COD - Cardiovasculaire, obésité et diabète

Manipulation thérapeutique des cellules TNK dans le diabète de type 1 – DIABETE-NKT

Résumé de soumission

L'utilisation des lymphocytes TNK comme outil thérapeutique a été débutée par notre équipe et les cellules TNK sont actuellement considérées comme une cible attrayante pour la prévention et le traitement du diabète de type 1. Notre objectif est double : analyser les mécanismes de prévention par les lymphocytes TNK et développer divers protocoles basés sur la manipulation des lymphocytes TNK qui seront testés pour leur capacité à inhiber l'apparition du diabète dans des phases tardives de la maladie et dans le but d'induire une tolérance spécifique d'antigènes.
Pour déterminer le mécanisme par lequel les lymphocytes TNK inhibent le diabète, deux modèles bien établis seront utilisés. Pour les lymphocytes CD4 diabétogènes, nous avons déjà montré que les lymphocytes TNK empêchent l'apparition de diabète en bloquant la différenciation des lymphocytes CD4+ BDC2.5. Ce modèle sera utilisé pour déterminer la fonction des lymphocytes TNK dans l'induction de la tolérance et le rôle des CPA comme intermédiaire potentiel entre les lymphocytes TNK et les lymphocytes T anti-îlots. Pour analyser le rôle des lymphocytes TNK sur les lymphocytes CD8 diabétogènes, le modèle LCMV-RIP-NP sera utilisé. L'infection de souris NOD RIP-NP par le LCMV induit rapidement un diabète. A l'opposé, des souris Valpha14 RIP-NP NOD qui possèdent un grand nombre de lymphocytes TNK, sont totalement protégées contre la maladie. Ce modèle nous permettra de déterminer comment les lymphocytes TNK influencent les réponses CD8 anti-îlots ainsi que les réponses anti-virales innée et adaptative localement dans le pancréas.
Le second aspect du projet concerne la mise au point de protocoles thérapeutiques efficaces au stade prédiabète et qui induisent une tolérance spécifique d'antigène. Nos résultats suggèrent que les lymphocytes TNK doivent être stimulés par de l'alpha-GalCer pour inhiber l'activation de lymphocytes T déjà pré-activés. L'efficacité des traitements par l'alpha-GalCer seront évalués dans deux systèmes utilisant soit des lymphocytes BDC2.5 pré-activés, soit des lymphocytes CD8+ anti-HA. Des lymphocytes CD8 anti-HA transférés à des souris RIP-HA et activés par immunisation, induisent un diabète. Etant donné que les souris Valpha14 RIP-HA ne sont pas protégées contre ce diabète, plusieurs protocoles d'injection d'alpha-GalCer seront testés. Une seconde approche thérapeutique consistera à stimuler les lymphocytes TNK en même temps que les lymphocytes T anti-îlots seront activés. Des vaccinations plasmidiques avec la chaîne B de l'insuline seront associées au traitement par alpha-GalCer. Ces traitements seront effectués avec différentes cinétiques.
Cette étude permettra d'élucider la fonction des lymphocytes TNK dans la protection contre le diabète et sera également une étape importante pour le développement de nouveaux traitements pour les sujets à risque.

Coordination du projet

Agnès LEHUEN (Organisme de recherche)

L'auteur de ce résumé est le coordinateur du projet, qui est responsable du contenu de ce résumé. L'ANR décline par conséquent toute responsabilité quant à son contenu.

Partenaire

Aide de l'ANR 270 000 euros
Début et durée du projet scientifique : - 36 Mois

Liens utiles

Explorez notre base de projets financés

 

 

L’ANR met à disposition ses jeux de données sur les projets, cliquez ici pour en savoir plus.

Inscrivez-vous à notre newsletter
pour recevoir nos actualités
S'inscrire à notre newsletter