JCJC - Jeunes chercheuses et jeunes chercheurs

– Glioma model

Résumé de soumission

Les glioblastomes multiformes (GBM) sont des tumeurs extrêmement agressives qui ne laissent que quelques mois de survie après diagnostic. La plupart des modèles de GBM reposent sur la greffe de cellules tumorales chez des rongeurs immuno-déficients. Ils présentent des inconvénients majeurs : manipulation difficile, coût, reproductibilité et questions éthiques. Nous avons établi un nouveau modèle de croissance de glioblastome par greffe de la lignée humaine U87 sur la membrane chorio-allantoïdienne de poulet (CAM) qui récapitule en quelques jours les caractéristiques majeures des tumeurs humaines. En particulier, leur étude par transcriptomique permet l'identification de gènes-clefs connus et inconnus pour leur participation à la croissance des gliomes. De plus, ces « gliomes expérimentaux » peuvent être facilement modifiés génétiquement, traités avec des ARN interférants ou de nouvelles drogues*. Les gliomes expérimentaux sont des tumeurs hybrides dans lesquelles seules les cellules tumorales sont d'origine humaine alors que tous les autres constituants (cellules endothéliales, inflammatoires, péricytes) proviennent de l'embryon de poulet. Ce modèle permet ainsi de distinguer les gènes tumoraux qui induisent la progression (séquences humaines) des gènes à séquences aviaires des cellules de l'hôte qui réagissent à la présence de la tumeur (réponse angiogénique, réorganisation de la matrice extracellulaire). La discrimination des facteurs protumoraux spécifiquement produits par les cellules de l'hôte est importante car celles-ci sont génétiquement stables et donc susceptibles d'être ciblées efficacement par des agents thérapeutiques. Afin d'élucider les interactions moléculaires entre la tumeur en croissance et les tissus de l'hôte, nous proposons d'établir les cartographies détaillées des circuits de régulation génique des gliomes expérimentaux dans les cellules humaines et dans les cellules de poulet en parallèle en utilisant les micropuces Affymétrix spécifiques de ces deux espèces. Quatre conditions expérimentales permettront d'étudier les réseaux-clefs de la croissance tumorale : 1) vaisseaux de la CAM avant et après angiogenèse développementale , 2) gliome expérimental avant et après angiogenèse tumorale, 3) gliome expérimental traité ou non par des ARNi anti-VEGF, 4) échantillon de tumeurs humaines avant et après implantation sur la CAM. Le rôle de ces gènes sera également étudié in vitro et dans le gliome expérimental après perte ou gain de fonction, une approche que nous avons validée en ciblant le facteur angiogénique VEGF. La mise en évidence de nouveaux circuits de régulation de la croissance tumorale doit permettre d'identifier de nouveaux marqueurs prognostiques ainsi que de concevoir de nouvelles approches thérapeutiques. * Hagedorn, M., Javerzat, S., Gilges, D., Meyre, A., DeLafarge, B., Eichmann, A., and Bikfalvi, A. (2005). Proc. Natl. Acad. Sci. USA 102, 1643-1648.

Coordination du projet

Martin HAGEDORN (Organisme de recherche)

L'auteur de ce résumé est le coordinateur du projet, qui est responsable du contenu de ce résumé. L'ANR décline par conséquent toute responsabilité quant à son contenu.

Partenaire

Aide de l'ANR 150 000 euros
Début et durée du projet scientifique : - 36 Mois

Liens utiles

Explorez notre base de projets financés

 

 

L’ANR met à disposition ses jeux de données sur les projets, cliquez ici pour en savoir plus.

Inscrivez-vous à notre newsletter
pour recevoir nos actualités
S'inscrire à notre newsletter