MIIM - Microbiologie - immunologie

Modélisation à l'aide de vésicules unilamellaires géantes de la capture de bactéries invasives par des extensions nanopodiales – MICROBGUV

Résumé de soumission

De nombreuses bactéries à Gram-négatif injectent des protéines effectrices dans les cellules hôtes qui induisent des réorganisations locales du cytosquelette ou modulent la réponse inflammatoire. Pour permettre l'injection, les appareils de type III (T3SS)sécrétent un « translocateur » qui, au contact cellulaire, forme un pore dans la membrane de la cellule hôte.Ce translocateur permet ensuite l'injection d'autres susbtrats de type III par un mécanisme mal-défini. Nous avons récemment observé une caractéristique nouvelle de l'invasion bactérienne, en étudiant l'infection de cellules vivantes par Shigella, l'agent de la dysenterie bacillaire. Durant les phases précoces de l'interaction, les bactéries sont captées par des extensions cellulaires extrêmement fines, de l'ordre de 50 à 200 nm de diamètre, que nous appellerons « nanopodes », qui les attirent vers le corps cellulaire ou l'internalisation de la bactérie se produit. Ce type de capture est également observé avec des bactéries exprimant différents systèmes d'adhérence, suggérant qu'il s'agit d'un phénomène général dans les étapes précoces des interactions pathogènes-cellule hôte. Cependant, la rétraction des nanopodes vers le corps cellulaire dépend de l'activité du T3SS. De par leur taille limitée et homogène, ces nanopodes représentent un modèle cellulaire unique pour étudier des événements moléculaires discrets et leur effets sur la dynamique de l'actine et de l'adhérence. Ce projet a pour but de caractériser la nature et les propriétés biophysiques des interactions moléculaires qui déterminent l'attachement de Shigella à l'extrêmité du nanopode, avec une emphase particulière sur le translocateur de type III. Nous proposons de développer des approches basées sur des vésicules unilamellaires géantes (GUVs), qui constituent un modèle de choix pour étudier les paramètres liés à l'insertion du translocon de type III dans la membrane et l'interaction bactérie-nanopode. Nous comparerons les données obtenues dans des modèles de nanopodes reconstitués in vitro à partir de GUVs contenant de l'actine par rapport aux mesures effectuées au niveau des nanopodes dans les cellules vivantes, en utilisant une combinaison de « pinces optiques » et de microcopie à fluorescence pour suivre la sécrétion de type III en temps réel. Nous espérons ainsi obtenir des informations importantes sur le rôle du T3SS dans la signalisation précoce conduisant à l'adhérence et la rétraction du nanopode déterminant le processus d'invasion. Ce projet, fortement interdisciplinaire, aborde des aspects nouveaux du processus invasif de la bactérie. Ces études permettront une meilleure compréhension des mécanismes d'induction, de coordination de la sécrétion des effecteurs de type III et de l'organisation du processus invasif à partir de la capture par les nanopodes, qui pourraient concerner d'autres systèmes bactériens d'adhérence ou d'invasion.

Coordination du projet

Guy TRAN VAN NHIEU (Organisme de recherche)

L'auteur de ce résumé est le coordinateur du projet, qui est responsable du contenu de ce résumé. L'ANR décline par conséquent toute responsabilité quant à son contenu.

Partenaire

INSTITUT CURIE

Aide de l'ANR 300 000 euros
Début et durée du projet scientifique : - 36 Mois

Liens utiles

Explorez notre base de projets financés

 

 

L’ANR met à disposition ses jeux de données sur les projets, cliquez ici pour en savoir plus.

Inscrivez-vous à notre newsletter
pour recevoir nos actualités
S'inscrire à notre newsletter