MIIM - Microbiologie - immunologie

Etude de la pathogénicité des Hénipavirus par une approche de génetique inverse – Henipath

Résumé de soumission

Les Henipavirus - Hendra et Nipah - sont des virus émergents récemment apparus, qui causent de graves problèmes de santé publique, aussi bien que des problèmes économiques. Ils peuvent uniquement être manipulés dans des laboratoires avec le niveau de confinement le plus élevé (P4). Nous avons développé un modèle animal chez le hamster reproduisant la pathologie et les signes cliniques de l'infection par le virus Nipah (NiV) observés chez l'homme. Pour étudier la contribution des protéines du virus dans le tropisme viral et dans le développement de la maladie, nous avons récemment développé un «clone infectieux» du NiV. Cela nous permettra de muter spécifiquement les différents gènes viraux et d'en étudier l'effet à la fois au niveau in vitro et in vivo. Nous allons centrer nos études sur le gène NiV P et sur deux glycoprotéines virales, responsables de l'attachement du virus (protéine G) et de l'entrée dans la cellule hôte (protéine de la fusion). Le gène P code pour une protéine P et trois protéines accessoires C, V et W, cette dernière étant impliquée dans l'inhibition de la réponse immunitaire innée.

Pour étudier l'interaction du virus avec la cellule-hôte, il sera important d'identifier le récepteur cellulaire. Cela permettra d'étudier l'interaction virus-cellule au niveau moléculaire, mais aussi de définir des sites sur le virus et le récepteur cellulaire qui pourront servir de base au développement de thérapies anti-virales. Les virus sauvages et mutés seront analysés à la fois in vitro et in vivo. Différentes cellules hématopoïétiques humaines (lymphocytes T et B, monocytes, cellules dendritiques) seront infectées et analysées pour leur permissivité à la réplication virale.On déterminera si le virus est capable de moduler l'activation cellulaires ainsi que la synthèse de cytokines. Dans le modèle de hamster, les virus recombinants seront suivis au niveau de leur pouvoir pathogène, du tropisme et de l'immunomodulation. Ces études nous permettront de déterminer les différents paramètres impliqués dans la pathogènese du Henipavirus (notamment le développement d'une encéphalite) et de mieux comprendre le déclenchement d'une réponse immunitaire contre ces virus émergents. La faisabilité du projet est basée sur la complémentarité des compétences des équipes impliquées, de l'accès au laboratoire P4 de Lyon et du clone infectieux de NiV que nous avons récemment développé. Ainsi, les résultats de ces études devraient nous apporter un nouveau regard sur la pathogènese des infections par Henipavirus et contribuer à un meilleur diagnostic, ainsi qu'au développement d'une immunothérapie pour ces infections émergentes.

Coordination du projet

Fabian WILD (Organisme de recherche)

L'auteur de ce résumé est le coordinateur du projet, qui est responsable du contenu de ce résumé. L'ANR décline par conséquent toute responsabilité quant à son contenu.

Partenaire

Aide de l'ANR 300 000 euros
Début et durée du projet scientifique : - 36 Mois

Liens utiles

Explorez notre base de projets financés

 

 

L’ANR met à disposition ses jeux de données sur les projets, cliquez ici pour en savoir plus.

Inscrivez-vous à notre newsletter
pour recevoir nos actualités
S'inscrire à notre newsletter