant à son contenu.

Partenaire

UNIVERSITE DE RENNES I
INSERM - ADR LANGUEDOC-ROUSSILLON - ADR 8

Aide de l'ANR 240 000 euros
Début et durée du projet scientifique : - 36 Mois

Liens utiles