MRAR - Programme pluriannuel de recherche sur les maladies rares

Caractérisation des cellules présentatrices de l'antigène impliquées dans l'allo-immunisation contre le facteur VIII chez l'hémophile A – F8APC

Résumé de soumission

L'hémophilie A est une maladie rare liée au chromosome X qui touche un enfant sur 5000. Les anomalies du gène codant pour le facteur FVIII (FVIII) entrainent un défaut quantitatif ou qualitatif en FVIII. Dans sa forme sévère, l'hémophilie A est une maladie hémorragique handicapante et potentiellement létale. Le traitement des hémorragies par administration intraveineuse de FVIII thérapeutique, induit chez 15-30% des patients des anticorps anti-FVIII, dits 'inhibiteurs', qui neutralisent l’activité pro-coagulante du FVIII et rendent inutiles les traitements ultérieurs par le FVIII. La survenue d'inhibiteurs aboutit ainsi à une impasse thérapeutique et représente un problème de société important, le traitement des patients pouvant atteindre 200 K€ par an. Les inhibiteurs du FVIII sont des IgG polyclonales. L'importance des cellules T accessoires pour l'activation des cellules B spécifiques du FVIII a été démontrée. La nature des cellules présentatrices de l'antigène (APC) impliquées dans l'initiation de la réponse primaire anti-FVIII, lorsque les cellules B anti-FVIII n'ont pas été stimulées et ne peuvent servir d'APC, est bien moins claire. Dans ce projet, nous proposons d'identifier les APC concernées: cellules B, dendritiques ou endothéliales, et/ou macrophages (But 1). Nous identifierons les récepteurs responsables de l'endocytose du FVIII par les APC, en utilisant comme modèle d'étude les cellules dendritiques (DC) immatures humaines dérivées de monocytes circulants (But 2). Sur la base de la structure du FVIII et de la littérature scientifique disponible, les récepteurs candidats appartiennent à la famille des récepteurs aux LDL et aux récepteurs pour les motifs glycosylés du FVIII. Par ailleurs, nous avons démontré que les anticorps naturels (AcN) régulent la différenciation et maturation des DC. Les AcN peuvent induire une tolérance au FVIII et au FIX chez les patients hémophiles A et B avec inhibiteurs. Cet effet bénéfique des AcN a été attribué à la présence en leur sein d'anticorps anti-idiotypiques neutralisants, mais pourraient également impliquer le potentiel tolérogène des AcN sur les DC circulantes. A l'aide de tests de prolifération T in vitro et de souris déficientes en FVIII, nous explorerons le potentiel tolérogène de DC tolérisées ex vivo et pulsées avec du FVIII sur l'apparition d'une réponse anti-FVIII délétère (But 3). Les résultats attendus nous permettront de mieux comprendre le devenir du FVIII après administration iv aux patients, d'identifier de nouveaux récepteurs d'endocytose du FVIII et d'expliquer l'immunogénicité exceptionnellement élevée du FVIII. Les Buts 1 et 2 permettront de développer de nouveaux outils destinés à moduler l'internalisation du FVIII par les APC et ainsi de prévenir ou retarder l'apparition de la réponse anti-FVIII. Le But 3 tendra à éviter les réponses primaires et bloquer les réponses anti-FVIII en cours. Notre projet porte un fort potentiel thérapeutique basé sur des nouvelles stratégies de thérapie cellulaire et médicamenteuse.

Coordinateur du projet

INSTITUT NATIONAL DE LA SANTE ET DE LA RECHERCHE MEDICALE - Délégation régionale Paris 6 (Divers public)

L'auteur de ce résumé est le coordinateur du projet, qui est responsable du contenu de ce résumé. L'ANR décline par conséquent toute responsabilité quant à son contenu.

Partenaire

INSTITUT NATIONAL DE LA SANTE ET DE LA RECHERCHE MEDICALE - Délégation régionale Paris 6

Aide de l'ANR 180 000 euros
Début et durée du projet scientifique : - 0 Mois

Liens utiles