MIIM - Microbiologie - immunologie

ETUDE DE LA MEMOIRE IMMUNITAIRE : LA REPONSE LYMPHOCYTAIRE B – B-MEMORY

Résumé de soumission

Les questions concernant les cellules B à mémoire sont nombreuses, que ce soit l'état de leur cycle cellulaire et leur taux de renouvellement, leurs propriétés migratoires, mais aussi le programme spécifique de différenciation qu'elles mettent en place pour se maintenir pendant des périodes très longues dans l'organisme tout en gardant la possibilité de répondre très vite à une nouvelle rencontre avec l'antigène. La caractérisation d'un marqueur spécifique de ces cellules permettrait de les isoler en grandes quantités quelle que soit leur spécificité et d'ouvrir ainsi un nouveau champ de recherche.

Nous abordons cette question par deux approches :

1) l'étude de la mémoire à court et moyen terme à l'aide d'un modèle de souris présentant un marquage intrinsèque des lymphocytes B à mémoire.
Nous construisons une souris ayant un knock-in du gène de la Cre recombinase inductible par le tamoxifène, en aval du promoteur du gène AID (activation-induced cytidine deaminase), gène spécifiquement exprimé dans les centroblastes des centres germinatifs, lignée que nous croiserons avec une souris Rosa26-LoxP-YFP afin de marquer les cellules B lors de leur passage dans le centre germinatif au cours d'une réponse spécifique (immunisation coordonnée avec l'injection de tamoxifène). Les cellules B à mémoire marquées lors de cette réponse seront isolées 3 semaines et 3 mois après l'immunisation et nous pourrons les analyser soit en cellules uniques pour l'expression de gènes connus de la voie apoptose-anti apoptose, soit plus largement sur des puces Affymetrix codant pour le génome de souris. On pourra suivre également leur recirculation spécifique ainsi que leur localisation tissulaire.

2) l'étude de la mémoire à long terme à partir du modèle de la vaccination contre la variole chez l'homme.
Nous utilisons le Modified Vaccinia Virus Ankara (MVA) couplé à des billes magnétiques (en collaboration avec la societé Miltenyi) afin d'isoler des cellules B à mémoire chez des individus vaccinés contre la variole il y a 20 ou 30 ans. Nous utiliserons la technique de l'Elispot pour suivre l'enrichissement en cellules B spécifiques et essayerons à nouveau d'étudier l'expression de certains gènes spécifiques mais aussi leur expression génique globale en hybridant leur ARN sur puces Affymetrix codant tout le génome humain.

Coordination du projet

Jean Claude WEILL (Organisme de recherche)

L'auteur de ce résumé est le coordinateur du projet, qui est responsable du contenu de ce résumé. L'ANR décline par conséquent toute responsabilité quant à son contenu.

Partenaire

Aide de l'ANR 210 000 euros
Début et durée du projet scientifique : - 36 Mois

Liens utiles

Explorez notre base de projets financés

 

 

L’ANR met à disposition ses jeux de données sur les projets, cliquez ici pour en savoir plus.

Inscrivez-vous à notre newsletter
pour recevoir nos actualités
S'inscrire à notre newsletter