MIIM - Microbiologie - immunologie

Réponse immunitaire de la drosophile après infection orale par des bactéries entomopathogènes – Drosoinfec

Résumé de soumission

La complexité des interactions hôte/pathogènes et des réactions immunitaires qu'elles mettent en jeu ont obligé les biologistes à se limiter à une approche réductrice du problème en se focalisant sur une des multiples étapes du processus infectieux. Nous proposons de développer une approche intégrée de l'interaction hôte-pathogène en utilisant un modèle classique pour les études génétiques, la drosophile. Nous avons isolé des souches bactériennes à Gram négatif, Erwinia carotorotovora 15 et Pseudomonas entomophila, capables d'infecter la drosophile et de déclencher chez leur hôte une puissante réponse immunitaire. Nous utiliserons l'ensemble des outils génétiques et génomiques disponibles aujourd'hui pour disséquer de manière systématique l'interaction entre ces bactéries pathogènes et leur hôte. Ce projet impliquera une équipe de généticiens de la drosophile spécialisée sur les réactions immunitaires (resp. Bruno Lemaitre) et une équipe de microbiologistes (resp. Frédéric Boccard).
Le volet « microbiologie » du projet a pour objectif d'identifier les mécanismes utilisés par les bactéries pour persister à l'intérieur de l'intestin et perturber la physiologie de leur hôte. Des cribles génétiques nous ont déjà permis d'identifier un certain nombre de facteurs de virulence d'Erwinia carotorotovora 15 et de Pseudomonas entomophila. Nous utiliserons des approches moléculaires et biochimiques pour comprendre leur fonction et leur régulation en contexte infectieux.
L'approche sur l'hôte comporte une analyse détaillée des réactions de défense activées au niveau des cellules de l'intestin et le processus de signalisation entre l'intestin et les autres tissus du système immunitaire (hémocytes, corps gras). En particulier, nous analyserons le rôle des peptides antimicrobiens, des réactifs oxygénés et de l'oxyde nitrique dans la défense antibactérienne, les mécanismes de reconnaissance qui déclenchent la réponse locale, et les interactions entre les différents tissus du système immunitaire. Des cribles RNAi à grande échelle seront initiés pour identifier la réponse de l'hôte après infection orale par des bactéries à Gram négatif. Ce projet nous permettra d'identifier les mécanismes qui permettent de distinguer bactéries commensales et bactéries pathogènes et de mieux comprendre la physiologie du processus infectieux.
L'universalité des interactions entre micro-organismes pathogènes et leurs hôtes laisse penser que nos résultats auront un impact important sur la compréhension des réactions de défense chez les mammifères.

Coordination du projet

Bruno LEMAITRE (Organisme de recherche)

L'auteur de ce résumé est le coordinateur du projet, qui est responsable du contenu de ce résumé. L'ANR décline par conséquent toute responsabilité quant à son contenu.

Partenaire

Aide de l'ANR 210 000 euros
Début et durée du projet scientifique : - 36 Mois

Liens utiles

Explorez notre base de projets financés

 

 

L’ANR met à disposition ses jeux de données sur les projets, cliquez ici pour en savoir plus.

Inscrivez-vous à notre newsletter
pour recevoir nos actualités
S'inscrire à notre newsletter